Plus d'un adulte québécois sur deux possédait un téléphone intelligent en 2014

Publié le 28/01/2015 à 14:31

Plus d'un adulte québécois sur deux possédait un téléphone intelligent en 2014

Publié le 28/01/2015 à 14:31

Par La Presse Canadienne

BlackBerry recueille la faveur de seulement 7,3% des adultes québécois. (Photo: Bloomberg)

Plus d'un adulte québécois sur deux ont indiqué posséder un téléphone intelligent en 2014, une première, selon l'enquête NETendances 2014 du Centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations (CEFRIO). 


Le taux de possession de cet appareil mobile, à 52,3% en 2014, a progressé d'année en année depuis 2010, où il se situait à peine à 16,9% de la population adulte. Les données de l'enquête révèlent en outre que l'adoption du téléphone intelligent atteint 76,6% des adultes de 18 à 44 ans. Jusqu'à 54 ans, la popularité du téléphone intelligent surpasse désormais celle du téléphone cellulaire de base. 


La tablette numérique connaît aussi une croissance notable de sa popularité cette année, puisque près de deux adultes sur cinq (soit 38,9%) en possèdent une. En 2013, ce pourcentage était de 25,5%. 


Par communiqué, la directrice principale, recherche marketing au CEFRIO, Claire Bourget, souligne remarquer pour une première fois que «les adultes ne possédant ni téléphone intelligent ni tablette numérique sont minoritaires : il n'y a désormais que 38% des adultes qui ne disposent d'aucun de ces deux principaux appareils mobiles». 


Par ailleurs, l'enquête révèle que le système d'exploitation Android est devenu en 2014 le plus utilisé sur les téléphones intelligents des adultes québécois, soit 44,5%, surpassant le système iOS des appareils Apple, qui le suit de près à 39%. La proportion restante se divise entre BlackBerry (7,3%), Windows (4,7%) et d'autres systèmes (4,4%). Par contre, iOS (52,8%) domine largement face à Android (27%) en ce qui concerne les intentions d'achat de téléphones intelligent pour la prochaine année.


Pour réaliser le volet «Mobilité» de l'enquête NETendances 2014, le CEFRIO a utilisé une collecte de données réalisée en juillet et octobre 2014, au cours de laquelle environ 1000 adultes québécois ont été interrogés au téléphone. La marge d'erreur maximale, selon la proportion estimée, se situe à plus ou moins 3,1% pour la base des adultes et à plus ou moins 3,45% pour la base des internautes, et ce, 19 fois sur 20.

À suivre dans cette section


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

À la une

Protection des données personnelles: comment éviter les dérives?

Édition du 25 Août 2018 | Richard Cloutier

L’évolution technologique et l’émergence de nouveaux acteurs dans le secteur financier obligent les législateurs...

Éliminer la moitié des autos?

16/10/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Une solution qui nous rendrait plus riches, mais a-t-elle la moindre chance de s'appliquer?

Pourquoi j’ai choisi d’être un «entrepren-art»!

16/10/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Architecture, musique, design… j’adore ce qui me donne des frissons au moindre contact sensoriel.