Appel au G20 de Paris, Berlin, Madrid, Londres et Rome pour mieux taxer les GAFA

Publié le 05/03/2018 à 11:41

Appel au G20 de Paris, Berlin, Madrid, Londres et Rome pour mieux taxer les GAFA

Publié le 05/03/2018 à 11:41

Par AFP

Les ministres des Finances des cinq pays de l'UE membres du G20, soutenus par la Commission européenne, ont exhorté lundi dans un courrier commun le G20 à avancer sur la taxation des géants du numérique («GAFA»).


Dans une lettre adressée au ministre des Finances argentin, dont le pays occupe la présidence tournante du G20, les cinq ministres de la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni, écrivent «avoir hâte de mener une discussion rigoureuse à ce sujet» lors du G20 Finances des 19 et 20 mars à Buenos Aires.


La Commission européenne compte présenter à Bruxelles le 21 mars ses premières propositions sur la fiscalité du numérique, qui doivent être évoquées par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE lors d'un sommet les 22 et 23 mars à Bruxelles.


Ce sera ensuite au tour de l'OCDE de faire ses propositions lors de la réunion des ministres des Finances du G20 en avril à Washington.


Tout en soulignant que "les spécificités de l'économie numérique requièrent de nouvelles règles globales", les cinq ministres des plus grandes économies européennes insistent sur le fait que «cela ne devrait pas empêcher les pays, dans un premier temps, d'adopter des solutions intérimaires, de préférence sur une base coordonnée pour traiter les questions soulevées à court terme».


Concrètement, selon ces cinq ministres, l'UE pourrait se doter dans un premier temps de règles spécifiques pour taxer les Gafa, donnant ainsi l'exemple et entraînant éventuellement plus tard le monde entier dans son sillage.


Reste à savoir si des pays européens comme l'Irlande, les Pays-Bas, le Luxembourg ou Malte, connus pour leur fiscalité avantageuse vis-à-vis des entreprises, ne résisteront pas à leurs projets. Dans l'UE, toute réforme sur la fiscalité requiert en effet l'unanimité des 28.


Dans leur lettre, Bruno Le Maire, Peter Altmaier, Pier Carlo Padoan, Luis de Guindos, Philip Hammond, appellent également l'OCDE à accroître la pression sur les pays qui n'imposent pas les sociétés.


Dans un entretien au Journal du dimanche, paru ce week-end, Bruno Le Maire avait affirmé que la prochaine directive européenne --qui doit être présentée le 21 mars prochain-- projette de taxer les géants du numérique entre «2% et 6%» de leur chiffre d'affaires réalisé dans chaque pays de l'Union. «Probablement plus près de 2 que de 6», avait-il dit.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Amazon envisage d'ouvrir 3000 magasins sans caissier

20/09/2018 | AFP

Le groupe pourrait néanmoins adopter le modèle «Amazon Go» lancé en 2016.

Le patron d'Amazon crée une nouvelle fondation pour l'éducation

13/09/2018 | AFP

Son don qui correspond à 1% de sa fortune reste bien inférieur aux efforts philanthropique d'autres multimilliardaires.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: