Un jeux montréalais propulse Ubisoft

Publié le 12/02/2018 à 16:55

Un jeux montréalais propulse Ubisoft

Publié le 12/02/2018 à 16:55

Par AFP

Photo: courtoisie

L'éditeur français de jeux vidéo Ubisoft a confirmé lundi ses prévisions pour son exercice en cours 2017/18 et l'exercice suivant, et dit sa «confiance renforcée» grâce à un chiffre d'affaires en hausse de 36,8% pour le troisième trimestre clos en décembre.


A 725 millions d'euros, l'activité d'Ubisoft, qui fait face aux appétits de Vivendi dans le jeu vidéo, ressort supérieure au consensus des analystes de Factset sur cette période. 


Le groupe met cette bonne performance sur le compte de nouveaux jeux comme «Assassin's Creed Origins» et «Mario + Rabbids», ainsi que sur son fonds de catalogue.


«Nous avons fait mieux que prévu avec deux jeux (majeurs) et l'an prochain nous en aurons quatre », a noté au cours d'une conférence téléphonique Alain Martinez, le directeur financier, en soulignant « le niveau de confiance renforcé » du groupe.


Sur neuf mois le groupe a vu ses revenus numériques bondir de 75% et ceux-ci sont désormais plus importants que ses ventes physiques de jeux.


Les revenus issus du fonds de catalogue, soit les jeux les plus anciens qui continuent à être exploités grâce à des contenus additionnels, sont en hausse de 31%, contribuant à améliorer la rentabilité du groupe. 


Le PDG du groupe, Yves Guillemot, a salué les progrès des « opérations Live », des événements en ligne créés pour les joueurs après la sortie des jeux, qui aident à dynamiser les ventes numériques et celles du fonds de catalogue. 


Par ailleurs, la nature de plus en plus récurrente de l'activité donne au groupe plus de temps pour peaufiner ses nouveaux lancements, a-t-il noté.


Ubisoft avait ainsi annoncé en décembre repousser la sortie de trois jeux, dont deux (« Far Cry 5" et « The Crew 2 ») devaient sortir au début de l'année calendaire 2018, et qui devraient voir leurs ventes comptabilisées dans le prochain exercice.


« Ubisoft est ainsi parfaitement positionnée pour atteindre ses objectifs 2017/18 et 2018/19", a noté le responsable dans un communiqué.


Le groupe a confirmé son objectif pour l'année 2017/18 d'un chiffre d'affaires de quelque 1,64 milliard d'euros et d'un bénéfice opérationnel (aux normes non-IFRS) d'environ 270 millions d'euros.


Au quatrième trimestre, Ubisoft table sur un chiffre d'affaires de 449 millions d'euros, soit une baisse de 30% par rapport au chiffre d'affaires de la même période un an plus tôt qui avait été gonflé par les lancements de « Ghost Recon Wildlands » et « For Honor ».


Pour l'exercice à venir 2018/19 le groupe confirme également qu'il compte porter son chiffre d'affaires à 2,1 milliards d'euros avec un bénéfice opérationnel non-IFRS à environ 440 millions.


Ubisoft s'est fixé de nouveaux objectifs lundi avec un objectif de vente de 23 millions d'unités de ses jeux à plus gros budgets (les jeux AAA) sur l'exercice à venir, contre 28 millions vendus précédemment, et un chiffre d'affaires issu des ventes numériques représentant 60% du chiffre d'affaires total.


Le groupe veut aussi développer la pratique de l'e-sport basé sur son jeu « Rainbow Six », en espérant pouvoir monétiser à l'avenir ces compétitions de jeux vidéo.


Vivendi, premier actionnaire du groupe avec quelque 27% du capital et 29% des droits de vote, avait indiqué en novembre ne pas envisager d'offre publique d'achat (OPA) sur Ubisoft ni d'en acquérir le contrôle, « dans les six mois à venir ».


Ubisoft « n'a pas eu de nouvelles depuis novembre » de Vivendi a précisé Alain Martinez.


La famille fondatrice Guillemot, qui détient quelque 16% du capital et 21% des droits de vote, se bat pour conserver l'indépendance du groupe face à son premier actionnaire.


 


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Le Canada doit se préparer à un Brexit «dur»

ANALYSE - À moins d'une surprise, le libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni prendra fin. Il faut s'y préparer.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

18/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.