Algorithme part à la conquête du monde avec l'aide d'un partenaire financier

Publié le 08/11/2008 à 00:00

Algorithme part à la conquête du monde avec l'aide d'un partenaire financier

Publié le 08/11/2008 à 00:00

Algorithme Pharma, un chef de file de la recherche clinique, concrétise ses ambitions de prendre position sur l'échiquier international. La société lavalloise a réalisé au cours de l'été deux acquisitions importantes, la première aux États-Unis, la seconde au Pays de Galles.

" L'acquisition de deux centres de recherche clinique s'inscrit dans notre plan stratégique de développement et nous permet de nous rapprocher de notre clientèle, les grandes entreprises pharmaceutiques de ce monde ", explique Louis Caillé, pdg d'Algorithme Pharma.

ll s'agit des deux premières acquisitions réalisées par Algorithme. Elles surviennent moins d'un an après l'arrivée en scène de Kilmer Capital Partners, un fonds d'investissement de Toronto qui a acquis une participation de 65 % dans le capital-actions d'Algorithme contre un montant gardé secret. " La croissance et les possibilités d'acquisition de ce partenariat laissent entrevoir un très bel avenir pour Algorithme et toute son équipe ", dit M. Caillé.

Doubler le nombre d'études cliniques

L'entreprise, qui a vu le jour en 1992, réalise des études cliniques de phase I - première étape du développement d'un médicament - et de bioéquivalence pour le compte d'entreprises qui fabriquent des produits pharmaceutiques, brevetés ou génériques.

L'entreprise a effectué plus de 2 000 études cliniques depuis sa création, mettant à contribution près de 7 500 volontaires. Bon an mal an, elle réalise plus de 250 études par année.

Ses récentes acquisitions vont lui permettre d'en faire le double. Algorithme Pharma, qui emploie 600 personnes, a enregistré une croissance de son chiffre d'affaires de 400 % au cours des cinq dernières années. Près des deux tiers proviennent d'Europe.

Sa réputation n'est plus à faire. La qualité de ses services lui a valu plusieurs reconnaissances des milieux de la recherche scientifique et des affaires. Algorithme figure notamment au palmarès des 50 sociétés les mieux gérées au Canada, et à celui des 20 meilleurs employeurs canadiens. Elle a également reçu l'approbation de plusieurs autorités gouvernementales, dont celles du Canada, des États-Unis, du Brésil, de la France, du Royaume-Uni et de l'Autriche.

" Notre plan de développement prévoit aussi de consolider notre position au Canada. On évalue les occasions d'acquisition ou la possibilité d'ouvrir un nouveau centre de recherche. À plus long terme, c'est-à-dire dans la deuxième phase de notre plan de croissance, d'autres acquisitions sont à prévoir. Les pays émergents pourraient nous intéresser. Mais pour l'instant, l'heure est à l'intégration ", souligne l'entrepreneur fondateur de 47 ans.

Retour sur une transaction réussie

En 2007, Algorithme était à la croisée des chemins. Pour accélérer la croissance de son entreprise, M. Caillé devait réaliser des acquisitions d'envergure à l'échelle internationale. Mais de toute évidence, faire cavalier seul rendait les projets d'expansion plus périlleux. " On a toujours procédé étape par étape tout au long du développement de l'entreprise, et notre croissance était interne. L'étape suivante était vraiment cruciale. On avait besoin d'un bon partenaire financier pour réaliser nos acquisitions ", indique le dirigeant.

Avec l'aide de son conseiller financier, Nicolas Marcoux, de PricewaterhouseCoopers, M. Caillé a étudié toutes les possibilités qui s'offraient à lui. L'option de l'acquéreur financier a été retenue. " Ce qui nous plaisait le plus, à moi et à mon équipe de gestion, c'était de choisir un partenaire financier qui nous laisserait vraiment développer l'entreprise. On est tous jeunes et on a encore de belles années devant nous. On a l'énergie et la volonté de participer à la croissance de l'entreprise. On a un plan de développement et une équipe de direction très solides. Avoir un partenaire financier était le meilleur moyen de faire progresser l'entreprise. "

Comment trouver le bon partenaire financier ? " M. Marcoux a identifié les fonds potentiels et

nous a bien expliqué le fonctionnement de chacun, leur mentalité ainsi que leurs forces et faiblesses. "

Environ six mois après le début de la réflexion et de la négociation, en octobre 2007, Algorithme a annoncé un partenariat avec Kilmer. " C'est le fonds qui a le plus adhéré à notre plan stratégique. Ces gens-là ont compris où on s'en allait, que nous avions la force pour le faire et que leur rôle était de nous soutenir financièrement. On partageait la même vision. Et évidemment, le prix était bon ", précise M. Caillé.

Plusieurs facteurs ont rapidement convaincu Kilmer de devenir partenaire d'Algorithme. " L'entreprise dessert une clientèle internationale et l'industrie est en forte croissance. De plus, Algorithme possède une excellente équipe de direction, souligne André La Forge, directeur associé de Kilmer Capital. Et finalement, M. Caillé nous a présenté un plan de croissance très bien articulé concernant ce qu'il voulait accomplir avec l'entreprise au cours des prochaines années et comment un partenaire financier pouvait l'aider à atteindre ses objectifs. " L'horizon de placement est d'environ 5 ans.

En vertu de l'accord, la gestion de l'entreprise et du personnel demeurera inchangée. " Un an plus tard, nous fonctionnons encore comme avant. Nous avons un partenariat solide : nous gérons l'exploitation et Kilmer est là pour nous épauler financièrement et par leur expertise en transactions lors d'acquisitions. C'est une situation gagnante pour les deux parties ", dit M. Caillé.

" On a effectivement développé un très bon partenariat avec Algorithme, abonde M. La Forge. Un des risques dans ce type de transaction, c'est que l'entrepreneur ait des difficultés à s'adapter à une gouvernance plus structurée que lorsqu'il était seul aux rennes de son entreprise. Il doit composer avec un conseil d'administration qui lui demande des rapports financiers et d'exploitation plus rigoureux. Mais dans le cas d'Algorithme, ça se passe très bien. "

Le défi

Accélérer la croissance de l'entreprise et assurer sa position de chef de file sur la scène mondiale

Le type de transfert

Vente d'une participation majoritaire à l'acquéreur financier, un fonds d'investissement

Cette série présente des cas concrets illustrant différentes formes de transfert de propriété qui ont permis aux PME de passer à une autre étape de leur croissance.

dossiers@transcontinental.ca

À la une

Bourse: Wall Street termine en berne, minée par la confiance des ménages

Mis à jour le 28/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse malgré la hausse du cours du pétrole brut.

À surveiller: MTY, Mdf commerce, et Goeasy

Que faire avec les titres de Groupe d’alimentation MTY, mdf commerce et goeasy?

Le BSFI modifie les règles sur les prêts immobiliers pour réduire le risque

Les consommateurs ne verront pas d’augmentation de leurs exigences de paiement mensuel à la suite de ce changement.