Les rites funéraires prennent le virage techno

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Décembre 2015

Les rites funéraires prennent le virage techno

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Décembre 2015

Par Julien Brault

[Photo : Shutterstock]

Guy Laliberté veut dépoussiérer l'industrie de la mort. Depuis qu'il a vendu le Cirque du Soleil, l'entrepreneur a embauché Guillaume Mercier, auparavant professionnel de l'investissement chez Real Ventures, pour lancer une entreprise dont le mandat est de réinventer la manière dont on célèbre nos morts. Plus qu'une excentricité de milliardaire, ce projet semble répondre à la transformation des rites funéraires par la technologie, dans laquelle plusieurs entrepreneurs ont déjà repéré une occasion d'affaires.


«Je pense que des initiatives comme le projet de Guy Laliberté marquent un tournant qui doit être pris immédiatement, au Québec, parce qu'on est en retard par rapport à d'autres pays», dit Gil Labescat, un doctorant en sociologie à l'Université du Québec à Montréal, dont la thèse porte sur la transformation des rituels funéraires. L'universitaire observe une multiplication des canaux de communication pour commémorer les défunts.


Certains de ces canaux sont mis sur pied par l'industrie, comme la retransmission en temps réel de cérémonies funéraires sur le Web. Il s'agit d'un service proposé par un nombre grandissant de cimetières qui, de plus en plus, sont équipés de réseaux Wi-Fi. Cependant, ce sont des start-up et des réseaux sociaux établis qui sont à l'origine des canaux les plus novateurs.


La mort à l'heure de Facebook


Du haut de ses 1,5 milliard d'utilisateurs actifs, Facebook est appelé à devenir le plus grand cimetière virtuel du monde, s'il ne l'est pas déjà. En effet, les profils Facebook survivent en général à leur titulaire et, depuis 2007, le réseau social permet à leurs proches de mettre ces profils en mode commémoration, sur présentation d'une preuve de décès. Depuis février dernier, les utilisateurs de Facebook peuvent aussi désigner un légataire, qui aura la responsabilité d'administrer leur profil de commémoration après leur mort.


«Ce qui est intéressant, avec les médias sociaux, c'est qu'ils ont créé un moyen de commémorer les morts dans un lieu virtuel qui n'est lié à aucun endroit physique», relève Evan Carroll, coauteur du livre Your Digital Afterlife. Selon lui, cette tendance fait écho à la mondialisation des rapports sociaux, grâce à laquelle il est de moins en moins rare d'avoir des amis sur plusieurs continents.


L'auteur ne croit pas pour autant que les cimetières physiques sont appelés à perdre leur utilité. «On a encore besoin de cimetières, mais ces derniers devront se demander quels services à valeur ajoutée ils seront capables d'offrir, dit Evan Carroll. Une des voies intéressantes est l'Internet des objets, par lequel on tente de lier Internet à des lieux physiques.»


Plusieurs sociétés américaines, dont QR Memorials et Quiring Monuments, offrent déjà d'associer des codes QR à des pierres tombales. Ainsi, quiconque se recueille devant une tombe peut ajouter un témoignage sur une page Web associée au mort par l'intermédiaire de son téléphone intelligent.


Pour sa part, l'Israélien Moran Zur a fondé SafeBeyond.com en 2014 après que sa femme eut reçu un diagnostic de cancer. Le service en ligne permet aux utilisateurs d'envoyer des messages posthumes à leurs proches, à des moments ou dans des lieux prédéterminés. «On pourrait utiliser le service pour envoyer un message à son fils le jour de ses 18 ans, ou utiliser la géolocalisation pour dire à un proche qu'il ne devrait pas perdre son temps à visiter notre tombe des années après notre décès», illustre Moran Zur.


La start-up secrète de Guy Laliberté


Au printemps, le quotidien Le Devoir a révélé que Guy Laliberté projetait d'aménager un cimetière nouveau genre, associé à un restaurant et à un musée, sur l'île Saint-Hélène. Or, le projet de Guy Laliberté, baptisé Pangéa dans l'information coulée au quotidien, n'avait pas encore pris forme.


«Le projet est absolument tout autre que ce qui a été rapporté [dans les médias], mais il touche en effet le sujet de la mémoire et de la célébration de la vie des individus», explique Guillaume Mercier, qui a refusé de nous donner plus de détails sur la jeune entreprise qu'il dirige. Le profil LinkedIn de M. Mercier indique d'ailleurs qu'il est pdg d'un projet confidentiel (stealth project).


Guillaume Mercier nous a néanmoins expliqué que le projet dévoilé par Le Devoir était l'un des concepts, parmi des dizaines, imaginés par Guy Laliberté et ses collaborateurs. De plus, Guy Laliberté n'aurait jamais eu l'intention de nommer ce projet Pangéa, ce nom étant celui qu'avait utilisé un recruteur qui avait eu le mandat d'embaucher des personnes pour ce projet secret.


Actuellement, le projet est chapeauté par la société à numéro 9314-0705 QUÉBEC INC. Selon le Registraire des entreprises, cette dernière a pour mission de développer «un concept de lieux mémoriaux tangibles et intangibles à travers le monde». Guillaume Mercier en est le pdg, et Guy Laliberté contrôle la société par l'entremise de Lune Rouge Innovation, une filiale de son holding Groupe Lune Rouge.


La description du Registraire semble évoquer un réseau international de cimetières liés entre eux par une plateforme en ligne, mais là encore, le projet pourrait très bien avoir évolué depuis l'incorporation. Le nom du projet, par ailleurs, n'aurait pas encore été trouvé.


Cependant, il est à noter que les noms de domaine eternitemontreal.com et ethernite.com ont été enregistrés par Stephane Rainville, un ancien directeur de technologies. Son profil LinkedIn nous révèle qu'il est directeur des technologies de Lune Rouge depuis avril.


Suivez Julien Brault sur Twitter ou sur Facebook


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Le voyage spatial de Guy Laliberté était un avantage imposable

« Je trouve que la motivation essentielle et largement principale de la fonction première du voyage était personnelle.»

Ils mènent le cirque

Édition du 15 Septembre 2018 | Daniel Germain

Le Groupe Cirque du Soleil écrit un nouveau chapitre, avec de nouveaux personnages, de nouvelles structures et des ...

À la une

Volte-face: Couche-Tard produira un premier rapport de développement durable

Il y a 52 minutes | Diane Bérard

BLOGUE. À la veille de l'assemblée annuelle, Couche-Tard s'assouplit sur le vote consultatif et la reddition de comptes.

Couche-Tard refuse qu'on lui impose sa responsabilté sociale

30/08/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Des actionnaires exigent que Couche-Tard divulgue mieux ses enjeux sociaux et environnementaux. Elle refuse.

À surveiller: Uni-Sélect, Osisko et Alibaba

Que faire avec les titres d'Uni-Sélect, Osisko et Alibaba?