" Lorsqu'on ne fait rien, les cas de rechute après un an s'élèvent à 84 % "

Publié le 19/02/2011 à 00:00

" Lorsqu'on ne fait rien, les cas de rechute après un an s'élèvent à 84 % "

Publié le 19/02/2011 à 00:00

Amir George Sabongui, psychologue et responsable de la formation en santé mentale des gestionnaires chez Bell Canada, explique comment ces derniers peuvent contribuer à atténuer les problèmes de santé mentale de leurs employés.

Les Affaires - Qu'est-ce que vous observez dans les cas d'invalidité relatifs à la santé mentale en entreprise ?

Amir George Sabongui - La plupart des congés pour maladie mentale sont liés à l'épuisement professionnel, à la dépression et à l'anxiété. Ce sont des problèmes qui peuvent être traités. Nous avons observé que les cas de rechute après un an s'élèvent à 84 % si l'employé ne fait rien. Mais s'il a accès à une thérapie et à des médicaments et si son gestionnaire l'aide lors de son retour au travail, le taux de rechute baisse à moins de 10 %. Autrement dit, nous croyons que, si le gestionnaire s'occupe bien de ce type de cas, il peut non seulement raccourcir le congé de maladie, mais aussi l'éviter.

L.A. - Comment ?

A.G.S. - Le gestionnaire doit être capable de dépister la détresse psychologique. Si un employé ayant l'habitude d'être performant devient négatif ou belligérant, voilà un signe. S'il s'absente plus souvent pour maladie, s'il s'isole de ses collègues, s'il est moins assidu ou si son jugement est altéré, en voilà d'autres. Le gestionnaire doit alors intervenir et discuter avec lui. Il peut le diriger vers des sources d'aide pour éviter un congé de maladie. Si l'employé obtient un congé de maladie malgré cette intervention en amont, le gestionnaire doit garder le contact avec lui. Nous avons constaté qu'un rapport ponctuel peut réduire du tiers la durée du congé.

Lorsque l'employé reprend le travail, le gestionnaire doit diminuer ses attentes face à lui et se montrer plus souple quant à l'horaire, au nombre de jours de travail et aux tâches. Il doit aussi lui manifester plus de soutien. Bref, l'aider le plus possible. Nous avons eu un cas dans un centre d'appels de Bell où la décision de mettre en place une politique d'accommodement a fait baisser le taux de rechute de moitié.

L.A. - Quelle est la meilleure façon d'aborder un employé qui présente des signes de maladie mentale ?

A.G.S. - Il faut d'abord l'amener à expliquer sa chute d'efficacité et lui dire qu'on fait équipe avec lui, que notre objectif est de l'aider à réussir dans son travail. Il faut ensuite l'orienter vers des ressources qui pourront l'aider.

L.A. - Est-ce que les programmes d'aide aux employés sont efficaces ?

A.G.S. - Ils le sont lorsque l'employé vit un problème ponctuel, car le nombre de séances est limité. Ce qui est bien, c'est lorsqu'il y a une équipe traitante autour de l'employé, comprenant un médecin, et que l'employeur peut collaborer avec celle-ci.

L.A. - Quel rôle jouent les préjugés dans cette problématique ?

A.G.S. - La stigmatisation et le manque de souplesse de l'employeur allongent les congés de maladie de 50 %. Il y a encore trop de gestionnaires qui croient que les congés liés à la santé mentale, c'est de la fraude, alors que nos études démontrent que moins de 5 % des congés sont exagérés. C'est dur pour un employé d'accepter qu'il souffre de maladie mentale. Et c'est encore plus difficile pour un employé hyper-performant. S.D.

18 000 $

Coût moyen pour un employeur, d'un épisode de maladie mentale d'un de ses salariés.

30 %

Part des maladies mentales dans les coûts des prestations pour invalidité payées par les employeurs du secteur privé. Ce pourcentage s'élève à 40 % dans le secteur public.

1 sur 10

Proportion de travailleurs touchés annuellement par des problèmes de santé mentale.

20 %

Pourcentage de Canadiens ayant déjà souffert d'une maladie mentale.

80 %

Pourcentage de maladies mentales correspondants à des cas d'épuisement professionnel, de dépression ou d'anxiété; les 20 % restants concernent des cas de trouble bipolaire, de schizophrénie ou autres.

Sources : Bell, 51G

EN SAVOIR PLUS

Ce que vous devez savoir sur la santé mentale : Un outil pour les gestionnaires, du Conference Board du Canada

tinyurl.com/648cgjn

> Commission de la santé mentale du Canada

tinyurl.com/66denyp

À la une

Bourse: Wall Street termine en berne, minée par la confiance des ménages

Mis à jour le 28/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse malgré la hausse du cours du pétrole brut.

À surveiller: MTY, Mdf commerce, et Goeasy

Que faire avec les titres de Groupe d’alimentation MTY, mdf commerce et goeasy?

Le BSFI modifie les règles sur les prêts immobiliers pour réduire le risque

Les consommateurs ne verront pas d’augmentation de leurs exigences de paiement mensuel à la suite de ce changement.