Facebook et Google manipulent les utilisateurs malgré le RGPD

Publié le 27/06/2018 à 06:40

Facebook et Google manipulent les utilisateurs malgré le RGPD

Publié le 27/06/2018 à 06:40

Par AFP

En proposant des paramétrages par défaut «intrusifs», qui laissent peu de choix en terme de confidentialité, Facebook et Google poussent les utilisateurs à partager leurs informations malgré la nouvelle législation européenne, estime une étude publiée mercredi.


Une agence gouvernementale, le Conseil norvégien des consommateurs, a relevé dans son rapport que les réglages proposés par les deux géants américains contreviennent au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), même après son entrée en vigueur le 25 mai.


«Ces sociétés nous manipulent pour que nous partageons des informations sur nous-mêmes», a déclaré le directeur des services numériques du Conseil, Finn Myrstad, dans un communiqué.


«C'est en contradiction avec les attentes des consommateurs et l'intention du nouveau règlement», souligne l'étude dont les données ont été collectées entre mi-avril et début juin, quelques semaines après l'entrée en vigueur du RGPD.


Selon les éléments étudiés, les paramètres par défaut de Facebook et Google sont le plus souvent les moins respectueux de la vie privée. En outre, les utilisateurs les changent rarement.


Les réglages plus favorables à la confidentialité «nécessitent plus de clics et sont souvent cachés», insiste l'étude.


«Dans de nombreux cas, les services cachent le fait que les utilisateurs ont très peu de choix réels, et que le partage complet de données est accepté simplement en utilisant le service», résume-t-elle.


«Cela montre un manque de respect pour leurs utilisateurs, et contourne la notion de laisser aux consommateurs le contrôle de leurs données personnelles», a souligné M. Myrstad dans le communiqué.


L'exploitation des informations de dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook par la société Cambridge Analytica, impliquée dans la campagne présidentielle de Donald Trump, a convaincu de nombreux utilisateurs du bien-fondé du nouveau règlement, dont les effets se sont faits sentir au plan mondial.


Il doit permettre de mieux protéger les données personnelles des Européens à l'ère numérique.


Il renforce les droits des internautes et établit des obligations claires pour les entreprises dans le traitement des données.


Il prévoit notamment des amendes allant jusqu'à 20 millions d'euros ou 4% du chiffre d'affaires pour les entreprises prises en faute.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

L'Union européenne durcit le ton face au contenu extrémiste

De nouvelles mesures pourraient obliger les géants du web à retirer en moins d'une heure de telles publications.

Facebook et Twitter mis sur le banc des accusés aux États-Unis

05/09/2018 | AFP

Vers 13H00, Twitter et Facebook chutaient à Wall Street, respectivement de 4,62 % et 1,49 %.

À la une

Les Affaires anime et diffuse le débat sur les enjeux environnementaux montréalais

24/09/2018 | lesaffaires.com

Le débat pré-électoral sur les enjeux environnementaux sera diffusé en direct sur LesAffaires.com dès 19h30.

Nos déchets, ce nouvel or brun

Édition du 28 Juillet 2018 | Alain McKenna

L’économie de marché ­peut-elle sauver la planète?  ­Oui, répond d’emblée l’Alliance canadienne pour l’innovation.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...