Les plateformes comme Netflix séduisent de plus en plus de Québécois

Publié le 26/01/2018 à 14:32

Les plateformes comme Netflix séduisent de plus en plus de Québécois

Publié le 26/01/2018 à 14:32

Par La Presse Canadienne

(Photo: Getty)

Près d'un ménage québécois sur deux était abonné à une plateforme de vidéo en ligne payante en 2017, révèlent les résultats d'une enquête dévoilés vendredi par le Centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations (CEFRIO) sur le divertissement en ligne.


Pas moins de 48% des ménages de la province ont allongé un paiement mensuel l'an dernier pour regarder des vidéos sur des services tels Netflix, Club Illico ou Extra Tout.tv, comparativement à 36% des ménages en 2016. Ces abonnés ont regardé du contenu sur ces plateformes en moyenne 4,6 heures par semaine l'an dernier, alors que ceux qui utilisent plutôt les plateformes gratuites, comme YouTube, y ont consacré en moyenne 3,7 heures par semaine. 


Dans l'ensemble, près de huit adultes québécois sur dix ont regardé du contenu vidéo sur internet en 2017, a précisé le CEFRIO dans un communiqué.


Selon le groupe de recherche, 33% des adultes ont regardé en ligne ou téléchargé des émissions, des séries télévisées ou des films payants, l'an dernier au Québec, comparativement à 22% en 2016. En outre, les dépenses liées au divertissement en ligne progressent elles aussi, et 57% des adultes qui payent pour ces services ont déboursé en moyenne entre 10$ et 49$ par mois en 2017, contre 38% un an plus tôt.


L'écoute de musique en ligne croît elle aussi. Pas moins de 37% des adultes québécois utilisaient des plateformes comme Spotify, Deezer ou Google Play l'an dernier, comparativement à 29% en 2016. À cet égard, les jeunes adultes de 18 à 24 ans sont plus nombreux à écouter la musique en ligne et à la télécharger. Quelque 60% des Québécois de ce groupe d'âge ont téléchargé de la musique l'an dernier, comparativement à 33% pour l'ensemble des adultes. 


L'enquête a souligné que 70% des internautes qui se sont tournés vers la musique en ligne l'ont fait pendant au moins une heure par jour, ce qui représente une hausse notable par rapport à l'année précédente, pour laquelle ils étaient 43% à le faire. 


Quatre adultes québécois sur dix ont joué à des jeux vidéo en ligne l'an dernier. Les adultes de 18 à 24 ans sont plus nombreux à choisir les jeux en réseau, soit sur une console de jeu ou un ordinateur (46%), soit sur des sites de jeux (34%).


L'enquête NETendances 2017 du CEFRIO a été réalisée entre le 25 septembre et le 5 octobre auprès de 1003 adultes québécois s'exprimant en français ou en anglais. La marge d'erreur de ses résultats, selon la proportion estimée, est de plus ou moins 3,1% pour la base des adultes et de plus ou moins 3,25% pour la base des internautes, 19 fois sur 20.


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Netflix : 650 $ US ou 125 $ US ?

Édition du 12 Mai 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Combien vaudra Netflix (NFLX, 313,36 $ US) dans 12 à 18 mois : 650 $ US ou 125 $ US ? La question nous est...

Comment Roku est passée bien près de court-circuiter la télé câblée

25/04/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. Son Roku Streaming Stick est à un détail près d’être idéal pour un débranchement sans douleur du câble.

À la une

C2 Montréal: pas de Snoop Dogg pour moi. Je préfère les huîtres

25/05/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Fabriquer du béton et du plastique à partir de coquilles d'huîtres? Ces jeunes Françaises y sont arrivé.

Bourse: la tête en vacances, les pros font fi de deux bonnes nouvelles

BLOGUE. Partis pour le long week-end, les pros n'ont pas réagi à la baisse bénéfique du pétrole et des taux.

Désaffection pour les titres défensifs

25/05/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un jour ou l’autre, les investisseurs seront à nouveau attirés par les qualités des titres défensifs.