Un hypothétique retour de Google en Chine fait polémique

Publié le 17/08/2018 à 09:57

Un hypothétique retour de Google en Chine fait polémique

Publié le 17/08/2018 à 09:57

Par AFP

(Photo: 123rf.com)

Le patron de Google Sundar Pichai a assuré, selon des propos rapportés vendredi par l'agence Bloomberg, que la piste d'un retour du géant de l'internet en Chine était pour l'heure «exploratoire», après avoir été interpellé par des salariés inquiets. 


Des centaines d'employés de Google ont signé une lettre de protestation contre le développement d'une version de son moteur de recherche adaptée aux exigences de censure en Chine, selon le New York Times.


«Nous ne sommes pas proches d'un lancement d'un moteur de recherche en Chine», a assuré M. Pichai devant le personnel, selon une retranscription que Bloomberg a pu consulter, «le fait que nous le fassions ou voulons le faire reste encore très vague». 


«Notre mission est d'organiser l'information du monde et la Chine représente 20% de la population mondiale. Je pense que si nous souhaitons remplir notre mission, nous devons réfléchir sérieusement à comment faire plus dans ce pays», a ajouté Sundar Pichai. 


La réunion se tenait également en présence du cofondateur du géant américain, Sergey Brin, selon l'agence de presse. 


Les quelque 1 400 signataires de la lettre de protestation demandent plus de transparence pour comprendre les implications «éthiques» de ce projet, dans ce document diffusé en interne, ont indiqué au New York Times trois sources qui ont pris connaissance de ce document. 


«Actuellement nous n'avons pas assez d'information pour prendre des décisions éclairées sur le plan éthique concernant notre travail, nos projets et notre emploi», selon un extrait de la lettre cité jeudi par le Times. 


Face à la censure et aux cyberattaques, le géant californien avait retiré son moteur de recherche de Chine en 2010 et nombre de ses services restent depuis bloqués dans la deuxième économie mondiale. 


Mais Google est en train de tester un moteur de recherche conforme aux exigences des autorités chinoises, au grand dam de militants des droits de l'Homme et d'employés, a rapporté début août le magazine en ligne The Intercept, une information confirmée à l'AFP par un employé de Google. 


Ce projet est baptisé «Dragonfly».


«Nous avons d'urgence besoin de plus de transparence (...) Les employés de Google doivent savoir ce qu'ils sont en train de développer», selon la lettre. 


Ce n'est pas la première fois que Google fait face à une polémique en interne sur des projets de développement. 


Des milliers d'employés avaient signé une pétition il y a quelques mois pour lui demander de «rester en dehors du business de la guerre» à propos d'un contrat avec le Pentagone.


À la suite à cette fronde, le groupe s'était engagé début juin à ce que ses travaux en matière d'intelligence artificielle (IA) ne servent jamais à fabriquer des armes.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Google : «Des taxes arbitraires ne sont pas la meilleure solution»

20/09/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. Google est prêt à collecter la taxe de vente au pays, mais…

L'Union européenne durcit le ton face au contenu extrémiste

De nouvelles mesures pourraient obliger les géants du web à retirer en moins d'une heure de telles publications.

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.