Internet à deux vitesses : le risque caché qui guette les PME québécoises


Édition du 17 Septembre 2016

Une forte majorité des PME québécoises se dit satisfaite de ses services Internet. Pourtant, d'après notre sondage exclusif, mené en partenariat avec la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), ils sont bien insuffisants pour attaquer la quatrième révolution industrielle qui s'amorce. Québec non plus ne voit pas cet écueil. Est-il trop tard pour corriger le tir ?


Geneviève Riverin a pris possession de sa ferme du Bic, près de Rimouski, en 2008. L'an dernier, la ferme Cimon a inauguré une nouvelle étable entièrement automatisée : un robot de traite gère la production laitière des 42 vaches dont il a la charge, ce qui fait de la ferme du Bas-Saint-Laurent une pionnière en matière d'adoption de nouvelles technologies.


Cette robotisation promettait un gain de productivité notoire à Mme Riverin et à son conjoint, en les laissant vaquer aux autres activités de l'entreprise familiale sans négliger sa production laitière. Advenant un pépin, leur robot leur envoie automatiquement une alerte, par Internet, leur permettant de réagir promptement.


Sauf que la ferme Cimon est située quelques mètres trop loin du village, la privant d'une connexion à Internet fiable, constante et, en un mot, «à haute vitesse». Donc, pas d'alerte robotisée pour eux. «Même le téléphone griche tout le temps», explique Geneviève Riverin au cours d'une entrevue téléphonique avec Les Affaires, en s'excusant de ne pas avoir bien compris une question du journaliste.


«On a un voisin qui a la haute vitesse, mais nous, on ne l'a juste pas. Ça nous pénalise de plusieurs façons, de la comptabilité à l'acquisition de clients ou de fournisseurs. Ça nous coûte aussi plus cher quand, par exemple, le vétérinaire doit soigner une de nos vaches et qu'il doit retourner à son cabinet pour consulter ses notes, plutôt que de le faire par Internet. On le paie à l'heure, après tout», raconte la jeune entrepreneure.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Le milieu des affaires est rassuré par l'élection de la CAQ

«Le sujet de l’heure, ça demeure la pénurie de main-d’œuvre», selon la FCEI.

Baromètre FCEI: le moral des entrepreneurs demeure stable

27/09/2018 | lesaffaires.com

Le Québec a détrôné l’Île-du-Prince-Édouard à la tête du palmarès de la FCEI.

À la une

L'expérience client décortiquée

Il y a 24 minutes | Martin Jolicoeur

On en parle beaucoup. Mais que font Lolë, Aldo et Groupe Germain au juste pour nourrir l'expérience de leurs clients?

La chaîne de boutiques Dans un Jardin cesse ses opérations et déclare faillite

Il y a 6 minutes | La Presse Canadienne

La direction évoque des difficultés financières insurmontables.

L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi menacée après l'arrestation de Ghosn

Il y a 0 minutes | AFP

L'équilibre de ce triangle semblait reposer sur un seul homme tombé brutalement de son piedestal.