L'Iran en discussion avec Twitter pour débloquer le réseau

Publié le 22/08/2017 à 07:56

L'Iran en discussion avec Twitter pour débloquer le réseau

Publié le 22/08/2017 à 07:56

Par AFP

Des discussions sont en cours entre l'Iran et Twitter pour débloquer le réseau social, interdit depuis des années dans le pays mais utilisé par de nombreux dirigeants iraniens, a annoncé mardi le nouveau ministre des Télécommunications.


Twitter est interdit depuis les manifestations de masse contre le régime en 2009 qui avaient suivi la réélection contestée du président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad.


Twitter «a annoncé être prêt à négocier pour résoudre les problèmes», a affirmé le ministre Mohammad Javad Azari Jahromi au quotidien Iran Daily. «Il y a de bonnes bases pour de telles négociations. Twitter n'est pas un (réseau) immoral nécessitant d'être bloqué».


De nombreux dirigeants iraniens utilisent Twitter, notamment le guide suprême Ali Khamenei qui possède un compte dans plusieurs langues, ainsi que le président Hassan Rohani et le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif. Même M. Ahmadinejad a rejoint le réseau cette année.


Malgré l'interdiction en Iran de Twitter, Facebook et YouTube, des millions d'utilisateurs y ont accès grâce à un logiciel peu coûteux. 


Le ministre iranien a indiqué que des responsables tentaient de trouver des solutions pour débloquer YouTube, tout en continuant à censurer son «contenu immoral», et qu'un projet pilote avait été lancé pour permettre aux universités d'y accéder.


Il a déclaré que la décision finale concernant le déblocage de Twitter ne revenait pas à son ministère mais au Conseil supérieur de l'Internet, qui comprend des membres du pouvoir judiciaire dominé par les conservateurs.


M. Jahromi, 35 ans, est devenu le plus jeune ministre d'un gouvernement iranien, et le premier à être né après la révolution islamique de 1979.


Sa nomination a été critiquée par des organisations de défense des droits de l'Homme pour son implication présumée dans des écoutes téléphoniques au cours des manifestations antirégime de 2009 violemment réprimées.


Lors d'une récente réunion avec des députés, le ministre a rejeté ces accusations, affirmant qu'à cette époque, il n'était «pas responsable d'écoutes». «J'étais en charge du système technique de l'industrie de surveillance», a-t-il souligné, selon le journal Shahrvand.


 

À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

À la une

DavidsTea vendra maintenant ses thés en épicerie

Il y a 53 minutes | Martin Jolicoeur

Il s'agit d'un revirement de stratégie complet pour la montréalaise, inscrite au Nasdaq.

D-Box réduit sa perte nette au premier trimestre

Il y a 42 minutes | Denis Lalonde

D-Box a vu sa perte nette reculer à 229 000$ pour son 1er trimestre, grâce à une hausse de 17% de ses revenus.

Tinder: sulfureuses accusations et poursuite judiciaire

13:49 | AFP

Ils l'accusent d'avoir «manipulé» les informations financières pour les priver de milliards de dollars leur revenant.