La Silicon Valley invitée à moderniser l'État américain par Donald Trump et... son gendre

Publié le 19/06/2017 à 15:24

La Silicon Valley invitée à moderniser l'État américain par Donald Trump et... son gendre

Publié le 19/06/2017 à 15:24

Par AFP

Le président américain Donald Trump, qui réunit lundi à la Maison Blanche les principaux acteurs du secteur technologique, a placé son gendre et conseiller Jared Kushner en première ligne, avec l'objectif affiché de moderniser le fonctionnement du gouvernement fédéral.


Jeff Bezos (Amazon), Tim Cook (Apple), Eric Schmidt (Alphabet, maison-mère de Google), Brian Krzanich (Intel) ou encore Satya Nadella (Microsoft) font partie des participants à cette première réunion de l'American Technology Council.


Chargé de nombreux dossiers par son beau-père, au premier rang desquels le recherche d'une issue au conflit israélo-palestinien, Jared Kushner entretient une très grande discrétion, s'exprimant rarement face à la presse.


«Notre objectif est simple: améliorer le vie quotidienne des citoyens», a-t-il expliqué au début de la réunion, insistant l'impérieuse nécessité de «moderniser l'infrastructure technologique du gouvernement».


Soulignant avoir été souvent mis en garde contre la résistance de la bureaucratie dans cette mission de modernisation, il a assuré qu'il n'en était rien: «Jusqu'ici, c'est tout le contraire», a-t-il dit.


Cette rencontre avec les géants de la Silicon Valley intervient dans un climat de tensions, sur fond de désaccords de fond avec l'administration, de l'immigration au climat.


La volonté affichée du président américain de réformer les célèbres visas H-1B, plébiscités par la Silicon Valley, suscite de vives inquiétudes dans le secteur. Ces permis de travail (à durée déterminée) destinés essentiellement aux scientifiques, ingénieurs et programmateurs informatiques, sont en particulier une passerelle pour de nombreux Indiens attirés par les sociétés technologiques américaines.


Les groupes du secteur ont par ailleurs peu apprécié la décision de Donald Trump de quitter l'accord de Paris, jugeant qu'elle "scellait un revers pour le leadership américain dans le monde", selon l'expression du Information Technology Industry Center (ITI) qui regroupe notamment Apple, Ebay et Yahoo!.


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Google Pixel 2 et Pixel 2 XL: on a enfin trouvé la clé à l'univers de Google

BLOGUE. Musique, télé, réalité virtuelle, intelligence artificielle… On a maintenant la clé, en deux formats.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Mis à jour à 09:58

Le Dow à 23000...pas aujourd'hui, Bombardier sur une liste des titres favoris, optimisme pour Stella-Jones.

OPINION Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi
Mis à jour le 16/10/2017
10 choses à savoir vendredi
13/10/2017 | Yannick Clérouin et Alain McKenna
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi
Mis à jour le 13/10/2017

À la une

La montréalaise Lightspeed obtient un financement de 207M$

La Caisse de dépôt et Investissement Québec sont au nombre des investisseurs.

Bombardier: des fournisseurs pâtiront de l’arrivée d’Airbus

Des spécialistes expliquent pourquoi il y aura aussi des perdants à la suite de la prise de contrôle du CSeries.

La marque Roots doit se faire moins gourmande

Mis à jour à 21:14 | Dominique Beauchamp

Les actionnaires de Roots vendent toujours 200 à 230M$ d'actions, mais le prix est 14 à 25% moindre que prévu.