Les brèves technos du mercredi

Publié le 01/08/2018 à 14:10

Les brèves technos du mercredi

Publié le 01/08/2018 à 14:10

Par lesaffaires.com

[Photo: 123RF]

Voici une petite sélection de brèves à (re)découvrir.


Faux comptes pour les prochaines élections


 Le réseau social indique avoir découvert sur ses plateformes des efforts «sophistiqués», possiblement liés à la Russie, pour influencer les élections de mi-mandat aux États-Unis ainsi que la politique américaine. L'entreprise a annoncé mardi avoir retiré 32 comptes de Facebook et Instagram, parce qu'ils semblaient être faux et qu'ils présentaient des actions «coordonnées», rapporte Associated Press.


Facebook dit ignorer qui se trouve derrière ces tentatives, mais ajoute qu'il pourrait y avoir des liens avec la Russie. L'entreprise explique avoir trouvé des liens entre les comptes qu'elle vient de retirer et ceux liés à l'Agence de recherche sur internet de la Russie qu'elle a supprimés avant et après l'élection présidentielle américaine de 2016. La page suspecte la plus récente a été créée en mars 2017. Facebook indique que plus de 290 000 comptes ont suivi au moins l'une des fausses pages, dont les plus suivies étaient «Aztlan Warriors», «Black Elevation», «Mindful Being» et «Resisters».


La culture «toxique» du baseball


Deux utilisateurs de Twitter, dont les messages sont devenus viraux après avoir révélé des gazouillis offensants de joueurs de baseball, affirment que leur objectif n'était pas malintentionné mais visait plutôt à donner aux amateurs un portrait plus fidèle de ceux qu'ils encouragent et d'exposer la culture «toxique» du sport.


Dans des entrevues exclusives accordées à l'Associated Press, les deux utilisateurs ont révélé qu'ils ne cherchaient pas à retracer les gazouillis du releveur Josh Hader des Brewers de Milwaukee ou du lanceur Sean Newcomb des Braves d'Atlanta, mais que lorsque les messages sont apparus sur leur fil, ils se sont sentis obligés de les partager.


Après avoir noté les remarques racistes, sexistes et homophobes du lanceur, il était difficile pour Jenkins de demeurer un partisan. Jenkins a compilé des captures d'écran d'une poignée de gazouillis offensants de Hader et a créé un message. Ce gazouillis a recueilli près de 6000 J'aime. Il a affirmé que son intention n'était pas de déterrer le passé de Hader pour le mettre au banc.


Après la mise en lumière des gazouillis de Hader, le releveur s'est empressé de s'excuser, déclarant que les messages étaient une erreur de jeunesse, rédigés en 2011 et 2012, alors qu'il avait 17 ans et longtemps avant d'être un joueur de Ligues majeures. L'explication n'a pas satisfait Jenkins, qui est âgé de 16 ans et de race blanche.


«Branchés» jusqu'à 65 ans


La coupure générationnelle dans les usages d'internet et du numérique se situe désormais à 65 ans et plus au Québec. C'est ce qui ressort du nouveau volet de l'enquête NETendances 2017 rendu public mercredi par le CEFRIO.


Pendant des années, l'utilisation des nouvelles technologies était clairement moindre chez les gens de 55 ans et plus, selon le vice-président aux communications et affaires corporatives au CEFRIO, Guillaume Ducharme.


Il ajoute que cette hausse de 10 ans s'expliquerait en partie par le vieillissement de la population, mais aussi par une plus grande aisance des personnes plus âgées envers la technologie.


Les adultes québécois continuent, par ailleurs, d'être de plus en plus connectés à internet.


Quotidiennement, c'est 93%  des adultes québécois âgés de 18 à 34 ans qui accèdent à la toile, comparativement à 85% pour les 35 à 54 ans, 72% cent pour les 55 à 64 ans, et 58%  des 65 ans et plus.


Il en est de même pour les services payants de visionnement en ligne et l'ouverture face à la possibilité de déposer un chèque en prenant une photo de celui-ci par le biais d'applications bancaires. 


Face à l'ensemble de ces utilisations, il faut dire que seulement 24% des internautes québécois de 65 ans et plus qualifient «d'élevé» leur niveau de compétences sur internet. À l'opposé, les 18 à 34 ans sont 64% à l'évaluer ainsi.


Doutes entourant le secteur des nouvelles technologies


Les publications des grands noms de la technologie américaine, en particulier de Twitter, n'ont pas répondu aux attentes des opérateurs qui ont tourné le dos au secteur. 


«Le sentiment de point haut de l'activité et d'un second semestre moins dynamique pèse sur la valorisation du secteur», ont indiqué les analystes du courtier Aurel BGC, qui évoquent l'apparition de «doutes profonds» sur la valorisation des valeurs technologiques.


Dans ce contexte, le poids lourd Apple a pourtant publié des résultats globalement meilleurs qu'attendu. Mais, bien que les ventes de ses téléphones intelligents se soient révélées, en volume, un peu en-dessous des anticipations, avec 41,3 millions d'unités écoulées (+1%), Apple a fait largement plus que le compenser grâce à une hausse des prix de vente. Le chiffre d'affaires de ce segment a ainsi bondi de 20% pour atteindre près de 30 milliards de dollars.


Cela est notamment dû à la sortie en 2017 de l'iPhone 8 et surtout de l'iPhone X, dont le prix démarre aux Etats-Unis à près de 1.000 dollars.


Des milliards partis en fumée


Le géant japonais du tabac Japan Tobacco a abaissé ses prévisions annuelles de bénéfices, du fait notamment des investissements menés dans la cigarette électronique pour compenser le déclin du nombre de fumeurs.


L’entreprise vise désormais en 2018 un bénéfice net de 377 milliards de yens (2,9 milliards d'euros), au lieu de 394 milliards escomptés auparavant, et un bénéfice d'exploitation de 541 milliards de yens, au lieu de 561 milliards.


Dans ce contexte difficile, le groupe accentue ses efforts pour renforcer sa part de marché, qui reste faible, dans les nouveaux produits. Depuis juin, il propose dans l'ensemble du Japon la cigarette électronique Ploom Tech, qui contient du tabac chauffé à une température suffisante pour générer de la vapeur, mais insuffisante pour brûler et dégager de la fumée comme une cigarette classique.


 


Prix de revente record pour l'iPhone, une cryptomonnaie émise par la Banque du Canada... retrouvez ici les précédentes brèves technos.







NDLR: L'article «Les brèves technos» reste un exercice de revue de presse. Les avis et opinions qui y sont rapportés ne reflètent pas nécessairement ceux et celles de la rédaction de Les Affaires.




image

Sécurité alimentaire

Mardi 13 novembre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

10 choses à savoir lundi

15/10/2018 | Alain McKenna

Un pipeline à 11G$ pour la Caisse, le pot relance des villages abandonnés, ce train solaire fait la barbe à Bombardier.

10 choses à savoir vendredi

12/10/2018 | Alain McKenna

Après la Formule 1 et la Formule E, la Formule W, une bière faite de pain jeté, des mises à pied massives chez Ford.

À la une

Les pros sont encore plus prudents

Découvrez comment les gestionnaires avaient échafaudé leur portefeuille à l'arrivée de l'automne.

La santé publique se prépare à la légalisation du cannabis

15/10/2018 | AFP

L'entrée en vigueur de la légalisation du cannabis suscite toujours de vives inquiétudes.

Pas un jeu d'enfant, les enjeux légaux reliés au cannabis

Édition du 06 Octobre 2018 | Simon Lord

Malgré la légalisation, les producteurs ne sont pas à court d'aspects légaux à comprendre.