Piratage massif de Yahoo: un Canadien parmi les quatre inculpés

Publié le 15/03/2017 à 10:44, mis à jour le 15/03/2017 à 13:17

Piratage massif de Yahoo: un Canadien parmi les quatre inculpés

Publié le 15/03/2017 à 10:44, mis à jour le 15/03/2017 à 13:17

Mary McCord, la ministre de la Justice adjointe (DOJ)

Les autorités américaines ont annoncé mercredi l'inculpation de quatre personnes, dont deux membres des services de renseignement russes FSB, pour une cyberattaque massive dévoilée l'an dernier contre le groupe internet Yahoo.


Cette cyberattaque, qui avait démarré en 2014, est considérée comme l'une des plus importantes jamais menée dans le monde, avec «au moins 500 millions de comptes» compromis, a rappelé le ministère américain de la Justice (DoJ).


D'après son communiqué, Karim Baratov, qui a la double nationalité canadienne et kazakh, a été arrêté mardi dans la ville d’Ancaster, en Ontario, puis remis à la Gendarmerie royale du Canada. Ce résident âgé de 22 ans «a eu un accès non autorisé à plus de 80 comptes en échange de commissions» et faisait l'objet d'un mandat d'arrêt émis à la demande des autorités américaines depuis le 7 mars.


Il a opéré avec le Russe Alexeï Belan, qui figurait déjà sur la liste des cyber-pirates les plus recherchés par les États-Unis après d'autres inculpations pour des faits similaires en 2012 et 2013.


Deux espions russes, Dmitri Dokouchaïev et Igor Souchtchine, ont «protégé, dirigé, facilité et payé des pirates informatiques criminels pour collecter des informations par des intrusions informatiques aux États-Unis et ailleurs».


Une fois entrés dans les systèmes informatiques de Yahoo!, les pirates y avaient volé les informations de plus de 500 millions de comptes d'utilisateurs, et avaient aussi utilisé certaines des informations collectées pour infiltrer des comptes sur d'autres services en ligne comme Google, précise le DoJ.


Une fois entrés dans les systèmes informatiques de Yahoo!, les pirates ont accédé à 500 millions de comptes d'utilisateurs, et aussi utilisé certaines des informations volées pour infiltrer des comptes sur d'autres services en ligne comme ceux de Google.


L'attaque avait visé en particulier les comptes privés de journalistes russes, de responsables des gouvernements russe et américain, ainsi que de salariés de plusieurs entreprises privées: le DoJ liste sans les identifier une société de cybersécurité et une société d'investissement russes, une entreprise française de transport, une compagnie aérienne ainsi que des sociétés de services financiers et d'investissement aux Etats-Unis, et un gestionnaire suisse de porte-monnaie électroniques utilisant la monnaie virtuelle bitcoin.


Message fort


«Avec ces inculpations, le ministère de la Justice continue d'envoyer le message fort que nous ne permettrons pas à des individus, des groupes, des États ou une combinaison de plusieurs d'entre eux de compromettre la vie privée de nos citoyens, les intérêts économiques de nos entreprises, ou la sécurité de notre pays», a affirmé Mary McCord, la ministre de la Justice adjointe, lors d'une conférence de presse.


Les inculpations de mercredi interviennent alors que plusieurs enquêtes sont déjà en cours au Congrès américain pour établir jusqu'à quel point Moscou a interféré dans l'élection présidentielle l'an dernier pour favoriser Donald Trump, comme l'affirment les agences du renseignement américaines.


L'administration Trump est également confrontée depuis plusieurs mois à des accusations de collusion entre des proches du président républicain et des responsables russes, qui ont poussé à la démission son conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn et éclaboussé son ministre de la Justice Jeff Sessions.


«Les inculpations montrent sans équivoque que les attaques contre Yahoo étaient soutenues par un État», s'est félicité pour sa part Chris Madsen, un des responsables des questions légales au sein du groupe internet.


Elles ne font toutefois pas toute la lumière. Le groupe avait bien annoncé en septembre que 500 millions de ses comptes d'utilisateurs avaient été compromis lors d'une cyberattaque remontant à 2014, mettant en cause des pirates «probablement liés à un Etat«. Mais Yahoo avait aussi admis en décembre qu'une autre cyberattaque, en 2013 cette fois, avait frappé plus d'un milliard de personnes, soit la quasi-totalité de ses utilisateurs.


L'affaire a failli remettre en question le rachat du coeur de métier de Yahoo par le géant des télécoms Verizon, qui a finalement obtenu un rabais sur le prix, ramené de 4,83 à 4,48 milliards de dollars.


 


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Les dix meilleures et les dix pires villes où vivre

18/10/2017 | Matthieu Charest

Pour la première fois en une décennie, la qualité de vie s'est globalement améliorée. Mais...

ALÉNA: ce rapport qui réjouit le gouvernement Trudeau

18/10/2017

Il jette un doute sur une des principales préoccupations du président Donald Trump.

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour il y a 49 minutes

Bourses et pétrole en baisse, autre feu vert pour ProMetic, retour de l'optimisme pour ce géant de l'énergie.

La leçon à tirer du fiasco de la CSeries

Mis à jour à 06:13 | Stéphanie Kennan

BLOGUE INVITÉ. Bombardier n'a pas su faire décoller les ventes de son bijou technologique, à cause d'un élément clé.

Bombardier: des fournisseurs pâtiront de l'arrivée d’Airbus

17/10/2017 | François Normand

Des spécialistes expliquent pourquoi il y aura aussi des perdants à la suite de la prise de contrôle du CSeries.