Google veut prédire les maladies

Publié le 19/04/2017 à 14:29

Google veut prédire les maladies

Publié le 19/04/2017 à 14:29

Par AFP

 Verily, la filiale spécialisée dans la santé du géant internet américain Alphabet (Google), ambitionne de déterminer les signes avant-coureurs des maladies avec une étude de grande ampleur annoncée mercredi, qui va suivre environ 10.000 personnes durant plusieurs années. 


L'étude, baptisée «Project Baseline» et réalisée en partenariat avec les universités de Duke et Stanford, dit vouloir réaliser «une carte de la santé humaine» en accumulant un large éventail de données médicales, comportementales ou même génétiques sur les participants.


Elle va notamment pour cela leur faire porter au quotidien un appareil connecté au poignet ainsi que d'autres capteurs. Le suivi passera aussi par des visites cliniques régulières ainsi que des questionnaires et enquêtes interactifs sur smartphones ou ordinateurs.


Verily précise dans son communiqué qu'elle collectera des échantillons biologiques (sang, salive) et procèdera à toute une série de mesures afin de collecter des données cliniques, physiques, environnementales, moléculaires et génétiques, des images médicales et des informations fournies par les participants eux-mêmes.


La société dit vouloir ainsi établir une base de données de référence «qui puisse être utilisée pour mieux comprendre la transition entre la bonne santé et la maladie, et identifier des facteurs de risques additionnels pour les maladies».



Elle dit notamment vouloir essayer de repérer des marqueurs biologiques avant-coureurs, signalant qu'une maladie cardiovasculaire ou un cancer est en train de se développer.


Le recrutement des participants va commencer dans les  prochains mois, et ils seront suivis pendant au moins quatre ans.


Les informations collectées seront hébergées dans la plateforme de stockage de données en ligne (cloud) de Google, et Verily ambitionne à l'avenir de mettre des bases de données anonymisées à la disposition de chercheur.


Verily (ex-Google Life Science) avait été lancée officiellement comme société indépendante en 2015. Elle fait partie des grands paris futuristes qui ont été séparés du coeur de métier de Google et dépendent désormais directement de la holding du groupe, Alphabet, et elle est à ce jour l'un des rares d'entre eux à dégager des revenus.


Verily travaille notamment sur le diabète avec le groupe pharmaceutique français Sanofi et elle a un autre partenariat dans la bioélectronique avec le britannique GlaxoSmithKline.


 


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

Sur le même sujet

À surveiller: Alphabet, Bombardier et Canadian Tire

25/07/2017 | François Pouliot

Que faire avec les titres d'Alphabet, Bombardier et Canadian Tire?

Alphabet digère facilement l'amende européenne mais...

24/07/2017 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Même si le géant peut allonger 2,7 milliards, cela crée une certaine incertitude quant aux activités outre-Atlantique.

À la une

Les PDG larguent Trump, mais la Bourse résiste

20/08/2017 | Jean Gagnon

La machine financière marcherait toute seule et l’attitude chaotique du président aurait-elle peu d’effet?

Vidéo: TJX, un antidote à la vente de vêtements en ligne?

19/08/2017 | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. TJX (Winners et Home Sense au Québec) est-il un antidote à Amazon en commerce de détail?

Pouvez-vous répondre à ces 3 petites questions?

BLOGUE INVITÉ. Ce n'est pas en demeurant ignorant sur la finance que l'on contrera les inégalités de richesse!