Faire travailler son avatar à sa place!

Publié le 13/05/2011 à 18:45, mis à jour le 07/10/2013 à 11:07

Faire travailler son avatar à sa place!

Publié le 13/05/2011 à 18:45, mis à jour le 07/10/2013 à 11:07

Par Diane Bérard

Ce n’est pas encore possible... Toutefois, vous pouvez envoyer votre avatar assister à une vidéoconférence à votre place. C’est ce que permet la plate-forme web.alive de la société Avaya. Web.alive s’inspire de l’univers des jeux vidéos pour permettre à des individus éloignés géographiquement de tenir une vidéoconférence plus dynamique.


Vous créez votre avatar en choisissant son apparence physique et ses vêtements, puis vous “l’envoyez” dans une salle de conférence virtuelle. Autour de la table vous retrouvez vos collègues, eux-aussi transformés en avatars.


Cette conférence virtuelle se déroule comme dans le monde réel: votre avatar peut se lever, se pencher et murmurer quelque chose à l’oreille de son voisin, afficher une présentation sur le tableau, etc.


Vous assistez à la scène à l’écran de votre ordinateur, équipé de votre micro pour faire parler votre avatar. Comme vous pourrez le voir dans cette vidéo où mon avatar interview celui de Ross Pellizzari, pdg d’Avaya Canada. Le résultat s’avère un peu statique, puisque nous ne sommes que deux. Web.alive est conçue pour un groupe où surviennent de nombreuses interactions.


Cliquez ici pour visionner la vidéo


Pour lire les blogues de Diane Bérard, cliquez ici

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Ukraine: le Canada impose de nouvelles sanctions à la Russie

16:54 | AFP

Le Canada a annoncé de nouvelles sanctions contre la Russie pour son soutien aux rebelles de l'est de l'Ukraine.

Le véritable coût d'être propriétaire

09:56 | Nafi Alibert

Avoir son propre chez-soi et ne plus payer de loyer, ça fait rêver. Mais quels sont les coûts supplémentaires à prévoir?

Bourse: du vert à New York, Toronto poursuit son rebond

Mis à jour à 16:48 | LesAffaires.com et AFP

La Bourse de Toronto a poursuivi son rebond vendredi, pendant que la hausse perdait de la vigueur à New York.