Les drones commerciaux sont parmi nous

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Avril 2014

Les drones commerciaux sont parmi nous

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Avril 2014

Par Julien Brault

Au Canada, il faut obtenir un permis de Transports Canada pour chaque vol effectué pour le compte de clients. Notre photo montre des drones de la firme KoptR Image.

Série 1 de 6. Au Québec, il fait froid et l'électricité coule à flots. Autant d'attraits majeurs pour l'implantation de centres de données informatiques. Portrait en six volets de cette industrie en croissance.


À lire aussi:
Les solutions libres transforment l'industrie des centres de données
Des briques de Lego géantes pour bâtir des centres de données
Malgré le nuage, la colocation prospère
 


Futuristes, les drones ? Détrompez-vous. Ils attaquent dès à présent plusieurs marchés. Google a l'ambition d'utiliser les drones du fabricant Titan Aerospace, dont elle a fait l'acquisition la semaine dernière, pour offrir un accès à Internet sans fil dans des pays émergents. Le gouvernement des Émirats arabes unis, quant à lui, a annoncé qu'il commencerait à livrer des documents officiels à ses citoyens avec des drones au courant des prochains mois. Le pays devrait ainsi devancer Amazon qui, en décembre 2013, avait annoncé son intention de livrer ses colis avec des drones. Plus près de nous, plusieurs entreprises québécoises se positionnent avantageusement sur le marché des drones commerciaux, en plein essor.


Pour Johan Lassalle, un pilote d'avion de Sainte-Marie, en Beauce, tout a commencé en 2011, dans son garage. Photographe amateur, il cherchait à obtenir un deuxième revenu de manière à financer l'achat de nouvelles lentilles pour son appareil photo. «Je m'étais dit que je devais trouver un moyen de me démarquer des autres photographes amateurs qui essaient de faire quelques sous avec leurs photos, relate le jeune homme. Je voulais construire un drone et proposer mes services pour faire des photos de mariage sous un autre angle, par exemple.»


Finalisé en juillet 2012, le premier drone conçu par Johan Lassalle s'est révélé plus populaire auprès des exploitants de carrière que des organisateurs de mariage. «Environ 50 % de nos travaux, c'est de l'arpentage, de la géomatique et de l'inspection, explique M. Lassalle. Par exemple, on peut prendre une photo en 3D d'une carrière, avec laquelle on peut faire des calculs volumétriques qui permettent de savoir avec précision la quantité de roche restante.» Un autre quart des contrats de DroneXperts proviendrait de l'industrie du cinéma, qui utilise ses drones pour tourner certaines scènes.


DroneXperts, la société qu'il a fondée en 2012, compte aujourd'hui 10 employés et dispose d'une flotte de 15 drones conçus pour différentes tâches. Les clients de l'entreprise déboursent de 800 à 3 000 $ par jour pour retenir les services d'un de ses drones.


L'entreprise a vendu quelques appareils fabriqués sur mesure, mais tire la plupart de ses revenus de contrats de service. «La vraie occasion n'est pas dans la fabrication de drones, mais dans l'offre de services, car les fermiers ne vont pas vouloir acheter un drone et apprendre à l'utiliser», explique Michael Blades, analyste spécialisé dans l'industrie des drones chez Frost & Sullivan.


Le premier drone construit par Johan Lassalle reposait sur un contrôleur de vol de 3D Robotics. L'entreprise américaine, cofondée en 2009 par l'ancien rédacteur en chef de Wired, Chris Anderson, propose des logiciels libres pour les drones, des pièces de même que des appareils prêts à voler pour aussi peu que 750 $.


Avec la chinoise DJI, dont les drones Phantom sont très populaires, 3D Robotics a fait du drone une technologie accessible aux petites entreprises. «Une plateforme à 1 000 $ vole aussi bien qu'une plateforme à 10 000 $ ; ce qui les différencie, ce sont les capteurs qu'on y fixe et le poids de ceux-ci», explique Martin Laporte, directeur des opérations de KoptR Image, une entreprise de Saint-Mathieu-de-Beloeil qui revend les drones de DJI et en fabrique sur mesure.


À lire aussi:
Les solutions libres transforment l'industrie des centres de données 


À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Sommes-nous à la veille d'une crise économique?

Il y a 58 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je ne veux pas être alarmiste, mais c’est normalement aux 8 à 10 ans qu’une crise se fait sentir.

Téo Taxi avait trois prises dès le départ

10:57 | Valérie et Sylvia Gilbert

BLOGUE INVITÉ. La gestion des opérations est le nerf de la guerre en affaire. Or, elle est déficiente chez Téo Taxi.

Hypothèque à taux révisable annuellement : une bonne idée?

Notre lectrice s’est fait proposer un type de prêt hypothécaire dont elle n’avait jamais entendu parler.