Europe: certains pays veulent limiter la publicité sur Facebook

Publié le 23/11/2012 à 07:58, mis à jour le 18/10/2013 à 13:48

Europe: certains pays veulent limiter la publicité sur Facebook

Publié le 23/11/2012 à 07:58, mis à jour le 18/10/2013 à 13:48

Par AFP

Photo: Bloomberg

Les associations de consommateurs des pays nordiques ont demandé à Facebook de renoncer à des publicités jugées trop intrusives, sous peine de lancer une action en justice contre le site en quête de nouveaux revenus, a-t-on appris jeudi auprès de l'association norvégienne.


Comme ses homologues d'Europe du Nord, le Forbrukerombud, médiateur chargé de la défense des consommateurs en Norvège, s'irrite des "statuts sponsorisés" ("sponsored stories"), des messages publicitaires qui s'affichent de manière intempestive dans le fil d'actualité des usagers de Facebook.


L'association a envoyé une lettre à la commission européenne pour vérifier la conformité de cette pratique avec la directive "vie privée et communications électroniques" de l'Union eueopéenne (UE), et éventuellement compléter cette réglementation conçue avant l'avènement de Facebook.


"Il existe une interdiction d'envoyer des publicités électroniques à des consommateurs qui n'ont pas donné leur accord, que ce soit par courriel ou par SMS", a déclaré à l'AFP la médiatrice Gry Nergaard.


"Nous estimons qu'une partie de la publicité que Facebook appelle +statuts sponsorisés+ (...) commence à s'apparenter à des messages électroniques non-sollicités", a-t-elle dit.


En fonction de la réponse des autorités européennes et de Facebook, la médiatrice n'a pas exclu d'entamer une action en justice pour faire cesser cette pratique.


Les "statuts sponsorisés" ou "actualités sponsorisées" sont des messages publicitaires s'affichant sur la page Facebook d'un internaute pour lui apprendre qu'un de ses "amis", dont le nom et/ou la photo peut s'afficher "aime" le produit d'un annonceur, laissant penser que ce produit est explicitement vanté par cet "ami".


"Ca a encore évolué", a déploré Mme Nergaard. "Maintenant, on peut aussi recevoir une annonce publicitaire sans qu'il soit mentionné qu'un de vos amis l'a aimée'", a-t-elle dit.


De son côté, le site communautaire, dont la popularité auprès du grand public peine à se traduire en recettes commerciales, affirme se conformer aux lois européennes et norvégiennes.


Son porte-parole en Europe du Nord, Jan Fredriksson, a fait valoir qu'il était possible de se prémunir contre ce genre de messages publicitaires en modifiant ses paramètres.


Mais, pour Mme Nergaard, l'enjeu pour Facebook est d'obtenir l'aval de ses usagers en amont plutôt que de leur fournir des possibilités d'"opt out" en aval.


La Commission européenne devait examiner la question sous peu, selon elle.

Sur le même sujet

Facebook poursuit les avocats de Paul Ceglia, qui réclamait 50% du réseau

20/10/2014

Elle les accuse de complicité avec celui qui a tenté d'escroquer le réseau social et son fondateur.

Des failles dans la gestion de crise chez Home Depot

Édition du 11 Octobre 2014 | Denis Lalonde

En choisissant de publier des communiqués non signés pour annoncer à sa clientèle que ses systèmes informatiques ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.