Un géant de la finance avance ses pions dans les cryptomonnaies

Publié le 15/10/2018 à 16:23

Un géant de la finance avance ses pions dans les cryptomonnaies

Publié le 15/10/2018 à 16:23

Par AFP

Le gestionnaire d’actifs américain Fidelity Investments a annoncé lundi la création d’un service dédié aux clients désireux de spéculer sur les devises virtuelles comme le bitcoin, apportant ainsi le sceau d’un géant de la finance traditionnelle à un marché en quête de légitimité.


Les services de cette nouvelle filiale, baptisée Fidelity Digital Assets, seront réservés aux « investisseurs institutionnels sophistiqués comme les hedge funds, les sociétés spécialisées dans la gestion de patrimoine familial et les intermédiaires du marché financier », détaille un communiqué. 


« Notre but est de permettre aux investisseurs d’accéder plus facilement aux actifs numériques », a souligné la patronne de la société de gestion d’actifs, Abigail Johnson, dans le document. 


Fidelity Investment, qui gère en tout 7 200 milliards de dollars d’actifs pour le compte de ses clients, est l’une des premières grandes sociétés américaines à s’être penchée sur le bitcoin, il y a environ cinq ans. 


Elle a depuis mené plusieurs expérimentations destinées à développer une fine compréhension de cette nouvelle classe d’actifs.


« La création de Fidelity Digital Assets est la première étape dans un projet à long terme de création d’une plateforme de qualité et proposant toutes sortes de services relatifs aux actifs numériques », a indiqué Tom Jessop, en charge de cette nouvelle filiale, dans le communiqué.


Les investisseurs affriolés par les devises virtuelles peuvent actuellement spéculer directement sur des plateformes spécialisées. 


Ils peuvent aussi miser sur l’évolution du bitcoin via les contrats à terme proposés depuis fin 2017 par plusieurs plateformes boursières ayant pignon sur rue comme le Chicago board options exchange (Cboe).


Mais le flou sur la législation entourant les cryptodevises, leur extrême volatilité et les risques de piratage représentent encore un frein important.


Les grandes banques de Wall Street sont ainsi encore réticentes à proposer des services directement liés aux cryptodevises comme le bitcoin, l’ethereum ou le litecoin.


Pourtant, fait valoir Fidelity, nombre d’investisseurs institutionnels cherchent à entrer sur le marché des devises virtuelles en raison « de leur popularité croissante en tant que réserve de valeur », « du fait que leur évolution est souvent indépendante du reste des marchés financiers », ou « de l’émergence de technologies informatiques pouvant alimenter de nouvelles industries ». 


Pour rassurer les courtiers circonspects, le gestionnaire d’actifs assure avoir mis en place un système de sécurité et des outils de courtage sophistiqués. 


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Cryptomonnaies: la fin de l'hiver approche dit un pionnier

17/01/2019 | AFP

Le cofondateur de l'Ethereum croit que l'appétit pour les cryptomonnaies devrait revenir au 1er ou 2e trimestre.

2018, l'antithèse de 2017 sur les marchés

21/12/2018 | Ian Gascon

Je profite de ce dernier billet de l’année, pour revenir sur certains éléments marquants de 2018.

À la une

Le Canada doit se préparer à un Brexit «dur»

Il y a 15 minutes | François Normand

ANALYSE - À moins d'une surprise, le libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni prendra fin. Il faut s'y préparer.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

18/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.

Une perspective à long terme remet les pendules à l'heure

18/01/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Malgré nos impressions, la volatilité en 2018 était un peu sous la moyenne des 20 dernières années.