Une embellie grâce aux exportations

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Février 2015

Une embellie grâce aux exportations

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Février 2015

[Photo: Shutterstock]

Cette fois, ça y est. L'économie québécoise prend des forces tranquillement, mais sûrement. Et la bougie d'allumage qui stimule l'activité économique est la reprise de nos exportations sur deux marchés dynamiques et stratégiques du Québec : l'Ontario et les États-Unis.


Le patron de Beauce Atlas, Germain Blais, voit le marché américain dans sa soupe. La reprise aux États-Unis gonfle le carnet de commandes du fabricant de structures d'acier de Sainte-Marie, en Beauce, qui regagne ainsi le terrain perdu à la suite de la grande récession de 2007-2009.


«On sent nettement la reprise depuis six mois. Non seulement les projets sont plus nombreux, mais ils sont plus gros», dit le patron de cette PME qui exploite deux usines à Sainte-Marie. Elle exporte ses produits surtout en Nouvelle-Angleterre.


En 2008, Beauce Atlas réalisait 70 % de ses ventes aux États-Unis et 30 % au Canada. Après la récession, le marché américain a dégringolé à 15 %. L'entreprise avait alors orienté ses efforts vers les autres provinces pour compenser le recul des ventes américaines. La reprise américaine chambarde de nouveau la répartition géographique du chiffre d'affaires de Beauce Atlas, se réjouit Germain Blais. «Aujourd'hui, nous sommes à une proportion de 50 %-50 %. Et d'ici un à deux ans, le marché américain devrait représenter de nouveau 70 %.»


Comme Beauce Atlas, beaucoup d'entreprises québécoises, entre autres dans le secteur manufacturier, reprennent tranquillement du poil de la bête dans le sillage de la reprise économique américaine, mais aussi en Ontario, la province la plus dynamique du Canada en ce moment.


Cette année, l'économie américaine devrait croître de 3,3 %, prévoit la Banque Nationale. Quant à celle de l'Ontario, qui a affiché une croissance de 4 % au troisième trimestre, elle devrait progresser de 2,8 % pour l'ensemble de 2015, selon le Mouvement Desjardins.


Sources : Ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, Banque Nationale, Institut de la statistique du Québec et Mouvement Desjardins, Études économiques.


Le terrain perdu a été rattrapé


Le dynamisme retrouvé de ces deux partenaires clés pour le Québec injecte une dose d'énergie à son économie. Signe que le commerce extérieur du Québec se porte beaucoup mieux, le volume de nos expéditions à l'étranger a récemment dépassé le niveau d'avant la récession de 2008-2009. Notamment celles vers les États-Unis, qui comptent pour 71 % des exportations internationales, ont augmenté de 12,5 % pour les 11 premiers mois de 2014, selon l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).


Comme près de la moitié de l'économie québécoise est tournée vers l'exportation, il va sans dire que la hausse de ses expéditions a un impact positif sur son économie.


Résultat : Desjardins prévoit que le PIB québécois progressera de 1,7 % cette année, tandis que la Banque Nationale anticipe une hausse de 1,9 %. Pour l'ensemble de 2014, la croissance devrait être de 1,5 à 1,6 % (voir infographie), selon les estimations des deux institutions financières.


Autrement dit, la croissance ne sera pas fulgurante, mais l'économie redémarre.


À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

10 choses à savoir mercredi

Il y a 49 minutes | Alain McKenna

Les Québécois achèteront plus à Noël, on recherche le Steve Jobs montréalais, cette pub bancaire qui glace le sang...

Consommation responsable: larguer la viande rouge avant son auto

BLOGUE. 9e baromètre de la consommation responsable: montée des rénorécupérateurs, chute du boeuf, timidité des femmes.

L'inaccessible maison?

En 2019, les maisons seront inabordables à un niveau qu'on ne voit pas souvent.