À la mode de chez nous

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

À la mode de chez nous

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

slide-image

Marie Saint Pierre

[Photo : Jérôme Lavallée]

Marie Saint Pierre
slide-image

Marie Saint Pierre

Marie Saint Pierre a ouvert, à la mi-mai, une boutique dans le quartier effervescent de Wynwood, à Miami.

Marie Saint Pierre
slide-image

Marie Saint Pierre

Marie Saint Pierre
slide-image

Denis Gagnon

[Photo : Jérôme Lavallée]

Denis Gagnon
slide-image

Denis Gagnon

La tanière de la star de la mode québécoise est située dans un sous-sol de la rue Saint-Paul Ouest, dans le Vieux-Montréal.

Denis Gagnon
slide-image

Denis Gagnon

Denis Gagnon
slide-image

Denis Gagnon

Denis Gagnon
slide-image

Ève Gravel

Au tournant d'un couloir gris et sans charme surgit un vaste espace blanc et lumineux dont les fenêtres multiples offrent une vue panoramique sur le mont Royal. Bienvenue dans l'atelier de la créatrice de mode Ève Gravel !

[Photo : Jérôme Lavallée]

Ève Gravel
slide-image

Ève Gravel

Ève Gravel
slide-image

Ève Gravel

Ève Gravel
slide-image

Philippe Dubuc

[Photo : Jérôme Lavallée]

Philippe Dubuc
slide-image

Philippe Dubuc

Depuis l'automne dernier, le créateur montréalais a pignon sur rue dans le Vieux-Montréal, un secteur mieux adapté au marché du luxe que la rue Saint-Denis, où il a tenu boutique pendant 18 ans.

Philippe Dubuc
slide-image

Philippe Dubuc

Depuis l'automne dernier, le créateur montréalais a pignon sur rue dans le Vieux-Montréal, un secteur mieux adapté au marché du luxe que la rue Saint-Denis, où il a tenu boutique pendant 18 ans.

Philippe Dubuc
slide-image

Rad Hourani

[Photo : Jérôme Lavallée]

Rad Hourani
slide-image

Rad Hourani

Une galerie. C'est ainsi que Rad Hourani désigne le point de vente qu'il a ouvert il y a un an dans le Vieux-Montréal. Il préfère ce mot à celui de boutique, car il lui correspond davantage.

Rad Hourani

Cinq créateurs nous ont ouvert les portes de leurs ateliers à Montréal. Coup d'oeil sur les coulisses de la création à la manière de chez nous et sur les stratégies déployées par les designers pour se faire une place dans la jungle de la mode.


À lire aussi:
Pédaler comme un pro
Le styliste personnel, indispensable pour une garde-robe bien garnie
Les joailliers québécois, entre tradition et modernité
«Nous avons un grand capital de créativité» - Lili Fortin, Tristan


Marie Saint Pierre : survivre aux tsunamis


Bâtir une maison de luxe, ce n'est pas impossible, mais ça prend du coeur au ventre... et beaucoup de temps. Marie Saint Pierre en sait quelque chose. Dans son atelier situé au neuvième étage d'un immeuble de lofts de la rue Chabanel, à Montréal, elle parle avec passion des 27 ans pendant lesquelles elle a fait grandir sa griffe, malgré les «tsunamis», comme elle les appelle.


«C'est un pari difficile à faire au Québec, car les infrastructures pour créer le luxe sont inexistantes. Établir une marque, ça prend des dizaines d'années, explique la créatrice de mode qui arbore du rose pâle sur ses cheveux blonds. En Europe, les marques de luxe en sont à la deuxième ou la troisième génération. Elles sont bien établies.»


Dans un marché qu'elle compare aux Jeux olympiques, où plusieurs acteurs tentent de s'arracher des miettes, Marie Saint Pierre semble avoir trouvé sa niche, en proposant un «vrai prêt-à-porter de luxe».


Difficile, par les temps qui courent, d'attraper la créatrice, qui multiplie les allers-retours entre Montréal et Miami, où elle a ouvert à la mi-mai, dans le quartier effervescent de Wynwood, sa première boutique au sud de la frontière.


«J'ai reluqué New York pendant cinq ans, mais je me suis rendu compte que la relance de la ville passait par l'immobilier et que les prix des locaux étaient exorbitants, souligne celle qui possède également deux boutiques à Montréal. Même ceux qui ont des poches sans fond ferment leurs boutiques dans la Grosse Pomme. C'est impossible pour une marque indépendante d'ouvrir là, à moins d'y déménager ses pénates.»


Aux côtés de Dior et Givenchy


Le marché américain, Marie Saint Pierre l'a percé il y a quelques années. Dans les boutiques où l'on vend ses créations, elle souhaite se retrouver aux côtés des Givenchy et des Dior, là où sa force de vente est la meilleure. «Mais pour être là et se retrouver dans les A Stores [la vingtaine de boutiques américaines de grand luxe], il faut batailler fort et il faut "faire ses classes".»


Aujourd'hui, la créatrice de mode se désole du fait qu'on ne parle que de business de la mode, et presque plus de l'art de la mode. Marie Saint Pierre voue un véritable culte aux textiles et à leur manipulation, comme en font foi les vêtements noirs et sculpturaux de sa collection automne-hiver accrochés à l'entrée de son atelier où travaillent une trentaine d'employés.


«Produire du luxe, du vrai, ça coûte de plus en plus cher, fait remarquer Mme Saint Pierre. Pas de moins en moins cher !»


La délocalisation de la production des vêtements vers l'Asie, une avenue que plusieurs grandes marques ont empruntée, est un des tsunamis qui ont frappé l'industrie de la mode ces dernières années. Marie Saint Pierre continue de fabriquer chez elle. «Tous ceux qui ont abandonné la production locale le regrettent amèrement aujourd'hui, dit-elle. Parce que la créativité pure n'existe que s'il y a un contact direct entre ceux qui fabriquent et ceux qui dessinent.»


«Quand j'ai commencé ma carrière, on se demandait comment la haute couture allait survivre, raconte Mme Saint Pierre. Aujourd'hui, on parle d'empires financiers. Comme la production et la matière sont devenues de moins en moins importantes, toute la promotion faite autour de la griffe justifie les prix. Le pourcentage du budget réservé à la promotion est passé de 10 % à 50 %.»


Des vêtements intemporels


Les autres raz-de-marée provoqués par Internet - «qui fait que tout le monde s'inspire de tout le monde et se copie» - et le cybercommerce - «qui permet d'étudier un vêtement sous toutes ses coutures avant d'acheter» -, ont poussé l'entrepreneure à cibler la marche à suivre pour sa griffe : «J'ai profité de ces tsunamis pour m'aligner, pour avoir une vision stricte. La bonne démarche pour Marie Saint Pierre, c'est d'avoir un produit reconnaissable, intemporel, local et que les clientes aiment porter. Faire du spectacle, du costume, c'est bien, mais ce n'est pas ça, la création de mode. Faire du prêt-à-porter est beaucoup plus difficile.»


Dans une industrie en perpétuel changement, les gouvernements sont dépassés, croit la créatrice. Pour elle, la mode a besoin davantage d'aide aux structures - comme pour la production - que d'aide à la promotion. Il faut aussi améliorer la cohabitation entre les différents acteurs du milieu. «Peu de gens gagnent leur vie avec ça. Dans un petit marché, la cohabitation est parfois difficile et certains deviennent hargneux.» C'est pour ces raisons qu'elle planche sur le projet du Hub Chabanel, un lieu consacré tant à la fabrication qu'à la rencontre entre les acteurs du secteur. Le projet est toujours en attente d'investissements publics.


Quand elle n'est pas à Wynwood, qu'elle décrit comme son chez-soi aux États-Unis, Marie Saint Pierre s'en ennuie. Elle y a trouvé un environnement stimulant, où la créativité est au centre du quartier. «Ça me fait du bien de voir des gens heureux, qui sont engagés, qui partagent leur passion. Ce n'est pas toujours le cas à Montréal. J'aurais pu m'installer dans le Design District de Miami, mais j'aurais dû investir deux millions de dollars dans ma boutique pour ne pas avoir l'air du "valet de parking" à côté des autres grandes marques. Je préfère mettre cet argent dans mes vêtements.» - Vincent Fortier


À lire aussi:
Pédaler comme un pro
Le styliste personnel, indispensable pour une garde-robe bien garnie
Les joailliers québécois, entre tradition et modernité
«Nous avons un grand capital de créativité» - Lili Fortin, Tristan


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Les grands honneurs à Reitmans et Browns

17/05/2018 | Martin Jolicoeur

Les deux détaillants montréalais ont reçu les grands honneurs mercredi pour leurs pratiques commerciales innovantes.

Pénurie de main-d'oeuvre: l'industrie de la mode sonne l'alarme

23/04/2018 | Martin Jolicoeur

La pénurie serait telle dans le secteur québécois de la mode, qu’elle menacerait carrément son développement.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: