Google veut prédire les maladies

Publié le 19/04/2017 à 14:29

Google veut prédire les maladies

Publié le 19/04/2017 à 14:29

Par AFP

 Verily, la filiale spécialisée dans la santé du géant internet américain Alphabet (Google), ambitionne de déterminer les signes avant-coureurs des maladies avec une étude de grande ampleur annoncée mercredi, qui va suivre environ 10.000 personnes durant plusieurs années. 


L'étude, baptisée «Project Baseline» et réalisée en partenariat avec les universités de Duke et Stanford, dit vouloir réaliser «une carte de la santé humaine» en accumulant un large éventail de données médicales, comportementales ou même génétiques sur les participants.


Elle va notamment pour cela leur faire porter au quotidien un appareil connecté au poignet ainsi que d'autres capteurs. Le suivi passera aussi par des visites cliniques régulières ainsi que des questionnaires et enquêtes interactifs sur smartphones ou ordinateurs.


Verily précise dans son communiqué qu'elle collectera des échantillons biologiques (sang, salive) et procèdera à toute une série de mesures afin de collecter des données cliniques, physiques, environnementales, moléculaires et génétiques, des images médicales et des informations fournies par les participants eux-mêmes.


La société dit vouloir ainsi établir une base de données de référence «qui puisse être utilisée pour mieux comprendre la transition entre la bonne santé et la maladie, et identifier des facteurs de risques additionnels pour les maladies».



Elle dit notamment vouloir essayer de repérer des marqueurs biologiques avant-coureurs, signalant qu'une maladie cardiovasculaire ou un cancer est en train de se développer.


Le recrutement des participants va commencer dans les  prochains mois, et ils seront suivis pendant au moins quatre ans.


Les informations collectées seront hébergées dans la plateforme de stockage de données en ligne (cloud) de Google, et Verily ambitionne à l'avenir de mettre des bases de données anonymisées à la disposition de chercheur.


Verily (ex-Google Life Science) avait été lancée officiellement comme société indépendante en 2015. Elle fait partie des grands paris futuristes qui ont été séparés du coeur de métier de Google et dépendent désormais directement de la holding du groupe, Alphabet, et elle est à ce jour l'un des rares d'entre eux à dégager des revenus.


Verily travaille notamment sur le diabète avec le groupe pharmaceutique français Sanofi et elle a un autre partenariat dans la bioélectronique avec le britannique GlaxoSmithKline.


 

Sur le même sujet

Attention investisseurs indiciels, branle-bas de combat en vue

S&P Dow Jones et MCSI rebrassent les cartes de leurs indices, ce qui pourrait influer vos choix de fonds sectoriels.

10 choses à savoir jeudi

16/11/2017 | Yannick Clérouin et Alain McKenna

Loblaw livrera votre épicerie en 1h, cet homme qui a «volé» la tête à Bezos, des Couche-Tard de luxe pour Tesla?

À la une

Gare aux profiteurs

Édition de Novembre 2017 | Kathy Noël

Jalousie, attentes, rejet... Un gain d'argent soudain peut susciter la convoitise et le mécontentement.

«Chaque jour de gens nous contactent pour investir dans la crypto»

11:48 | LesAffaires.com et AFP

Les investisseurs institutionnels rechignent encore à s'impliquer. Mais la demande reste «hallucinante».

Entrepreneurs, il est temps de vous mettre au mandarin...

Grâce à un accord de libre-échange avec la Chine, nos entreprises pourraient vendre facilement. Analyse des impacts.