Turbulences chez Uber: le président des stratégies démissionne

Publié le 20/03/2017 à 15:14

Turbulences chez Uber: le président des stratégies démissionne

Publié le 20/03/2017 à 15:14

Par AFP

Uber a enregistré une nouvelle défection parmi ses dirigeants avec celle de son responsable chargé des stratégies de partage (ride-sharing), alors qu'elle traverse depuis plusieurs mois une passe difficile, rapportaient dimanche les médias américains.


Jeff Jones a quitté ses fonctions environ six mois après avoir été embauché par Uber, rapportent le site Recode et le Wall Street Journal. Selon Recode, M. Jones avait fait part de son mécontentement face aux stratégies de l'entreprise.


Contacté par l'AFP, Uber n'avait pas répondu dimanche soir aux demandes de confirmation.


«Il apparaît maintenant clairement que les convictions et l'approche qui ont guidé ma carrière ne correspondent pas avec ce que j'ai vu et expérimenté chez Uber et que je ne peux pas continuer plus longtemps dans mes fonctions comme président des stratégies de partage chez Uber», a affirmé Jeff Jones dans une déclaration publiée par Recode.


Le directeur technique de la société californienne, Amit Singhal, avait déjà démissionné fin février, coupable d'avoir caché une plainte pour harcèlement sexuel qui l'avait visé alors qu'il travaillait précédemment pour Google. Engagé en janvier par Uber en tant que vice-président chargé du secteur technique, M. Singhal avait quitté Google début 2016.


Le PDG d'Uber, Trevor Kalanick, lui avait demandé de démissionner pour ne pas avoir précisé les circonstances de son départ de chez le géant des moteurs de recherche sur internet où il était resté 15 ans.


M. Talanick lui même avait du s'excuser quelque jours plus tard et reconnu qu'il devait «changer fondamentalement en tant que dirigeant et devenir adulte» après la diffusion sur internet d'une altercation avec l'un des chauffeurs de sa compagnie


Uber avait annoncé le 7 mars qu'elle cherchait «activement» un numéro deux pour épauler M. Kalanick.


Uber, qui n'est pas cotée en Bourse, est toutefois valorisée à près de 70  milliards de dollars et a des activités dans des dizaines de pays. Toutefois, l'entreprise accumule les pertes et les controverses avec les taxis, ses propres chauffeurs, ou les autorités de plusieurs villes. L'entreprise a jusqu'ici largement couvert ses besoins financiers avec des investisseurs privés.


 


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

La cybercriminalité coûte 600 milliards par année

21/02/2018 | AFP

«L'activité criminelle est plus efficace, moins risquée, plus rentable et plus facile que jamais.»

10 choses à savoir mardi

06/02/2018 | Alain McKenna

Trudeau veut quitter l'ALÉNA, une avalanche de divorces signée Trump, plus de camionneurs grâce aux camions autonomes.

À la une

10 choses à savoir vendredi

Les sourcils qui prédisent la Bourse, comment le vélo aide le lobby des armes, ce robot au lieu de milliers d'employés.

Ottawa va-t-il imposer davantage les gains en capital?

BLOGUE. À quelques jours du budget fédéral, l’idée refait surface. Et des fiscalistes estiment le scénario plausible.

La Banque Royale dépasse les attentes, hausse son dividende

Il y a 42 minutes | LesAffaires.com et AFP

La première banque du pays profite notamment de la vigueur des activités de gestion de patrimoine.