Ne vous fiez pas aux gourous !

Publié le 25/01/2012 à 14:27, mis à jour le 31/01/2012 à 21:37

Ne vous fiez pas aux gourous !

Publié le 25/01/2012 à 14:27, mis à jour le 31/01/2012 à 21:37

Par François Barrière

BLOGUE. En cette période économique incertaine, il est toujours de bon aloi de demander aux spécialistes financiers ce qu’ils entrevoient pour le futur. Après 25 années dans les marchés financiers je ne compte plus toutes les prédictions que j’ai eu l’occasion de lire (et de faire). Si j’ai un seul conseil à donner, ce sera le suivant : «Ne vous fiez pas aux gourous»

Un gourou est un individu que des journalistes ont eu la fâcheuse idée d’élever à un rang sur lequel celui-ci va surfer de nombreuses années même s’il a plus souvent eu tort que raison. L’important est d’avoir raison au moins une fois à un moment opportun.

Prenez l’exemple du crash boursier de 2008. Pendant les quelques années précèdent la crise, de nombreux analystes et économistes ont avancé l’idée que le marché américain était en surconsommation et que son secteur immobilier était en surchauffe. Mais comme c’est souvent l’habitude lorsque tout va bien, on n’aime pas écouter les trouble-fête. Au lendemain d’un réveil brutal, quelques noms d’économistes ont surgi au-dessus de la mêlée comme ayant bien prédit ce renversement (M. Roubini en est un mais il y en à d’autres). Certains – plus auto promoteurs que d’autres – ont senti la belle opportunité de se créer une image.

Vous trouverez aussi ce phénomène avec les prévisionnistes sur l’or , le pétrole, certaines denrées, les devises, et bien d’autres actifs. Si vous le voulez, il vous est possible d’en devenir un aussi. Il suffit de répéter la même doctrine sans arrêt (idéalement plusieurs doctrines sur plusieurs actifs afin de multiplier vos chances) et un jour vous aurez finalement raison. La suite dépendra de votre volonté d’en faire tout en plat. C’est un peu comme devenir champion mondial de Poker. Des bonnes connaissances statistiques, un bon pif … et beaucoup de chance (sérieusement, les membres du top 100 du Poker mondial se valent tous et seule la chance fait la différence, sinon pourquoi jamais personne ne gagne deux années en ligne ??) .

Je suis prêt à considérer que quelques gestionnaires se classent au-dessus de la moyenne, réussissant à battre les indices régulièrement (comme Federer réussit à demeurer dans le haut du classement), mais vous conviendrez qu’ils sont rares. La moyenne des autres est plutôt…inférieure à la moyenne.

Alors un bon conseil, lisez, lisez et lisez. Analysez plusieurs opinions et ne vous fiez pas à celui qui a eu raison une fois ou même deux. Faites-vous votre propre opinion, car c’est votre argent et ainsi vous n’aurez que vous à blâmer si les prédictions ne fonctionnent pas.

J’ai lu un jour la citation suivante : « Il existe trois sortes de gens. Ceux qui savent compter et les autres !» Il n’est pas trop tard pour faire partie du premier groupe. FB

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril

À la une

Bourse: Home Depot fait plonger le Dow Jones

Mis à jour à 16:45 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine la séance de mardi sans direction, alors que Home Depot plombe le Dow Jones.

Titres en action: Aimia, Barrick Gold, Snap...

07:00 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Le pétrole plombé par la guerre commerciale et l'abondance de l'offre

16:38 | AFP

Les prix du pétrole ont terminé en nette baisse mardi, entre la guerre commerciale et une hausse de l'offre.