60 secondes avec: James Foreman-Peck, de la Cardiff Business School


Édition du 14 Février 2015

Dans un article à paraître dans le Scottish Journal of Political Economy, vous soutenez que, malgré la position enviable de l'anglais dans le commerce international, les firmes anglophones n'en tirent aucun avantage dans leurs exportations. Pourquoi ?
Nous avons découvert que ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

20/09/2018 | lesaffaires.com

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

100 G$ d'échange taxés entre la Chine et les É-U jeudi

22/08/2018 | AFP

95 % des produits visés par les tarifs américains sont des biens intermédiaires, ce qui affecte les industriels des É-U.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: