Start-up: Panache Ventures lance un premier fonds de 25M$

Publié le 07/03/2018 à 07:00

Start-up: Panache Ventures lance un premier fonds de 25M$

Publié le 07/03/2018 à 07:00

Par Denis Lalonde

Les trois associés montréalais de Panache Ventures. De gauche à droite, David Dufresne, Nicolas Bouchard et Mike Cegelski. (Photo: Marcela Delgado)

500 Startups Canada a un successeur en Panache Ventures, qui vient de lancer un fonds de 25 millions de dollars destiné aux entreprises en démarrage et en pré-démarrage à travers le Canada.


La société compte parmi ses rangs l'associé directeur général Mike Cegelski, l'associé David Dufresne et l'associé junior Nicolas Bouchard à Montréal. Patrick Lor, associé directeur général à Calgary, complète l'équipe, alors que l'entreprise veut annoncer sous peu une embauche pour desservir la grande région de Toronto.


Objectif de 40M$


L'objectif pour ce premier fonds est d'atteindre 40 millions de dollars. Déjà, le fonds regroupe notamment deux investisseurs institutionnels québécois et un de l'Alberta, de même qu'une trentaine d'anges investisseurs.


«Les anges investisseurs, qui viennent surtout du Québec, mais aussi de l'Ontario et de l'Ouest canadien, pourront s'impliquer dans les entreprises dans lesquelles on investira», explique David Dufresne, rencontré dans les locaux de Panache Ventures, à l'Espace CDPQ de la Place Ville-Marie.


Les membres fondateurs de Panache faisaient partie de l'équipe de 500 Startups Canada, qui a démarré ses activités en 2016. La division canadienne de 500 Startups a toutefois cessé ses investissements l'été dernier quand le fondateur de la société mère, Dave McClure, a été visé par des plaintes pour harcèlement sexuel.


«Chez 500 Startups Canada, on gérait le fonds de manière indépendante. Toutefois, légalement, Dave était un de nos investisseurs. Ça nous a compliqué la vie pour finaliser notre campagne de financement. Quand le scandale a éclaté, nous étions sur le point de conclure avec cinq investisseurs institutionnels... Ils nous ont retiré leur appui, invoquant des risques de réputation devenus trop importants», raconte M. Dufresne.


Ce dernier précise que le Fonds de 500 Startups Canada continue d'appuyer les 36 entreprises détenues en portefeuille, mais a cessé les investissements.


«On a décidé de démarrer un nouveau projet en septembre. C'est à ce moment que Panache Ventures a vu le jour. On a travaillé à l'élaboration de notre plan d'affaires et à notre campagne de financement depuis ce temps», ajoute M. Dufresne.


L'entreprise prévoit déployer son capital dans plus de 140 start-ups au cours des 4 prochaines années, en se concentrant sur les phases de pré-amorçage et d'amorçage. Jusqu'à présent, ils ont investi ou se sont engagés à investir dans 11 entreprises, neuf au Canada et deux aux États-Unis. 


Panache s'est engagée à effectuer 85% de ses investissements au Canada.


«La plupart du temps, nous allons y aller avec des investissements en pré-amorçage de 100 000 à 200 000 dollars. Dans certains cas, nous allons réinvestir jusqu'à 500 000 dollars lors de la phase d'amorçage. Par la suite, nous allons laisser le terrain à d'autres fonds pour les autres rondes de financement», dit David Dufresne.


Intelligence artificielle et Blockchain


Les associés disent cibler surtout les secteurs de l'intelligence artificielle (surtout l'apprentissage automatique), de la fintech, de la cybersécurité et de la chaîne de blocs (blockchain).


«Nous ciblons des entreprises au potentiel de croissance très rapide et dont la valorisation pourrait atteindre 100 millions de dollars d'ici cinq ou six ans», affirme M. Dufresne. Les associés de Panache évaluent également l'expérience et la crédibilité de l'équipe de direction, de même que plusieurs autres critères.


«Si ça fonctionne, est-ce que ça peut devenir gros? Combien de personnes dans le monde pourraient avoir besoin de ce produit? Est-ce que la direction a l'ambition d'une croissance rapide? Est-ce que la société détient des brevets? Y a-t-il une expertise unique derrière la technologie? Est-ce le bon moment pour emmener cette solution au marché? Pour 11 investissements, nous avons écouté les présentations de plus de 1000 équipes de direction. Nous nous posons beaucoup de questions avant d'investir», soutient M. Dufresne. 


Panache Ventures souhaite que le Fonds, qui atteindra éventuellement 40M$, grossisse pour atteindre entre 120 et 200 millions de dollars d'ici 10 ans.


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

L'Oréal veut investir dans des start-up innovantes

05/12/2018 | AFP

Elle crée donc son propre fonds de capital-investissement destiné à y prendre des participations minoritaires.

Start-up: Montréal réintégrera-t-elle le peloton mondial?

13/11/2018 | François Normand

L'écosystème montréalais veut réintégrer le top 20 mondial d'un prestigieux palmarès. Mais cela ne sera pas facile.

À la une

Comment les gilets jaunes pourraient changer la France

14/12/2018 | François Normand

ANALYSE - Les gilets jaunes sont le symptôme d'un malaise profond. Et cela va bien au-delà du pouvoir d'achat.

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.

10 choses à savoir cette fin de semaine

Le nombre de fumeurs aux États-Unis atteint un creux historique, 127 pays comptent bannir le plastique jetable...