Google va vendre le guide gastronomique Zagat

Publié le 05/03/2018 à 15:24

Google va vendre le guide gastronomique Zagat

Publié le 05/03/2018 à 15:24

Par AFP

Google va céder le guide gastronomique Zagat au site The Infatuation, se désengageant d'un grand nom de l'édition culinaire qu'il n'est pas parvenu à intégrer dans sa stratégie.


Le géant d'internet avait acquis Zagat en 2011 pour 151 millions de dollars, montant évoqué à l'époque par plusieurs médias américains mais jamais confirmé officiellement.


Interrogé par l'AFP quant au prix d'acquisition, The Infatuation s'est refusé à tout commentaire.


«Les marques emblématiques ne sont pas souvent disponibles, et il n'y a pas plus emblématique que Zagat», a commenté Chris Stang, co-fondateur et directeur général de The Infatuation, cité dans un communiqué publié lundi.


Zagat a été créé en 1979 à New York par Tim et Nina Zagat, bien après le guide Michelin (1900) mais à une époque où la gastronomie américaine n'en était qu'à ses balbutiements.


Le guide imprimé est devenu une institution, au point d'être décliné ensuite dans de nombreuses villes américaines, mais aussi à l'étranger, à Paris notamment.


Mais l'avènement d'internet l'a frappé de plein de fouet et il a tardé à prendre résolument le virage du numérique.


Google l'a racheté avec l'intention d'en faire un acteur majeur de la gastronomie sur internet, un concurrent notamment pour l'émergent Yelp, même si ce dernier est basé sur les critiques des internautes et non d'un seul critique pour chaque établissement, comme Zagat.


Mais la greffe n'a pas pris. En 2016, Google a tenté une refonte en changeant le logo, le site et en lançant une application mobile, qui n'ont pas convaincu.


Toutes les éditions imprimées ont été arrêtées, à part celle de New York.


Avant l'opération annoncée lundi, plusieurs médias américains rapportaient depuis plusieurs mois que Google cherchait à se défaire de Zagat.


Sollicité par l'AFP, The Infatuation s'est refusé à dire si la dernière édition papier du guide, celle de New York, allait être supprimée.


The Infatuation a été fondé en 2009 par deux anciens de l'industrie du disque, Chris Stang et Andrew Steinthal. Selon le site Crunchbase, ils ont levé jusqu'ici 3,5 millions de dollars auprès de plusieurs investisseurs.


The Infatuation et Zagat vont continuer à exister sur deux plateformes distinctes avec deux approches différentes, selon le communiqué.


Les acquéreurs prévoient d'augmenter la part des internautes et de leurs critiques dans le fonctionnement de Zagat, ainsi que de créer une nouvelle plateforme.


The Infatuation est aussi basé sur des critiques de restaurants réalisées individuellement et non un ensemble d'avis d'internautes.


Il propose aussi des articles ainsi que la possibilité pour les utilisateurs de recevoir une recommandation personnalisée par SMS.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Les GAFA ont-ils fait un pacte avec le diable?

22/06/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Google & co. travaillent main dans la main avec la Défense américaine pour militariser l'IA...

À surveiller: Alphabet, Theratechnologies et Dollarama

20/06/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres d'Alphabet (Google), Theratechnologies et Dollarama? Voici des recommandations d'analystes.

À la une

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...

Bourse: l'été ne sera pas de tout repos

BLOGUE. Gracieuseté de la bravade de Donald Trump, les stratèges craignent un été mouvementé.