Les États-Unis traitent l'antivirus Kaspersky comme un logiciel espion russe

Publié le 12/07/2017 à 12:03

Les États-Unis traitent l'antivirus Kaspersky comme un logiciel espion russe

Publié le 12/07/2017 à 12:03

Par AFP

Le gouvernement américain a décidé d'interdire aux agences fédérales d'acheter des logiciels de la société russe Kaspersky Labs, spécialisée dans la sécurité informatique, en raison des liens supposés de l'entreprise avec les services de renseignement russes.


Le bureau chargé des achats du gouvernement fédéral américain (GSA) a indiqué à l'AFP dans un communiqué avoir retiré Kaspersky Labs de la liste des vendeurs agréés.


«Les priorités du GSA sont d'assurer l'intégrité et la sécurité des systèmes et des réseaux du gouvernement des Etats-Unis», a déclaré l'agence.


Cette décision a été prise à la suite d'un avertissement des services de renseignement américains et de responsables de la sécurité nationale sur l'utilisation des logiciels Kaspersky, qui fournit notamment des logiciels antivirus.


Ces responsables ont fait part de leurs inquiétudes sur les liens supposés de Kaspersky Labs avec l'armée et les services secrets russes, au cours d'une audition au Congrès en mai, sans toutefois préciser ces accusations.


Kaspersky Labs a nié mercredi toute implication avec les autorités russes, affirmant à l'AFP être «injustement accusée sans preuve concrète pour étayer ces fausses allégations».


«Kaspersky Labs n'a aucun lien avec un quelconque gouvernement, et la société n'a jamais aidé, et n'aidera jamais, un quelconque gouvernement au monde dans ses efforts d'espionnage informatique», a ajouté la société.


Selon une enquête de Bloomberg News publiée cette semaine, des emails internes de l'entreprise montrent que Kaspersky a entretenu une relation étroite avec le FSB, la principale agence de renseignement russe.


Kaspersky Labs a réagi mardi à cette enquête, estimant que «les communications ont été mal interprétées ou manipulées», tout en reconnaissant «coopérer de manière régulière avec les autorités, les autres entreprises de cybersécurité et les victimes de cybercriminalité».


Le fondateur de l'entreprise Eugene Kaspersky, né en Russie, a démenti à plusieurs reprises tout lien avec des agences gouvernementales.


«Pour une raison ou une autre, on suppose que puisque nous sommes Russes, nous devons être liés au gouvernement russe. Mais est-ce que quelqu'un pense sérieusement que nous pourrions survivre longtemps en tant que société mondiale, si nous étions un pion de quelque gouvernement que ce soit?», a-t-il écrit dans un blog daté du 30 juin.


 

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

Sur le même sujet

Et si Equifax avait eu la blockchain?

18/09/2017 | Événements Les Affaires

BLOGUE. Un système de registre blockchain aurait pu empêcher les pirates informatiques de s’emparer des données.

Cybersécurité: une trousse à outils pour protéger votre entreprise

14/09/2017 | lesaffaires.com

Desjardins propose depuis cette semaine une trousse web pour outiller les entreprises contre les pièges de sécurité.

À la une

«Nous avons la flexibilité pour réagir plus rapidement aux low-cost», estime Air Canada

Après une transformation majeure, Air Canada croit être mieux armée qu'avantpour faire face à la concurrence à bas prix.

Harfang et Infirmia: vers une nouvelle culture des soins infirmiers

21/09/2017 | Carine Elkouby

PME DE LA SEMAINE. Ces deux entreprises proposent un modèle encore unique au Québec.

«Trump ne comprend pas comment l’économie fonctionne»

21/09/2017 | Matthieu Charest

Un haut placé de la banque de développement du Mexique craint la renégociation de l’ALÉNA et l’attitude de Donald Trump.