Bell poursuit Vidéotron : on veut une guerre de prix, pas de mots!

Publié le 29/04/2010 à 09:58

Bell poursuit Vidéotron : on veut une guerre de prix, pas de mots!

Publié le 29/04/2010 à 09:58

Par Alain McKenna

Blogue. Bell poursuit Vidéotron en affirmant que la filiale de Quebecor Média fait de la publicité mensongère. L'automne dernier, Rogers poursuivait Telus et Bell parce qu'ils disaient avoir le réseau 3G le plus étendu au pays. Si on a besoin d'une preuve que les télécoms canadiennes vivent sur une autre planète que la nôtre, hé bien voilà, on l'a.


Me suivre sur Twitter: @mcken


PLUS: Bell poursuit Vidéotron pour 50 M$


PLUS: Sans-fil : le Canada toujours bon dernier des 30 pays de l'OCDE


Dans le pays où l'accès aux télécoms est le plus cher de toute l'OCDE, il aurait été si simple de répondre à une campagne marketing par une autre, qui aurait certainement encore plus d'impact, et qui aurait pu s'intituler : « le moins cher, point final ».


Parce que franchement, il n'y a pas un consommateur au Canada qui ne rêve pas du jour où un Bell ou un Rogers poursuivra un Telus ou un Vidéotron sur cette base : c'est pas toi le moins cher, c'est moi!


D'ailleurs, c'est ce que promettait le ministre fédéral de l'Industrie lors de la mise aux enchères de bandes de fréquence sans fil, il y a quand même deux ans. On attend encore cette fameuse guerre de prix. À la place, on a droit à une guerre de mots!


Ce qui motive la poursuite de Bell, en gros, est que Vidéotron indique que son accès Internet est « le plus rapide, point final », en se basant sur un sondage Léger Marketing dont la nature reste pour le moment inconnue. Bell aimerait bien savoir ce que contient ce sondage, pour permettre de tirer une telle conclusion.


Peu importe le jugement final quant à cette poursuite, Bell patine sur une glace assez mince. Bell pense que Vidéotron se base sur un sondage auprès de la clientèle, où une majorité d'entre eux ont l'impression que l'accès Vidéotron est plus rapide sur toute la gamme d'accès offerts, du 1 mégabit/seconde en montant.


Bell offre évidemment des forfaits plus rapides que ça. Son nouveau service Fibe va de 6 à 25 Mb/s, ce qui est évidemment plus rapide. Peut-être même qu'à débit égal, Bell prétend être plus rapide, en combinant à la fois les débits en aval (quand on reçoit du contenu) et en amont (quand on en envoie).


Là-dessus, Bell dit être trois fois plus rapide qu'un produit concurrent par câble.


Ça se gâte toutefois quand on regarde la gamme de forfaits offerts aux consommateurs par les deux fournisseurs. L'accès le plus rapide de Bell est de 25 Mb/s. Vidéotron en offre à 30 et à 50 Mb/s. Ils coûtent les yeux de la tête, mais au moins, ils existent.


Vous voyez un peu comment c'est tordu. C'est comme les sondages BBM pour la radio : tout le monde est numéro un! Bell et Vidéotron prétendent tous deux être le fournisseur le plus rapide sur le marché, chiffres à l'appui.


Si un deux deux pouvait également prétendre être le plus ridiculement abordable, ce serait déjà ça de gagné. Parce que des fois, ce n'est pas le plus gros ni le plus rapide qui gagne, c'est le plus abordable.


Et si Bell voulait réellement faire mal à Vidéotron, qui a fait beaucoup de bruit l'an dernier en prédisant une guerre de prix avec Bell à tous les niveaux, mais surtout du côté du sans fil, elle lui faucherait l'herbe sous le pied en offrant un service Internet, avec ou sans fil, à prix dérisoire.


Comble de l'ironie, bien sûr : il n'aurait même pas besoin d'être le plus rapide.


 


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

La vague des micro-distilleries frappe la Belle Province

Édition du 12 Janvier 2019 | Daniel Germain

Aujourd'hui, on trouve une dizaine de vodkas québécoises et trois fois plus de gins made in Quebec.

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

11:36 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.