Club Saint-Denis : des membres ne peuvent se résoudre à le laisser mourir

Publié le 20/08/2011 à 00:00

Club Saint-Denis : des membres ne peuvent se résoudre à le laisser mourir

Publié le 20/08/2011 à 00:00

Par Dominique Froment

Une centaine d'ex-membres du Club Saint-Denis refusent de le laisser disparaître après 137 ans au service de l'élite "canadienne-française" du monde des affaires.

Sébastien Allard, 89 ans, et Denis Gauthier, 68 ans, deux membres du Club Saint- Denis, enjoignent son conseil d'administration d'utiliser les quelque 5 millions de dollars qui restent, en argent et en oeuvres d'art, pour soutenir la relance du club privé.

Deux avenues infructueuses

Le Saint-Denis a fermé ses portes en septembre 2009 et a vendu son immeuble de la rue Sherbrooke Est, à Montréal. Il aurait fallu dépenser beaucoup d'argent pour le mettre aux normes. Le contenu de l'immeuble a aussi été vendu aux enchères.

On a tenté de relancer le Saint-Denis de différentes façons. Il a notamment été hébergé pendant neuf mois par l'hôtel Reine Elizabeth, mais l'expérience s'est révélée décevante, tout comme la location d'un immeuble à l'intersection des rues De La Gauchetière et De Bleury. Il faut dire que le concept de club privé ne fait plus recette auprès de la relève. Seule exception peut-être, le 357 C de l'homme d'affaires et fondateur du complexe Ex- Centris Daniel Langlois. Mais le 357 C est une société à capital fermé à but lucratif et non un "vrai" club privé.

Rapprochement avec le Club Saint-James

Plusieurs membres du Club Saint-Denis ont jeté l'éponge. Selon MM. Allard et Gauthier, le conseil d'administration veut faire don de ses tableaux au Musée des beaux-arts de Montréal et de son argent à des organismes sans but lucratif. Une perspective qui ne leur plaît pas comme elle ne plaît pas, selon eux, aux 66 ex-membres du Club Saint-Denis, qui ont trouvé refuge au Club Saint-James, fondé en 1857, 17 ans avant le premier. La rivalité qui avait cours autrefois entre les deux clubs (anglos contre francos) a disparu. Les neuf membres du conseil du Saint-James, présidé par Éric Bergeron, associé de Raymond Chabot Grant Thornton, sont tous francophones.

"Nous voudrions que le Club Saint-Denis continue d'exister en partenariat avec le Club Saint-James", explique M. Allard, un ancien président du Conseil du patronat du Québec, qui reproche au conseil du Saint-Denis de laisser les membres dans l'incertitude quant à l'avenir de leur club.

Joint au téléphone, Luc Villeneuve, président pour le Québec de Samson Bélair/Deloitte & Touche et président du conseil du Club Saint-Denis, nous a conseillé de parler à son avocat, Jean-François Hudon, qui nous a sèchement répondu qu'il ne réglerait pas le sort du Club Saint-Denis dans les journaux. "Les membres viendront à l'assemblée et décideront", a-t-il dit. Mais M. Hudon n'a pu nous préciser quand se tiendra cette assemblée que les membres attendent depuis plusieurs mois.

"Si le Club Saint-Denis continue d'exister, il est encore propriétaire de ses biens", ajoute M. Gauthier, ex-président du Club Saint-Denis, ex-éditeur du Journal de Montréal, ancien jésuite... et toujours ceinture noire au karaté !

À la une

Bourse: Wall Street à des records après l'assermentation de Joe Biden

Mis à jour le 20/01/2021 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a atteint de nouveaux sommets mercredi à la clôture.

Titres en action: Aurora, Procter & Gamble, Morgan Stanley...

Mis à jour le 20/01/2021 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Les frontières internationales du Canada fermées jusqu'au 21 février

Ottawa annonce que ses frontières internationales resteront fermées jusqu’au 21 février, en raison de la pandémie.