Facebook a laissé des géants du web accéder aux données de ses utilisateurs

Publié le 19/12/2018 à 11:18

Facebook a laissé des géants du web accéder aux données de ses utilisateurs

Publié le 19/12/2018 à 11:18

Par AFP
Un téléphone mobile affichant l'application Facebook.

(Photo: 123rf.com)

Facebook s'efforçait mercredi de minimiser la portée des nouvelles accusations dont elle fait l'objet après une enquête du New York Times révélant que le réseau social a partagé les données de ses utilisateurs au bénéfice de géants du Web comme Amazon, Spotify, Microsoft et Netflix.


«Pendant des années, Facebook a donné à certaines des plus grandes entreprises technologiques du monde un accès plus intrusif qu'il ne l'a admis aux données personnelles des utilisateurs, ce qui a eu pour effet d'exempter ces partenaires commerciaux de ses règles de confidentialité», écrit le quotidien américain, sur la foi de documents internes et de témoignages anonymes d'anciens employés.


Facebook affirme cependant que ses utilisateurs avaient dû au préalable explicitement donner leur accord.


Selon le quotidien, Facebook aurait communiqué à quelque 150 entreprises des données privées telles que messagerie privée, nom des amis de leurs clients ou certaines de leurs publications. 


Ces révélations ont de quoi embarrasser Facebook, englué dans de multiples scandales en raison de failles dans la protection des données de ses utilisateurs.


Le responsable du développement des programmes et des partenariats de Facebook, Konstantinos Papamiltiadis, a évoqué dans un blog mercredi «l'intégration de partenaires» permettant «des expériences sociales telles que des recommandations d'amis sur Facebook ou autres applications populaires».


Scruter les habitudes des internautes


Pour les fameux partenaires de Facebook, ces contrats permettaient de récupérer des données sur les internautes pour scruter un peu plus leurs habitudes, pour, assurent-ils, proposer des services adaptés à leurs centres d'intérêt.


M. Papamiltiadis assure qu'«aucun de ces partenariats ou fonctionnalités n'a donné à ces entreprises accès à des informations sans le consentement des personnes, ni enfreint notre accord de 2012 avec la FTC», c'est-à-dire enfreint le document signé avec la Federal Trade Commission, l'autorité américaine de la concurrence, qui a pour but de surveiller la manière dont le réseau social suit et partage les données de ses utilisateurs.


Pourtant, le New York Times assure que Facebook a notamment autorisé le moteur de recherche Bing (Microsoft) à voir les noms des amis de ses utilisateurs sans l'accord de ces derniers. Le journal affirme aussi que Netflix et Spotify ont pu lire des messages privés.


Selon cette enquête, Amazon a de son côté pu obtenir des noms et des contacts via des amis, et Yahoo a pu visionner les données publiées sur les pages Facebook.


Selon le NYT, les accords passés en 2010 avec les partenaires seraient restés actifs jusqu'à la fin 2017 et pour certains jusqu'au début 2018.


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Données personnelles: Facebook pourrait faire face à une amende historique

Elle dépasserait le précédent record de 22,5 millions $ US, qu'avait dû payer Google en 2012.

Facebook investit dans le journalisme local

Mis à jour le 15/01/2019 | AFP

Facebook va, entre autres, créer un fonds spécial en collaboration avec le Pulitzer Center.

À la une

Dollarama lance sa boutique en ligne

Les articles sont vendus à la caisse.

Expérience client: un séjour à Paris

Être client à Paris... Du calme. Mon expérience n'a pas été celle que vous imaginez.

Voici pourquoi les enfants des milléniaux conduiront avec leur voix…

BLOGUE. Un indice : c’est grâce à une technologie développée à Montréal.