Jeu vidéo: Funcom s'amène à Montréal

Publié le 01/09/2009 à 00:00

Jeu vidéo: Funcom s'amène à Montréal

Publié le 01/09/2009 à 00:00

Par Denis Lalonde

Le studio indépendant de jeux vidéo Funcom, derrière les jeux en ligne massivement multijoueurs (MMO) Anarchy Online et Age of Conan, s'amène à Montréal, comme l'annonçait en primeur LesAffaires.com en début de journée.


Funcom, une société basée en Norvège, compte embaucher jusqu’à 150 personnes à Montréal au cours des 18 prochains mois, ce qui représente une masse salariale de 6 à 7 millions de dollars par année.


«Nous avons choisi Montréal pour plusieurs raisons», a déclaré le président et chef de la direction de Funcom, Trond Arne Aas, en conférence de presse. «Le talent créatif y est indéniable, les coûts de production sont inférieurs à ce qu’ils seraient en Norvège, la ville compte sur un important bassin d’entreprises dans l’industrie du jeu vidéo, nous apprécions la culture et l’ambiance de la métropole; sans compter sur la persistance d’Investissement Québec», dit-il.


Les emplois créés par Funcom pourront bénéficier du crédit d’impôt à la production de titres multimédia et à la production de jeux en français. Au total, le président d’Investissement Québec, Jacques Daoust, soutient que les salaires seront subventionnés à hauteur de 37,5%. Il est donc question d’une subvention gouvernementale d’un maximum de 2,63 millions de dollars par année si la masse salariale atteint 7 millions de dollars.


Funcom a été fondée en 1993 et compte 320 employés dans ses locaux norvégiens, suisses, chinois et américains. L’arrivée du studio montréalais gonflera donc les effectifs de l’entreprise de près de 33%. «Il s’agirait de l’un des plus importants, sinon du plus important studio de la société», confirme Trond Arne Aas.


«J’aime bien la compétition. Ça va forcer les autres studios à devenir meilleurs et à trouver d’autres manières d’améliorer la rétention de leur personnel», déclare le directeur général d’Eidos Montréal, Stéphane D’Astous.


Ce dernier se dit ravi de cette annonce pour Montréal «Cela confirme notre importance sur la plate-forme mondiale du jeu vidéo et va nous obliger à nous dépasser. J’ai eu l’opportunité de rencontrer les dirigeants de Funcom et je peux vous dire que ce sont des gestionnaires chevronnés», dit-il.


De son côté, le directeur général d’Electronic Arts Montréal, Alain Tascan, affirme que Funcom amène avec elle une expérience qui manquait à l’industrie montréalaise du jeu vidéo. «Il y a une expertise à Montréal pour tous les jeux d’aventure et de personnages, bref, pour tout ce qui est relié au monde de l’animation. Toutefois, le jeu MMO fait partie de ce qui rapporte le plus actuellement et aussi de ce qui évolue le plus rapidement», dit-il.


«Cela réaffirme la position de Montréal comme pôle d’attraction au niveau du divertissement interactif. Avec l’arrivée de Funcom, Montréal commence à couvrir à peu près toutes les expertises dans l’industrie du jeu vidéo», ajoute M. Tascan.


Funcom possède déjà des locaux temporaires et quelques employés en sol montréalais. La société est à la recherche d’un local permanent, sans avoir l’œil sur un endroit précis.


Le premier mandat du studio montréalais sera de participer activement au développement du jeu massivement multijoueurs en ligne The Secret World.

À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Faut-il mettre fin au fractionnement de revenu de pension?

Il y a 34 minutes | Daniel Germain

Cette mesure fiscale exclusive aux retraités cache des coûts appelés à grimper.

Le fractionnement de revenu, une stratégie claire-obscure

Un lecteur s’interroge sur le fractionnement de revenu de retraite. Première d’une paire de chroniques.

Bernie Sanders: l'allocateur de capital?

BLOGUE INVITÉ. Regard sur la politisation des rachats d'actions.