Les startups montréalaises promises à un bel avenir

Publié le 08/04/2010 à 16:16

Les startups montréalaises promises à un bel avenir

Publié le 08/04/2010 à 16:16

Par Alain McKenna

L'avenir est radieux pour les start-up de la métropole, selon un expert. Photo: Bloomberg.

Pyramide de Maslow à l'appui, un des gestionnaires du nouveau fonds d'amorçage FounderFuel, financé à hauteur de 40 millions de dollars par Québec, a tenté de convaincre les gens présents à la Boule de cristal du CRIM que les startups qui connaîtront du succès sont celles qui viseront à générer du bonheur.


Austin Hill, un entrepreneur montréalais qui a fait fortune en fondant la société Zero Knowledge, aujourd'hui appelée Radialpoint, sera un des gestionnaires du nouveau fonds d'amorçage destiné au secteur des technologies informatiques. Il est très optimiste quant au potentiel de ce nouveau fonds.


« Nous arrivons à un moment où tout le monde aux États-Unis se retire du capital-risque », dit-il. « Nous, nous avons l'argent pour lancer de nouvelles entreprises prometteuses. »


Austin Hill cite en exemple StatusNet et Beyond the Rack, deux entreprises montréalaises toutes jeunes qui se démarquent dans leur créneau respectif. StatusNet a créé une solution de micro-blogue destinée aux entreprises, tandis que Beyond the Rack offre une formule de magasinage en ligne qui fonctionne plutôt bien.


Pour sa part, Austin Hill a récemment fondé Akoha, un jeu social en ligne dont le but est d'accumuler des points en accomplissant de bonnes actions dans la « vraie vie. »


« Les logiciels et les applications qui vont connaître du succès dans l'avenir sont ceux qui vont permettre d'accroître le bonheur d'autrui », dit-il. « Grâce à un mélange de culture, de créativité et de technologie, les entrepreneurs montréalais sont bien placés pour profiter de cette nouvelle occasion d'affaires. »


La pyramide de Maslow est un schéma triangulaire qui établit l'ordre de priorité des besoins humains. À la base, on doit se nourrir, s'abriter, ensuite on doit communiquer, établir des liens avec son entourage, et ensuite encore, se réaliser soi-même, développer son amour-propre. Les technologies répondant à ces besoins existent déjà de façon abondante, explique M. Hill, mais la cime de la pyramide, celle où se trouvent les besoins liés au partage, à la générosité et à l'altruisme, elle, demeure peu exploitée.


C'est là où se trouve cette « occasion d'affaire », estime l'ange financier montréalais, bien plus que les services de géolocalisation à la Foursquare.


« Foursquare et Gowalla permettent de marquer son territoire. Est-ce que je me définis par le territoire où je me trouve? Je ne pense pas. Je me définis par mes actions, par les gestes que je fais pour les autres », dit-il.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Metro reprend les rachats d'actions

Après une pause d’un an pour rembourser de la dette, l’épicier relance son programme de rachat d’actions.

Lune Rouge et Reflector Entertainment : «le jeu, c'est bien plus que de la vidéo»

BLOGUE. Guy Laliberté et Alexandre Amancio comptent mêler films, jeux vidéo, bandes dessinées et... votre cerveau!

Bourse : le pire est-il passé?

Il y a 49 minutes | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Un stratège de Montréal nous livre ses repères pour le S&P 500, les puces américains et le pétrole canadien.