Fintechs : bulle, pas bulle ?

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mai 2016

Fintechs : bulle, pas bulle ?

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mai 2016

Par Alain McKenna

Chris Arsenault, partenaire de iNovia Capital.

Rarement a-t-on vu un engouement aussi concerté dans le secteur du capital-risque et des technologies que celui entourant les technologies financières, aussi appelées fintechs. Même le secteur financier, qui devrait pourtant craindre le phénomène, s'emballe !


Depuis un an, les institutions financières canadiennes ont investi 12 milliards de dollars dans des technologies financières. Du jamais vu. Ce printemps, le Mouvement Desjardins s'est notamment doté d'une enveloppe d'un milliard et d'un «Lab» de R-D, à Montréal, afin d'investir dans des technos financières prometteuses.


De là à parler de bulle, il y a un pas... «C'est certain que toutes les start-up qu'on voit présentement ne vont pas déboucher», dit Mario Albert, directeur général de Finance Montréal. La grappe financière montréalaise organise d'ailleurs depuis 2013 une conférence annuelle à ce sujet. «Il n'y a pas que du "perturbateur" dans les fintechs, continue M. Albert. C'est un mouvement profond qui change l'industrie.»


Du perturbateur ? S'il y a une chose qu'on retient des plus récents succès technologiques, c'est leur ambition de perturbation, voire de démolition des industries ciblées. Airbnb et les hôtels. Uber et les taxis. Tesla et l'automobile. «General Motors prenait Tesla très à la légère à ses débuts, et là, ils sont en rattrapage. C'est la même chose qui se produit entre les banques et les fintechs. C'est une mine d'or pour quiconque veut déranger le modèle établi», explique Chris Arsenault, partenaire de la firme montréalaise iNovia Capital.


Un Uber de la finance ?


Les technologies financières font saliver les investisseurs, car elles regroupent tous les bons ingrédients. Elles prennent essentiellement deux formes. Des logiciels Web ou mobiles d'épargne, de placement ou d'assurance adaptés au rythme de vie des jeunes consommateurs branchés ; ce sont par exemple les «robots-conseillers» de Wealthsimple ou la plateforme de prêts en ligne Borrowell, toutes deux établies à Toronto. Ou bien des technologies remplaçant des pans de l'infrastructure actuelle par des technologies plus sûres et, surtout, beaucoup moins coûteuses. C'est le cas des services transactionnels internationaux de la montréalaise Payment Rails, et des registres des transactions (les fameux blockchains qui sécurisent les monnaies numériques comme le bitcoin) de Blockstream, fondée à San Francisco par l'entrepreneur montréalais Austin Hill.


Cela dit, un «Uber des services financiers», qui dérangerait tout le système au profit de l'utilisateur, n'a pas encore vu le jour. Même si l'avenir s'annonce houleux pour les gestionnaires financiers qu'un simple algorithme peut facilement remplacer, l'industrie résistera, croit-on. «La finance, c'est très diversifié, explique Chadi Habib, chef des technologies chez Desjardins. On verra peut-être des applications "à la Uber" dans différents domaines, mais ça va prendre du temps.»


Particulièrement au Québec. Aux États-Unis et en Europe, la valeur des fintechs se chiffre en dizaines de milliards de dollars. Au Canada, on parle de quelques centaines de millions, surtout répartis à Toronto et Vancouver. Montréal, où le secteur des technos financières est encore à ses balbutiements, semble à la traîne.


Développeurs, investisseurs et banquiers tiennent d'ailleurs le même discours : Montréal a tout ce qu'il faut pour mener, et non subir la tendance. Si seulement tout ce beau monde pouvait se parler ! «On a les écoles, le secteur technologique et le capital», résume Chadi Habib.


[Photo : Shutterstock]

Trois jeunes pousses montréalaises à surveiller


bankMe


bankMe, offerte en mode bêta, propose une formule d’épargne passive, automatisée et sans frais en arrondissant le prix de vos achats (disons, 3$ au lieu de 2,58$), et en investissant la différence dans des onds négociés en Bourse. La jeune entreprise constate que peu de gens ont les moyens de dégager quelques milliers de dollars d’un coup pour procéder à un placement, et qu’ils ont encore moins le temps de s’en occuper eux-mêmes. bankMe a été créée par Philip Barrar, et est issue de l’incubateur de Ferst Capital Partners.


Payment Rails


Établie à Toronto et à Montréal, Payment Rails combine plusieurs outils de paiement et de transfert d’argent. Elle permet en outre aux entreprises de payer leurs fournisseurs dans la devise de leur choix, d’un seul endroit, sans avoir à gérer divers comptes bancaires ni à traiter avec plusieurs institutions séparées. Payment Railsest issue de l’incubateur District 3 de l’Université Concordia, et est dirigée par son fondateur, Tim Nixon.


Blockstream


En un an, l’entreprise de San Francisco fondée par le Montréalais Austin Hill a empoché 76 millions de dollars américains, provenant du fonds français AXA Strategic Ventures, de Digital Garage, une firme japonaise spécialisée en paiement en ligne, et par le fonds de capital-risque Horizon Ventures, de Hong Kong, en vue d’assurer l’interopérabilité de différents systèmes sécurisés d’échange de données transactionnelles apparentés à la monnaie numérique bitcoin.


Les banques, les plus à risque d’être perturbées par la génération Y


L’indice de perturbation de la génération du millénaire (Millennial Disruption Index), une création de Viacom Media, a sondé 10 000 Américains nés de 1981 à 2000 sur leurs habitudes de consommation. Bilan : le secteur bancaire présente le plus haut taux de risque d’être perturbé par la génération montante. Voici quelques chiffres tirés de ce sondage :


> 33 % espèrent ne plus avoir besoin des services d’une banque d’ici cinq ans.


> 73 % des répondants feraient plus confiance aux services financiers de Google, Amazon, Apple ou Paypal qu’à ceux d’une banque traditionnelle.


> 71 % préfèrent se rendre chez le dentiste plutôt que d’écouter les conseils de leur banque.


Source : Millennial Disruption Index, Viacom Media Networks


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Ce que Patrick Pichette et Dennis Kavelman apportent à iNovia

13/04/2018 | Denis Lalonde

Deux nouveaux venus apportent une expérience sans égal au Canada, dit l'associé directeur Chris Arsenault.

La montréalaise Lightspeed obtient un financement de 207M$

17/10/2017 | Denis Lalonde

La Caisse de dépôt et Investissement Québec sont au nombre des investisseurs.

OPINION Luxury Retreats: la recette d'une «sortie réussie» selon un capital risqueur
Mis à jour le 24/02/2017 | Chris Arsenault
10 choses à savoir jeudi
03/11/2016 | Yannick Clérouin, Alain McKenna et Julien Abadie
10 choses à savoir mardi
Mis à jour le 20/09/2016 | Yannick Clérouin, Alain McKenna et Julien Abadie

À la une

C2 Montréal: pas de Snoop Dogg pour moi. Je préfère les huîtres

25/05/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Fabriquer du béton et du plastique à partir de coquilles d'huîtres? Ces jeunes Françaises y sont arrivé.

Bourse: la tête en vacances, les pros font fi de deux bonnes nouvelles

BLOGUE. Partis pour le long week-end, les pros n'ont pas réagi à la baisse bénéfique du pétrole et des taux.

Désaffection pour les titres défensifs

25/05/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un jour ou l’autre, les investisseurs seront à nouveau attirés par les qualités des titres défensifs.