Une puissante vague de transferts d'entreprises est anticipée

Publié le 20/09/2017 à 09:00, mis à jour le 20/09/2017 à 09:39

Une puissante vague de transferts d'entreprises est anticipée

Publié le 20/09/2017 à 09:00, mis à jour le 20/09/2017 à 09:39

Par Matthieu Charest

[123RF]

Une étude de la Banque de développement du Canada (BDC) donne à réfléchir. Selon le document publié ce mercredi, 41% des entrepreneurs canadiens, et 37% des québécois, prévoient quitter leur entreprise pour prendre leur retraite d’ici cinq ans.


Mais selon la BDC, plusieurs sont très mal préparés pour cette transition. Au point où, selon l’étude, ces entrepreneurs risquent fort de vendre leur entreprise en dessous de leur valeur marchande.


S’il s’agit bel et bien d’occasions d’affaires en or pour les repreneurs, plusieurs de ces vendeurs potentiels vont «laisser de l’argent sur la table lorsqu’ils se départissent de leur entreprise», mentionne le document.


C’est que les entrepreneurs qui prévoient se défaire de ce qui est sans doute parmi leurs actifs les plus importants, leur entreprise, «ne s’y prennent pas de la bonne façon», tout simplement.


D’abord, les constats.


«71% des entrepreneurs [bientôt «vendeurs»] hésitent à prendre des risques pour améliorer le rendement de leur entreprise et 52% sont peu enclins à la faire croître», sachant qu’ils veulent s’en départir.


Bref, c’est un peu comme si vous arrêtiez d’entretenir votre voiture ou votre maison puisqu’elle est à vendre.


38 000 entreprises à transférer


En outre, l’étude de la BDC révèle aussi que la plupart des entrepreneurs qui veulent vendre «sous-estiment le temps nécessaire pour passer le flambeau au nouveau propriétaire et à la nouvelle équipe de direction et les efforts à faire pour tirer le maximum de la vente de leur entreprise».


Dans la mesure où l’entreprise est transférée, bien sûr, et non pas liquidée. 52% de ceux qui rêvent de la retraite pensent transférer leur entreprise à un tiers, 26% à un membre de leur famille, et 22% envisagent de liquider l’entreprise et vendre les actifs.


Rappelons que 38 000 entreprises seront en phase de transfert d’ici les 10 prochaines années, selon le Centre de transfert d’entreprise du Québec, qui avait tenu un sommet sur le repreneuriat en mai 2017.


Les moyens à prendre


«Notre étude montre que certains entrepreneurs canadiens perdront au change s’ils ne prennent pas les mesures nécessaires et ne cherchent pas à améliorer le rendement de leur entreprise», a expliqué Pierre Cléroux, économiste en chef à la BDC.


Et justement, ces mesures, elles sont présentées en six étapes par l’institution:



  1. D’abord, continuez de réinvestir dans l’entreprise.

  2. Continuez à promouvoir la croissance.

  3. Produisez des rapports financiers détaillés et fiables.

  4. Faites en sorte que l’entreprise sorte du lot.

  5. En matière de recherche d’acheteurs, privilégiez la qualité, pas la quantité, et faites-vous aider dans ce processus.

  6. Enfin, «n’ayez pas peur de ratisser large», ou plutôt, ne craignez pas de vous éloigner de l’emplacement de votre entreprise afin de trouver des acheteurs potentiels.


«Les résultats de notre étude ne sont pas de bon augure pour l’investissement des entreprises au Canada, a affirmé M. Cléroux de la Banque de développement du Canada. Ces stratégies [mentionnées plus haut] sont d’autant plus pertinentes que nous entrons dans une période où il y aura vraisemblablement plus de vendeurs de PME que d’acheteurs», a-t-il conclu.


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Les entreprises canadiennes souffrent d'un cruel manque de performance, selon la BDC

08/05/2018 | lesaffaires.com

Une étude publiée ce matin par la BDC propose des solutions pour améliorer les PME canadiennes.

Vous souhaitez augmenter vos ventes, pensez à de bonnes histoires marketing

BLOGUE. L’équipe marketing de Deloitte savait que leurs nouveaux locaux au centre-ville de Montréal ...

À la une

Gestion de l’offre: ce que Trump et cies ne vous disent pas

16/06/2018 | François Normand

ANALYSE GÉOPOLITIQUE - Un débat d’idées est le bienvenu, mais encore faut-il considérer tous les éléments. Les voici.

Les Bourses au rouge, sur fond de début de «guerre froide commerciale»

15/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

«On savait que la menace de tarifs sur la Chine était réelle mais on pensait que Washington allait finir par négocier»

Les États-Unis n'exigeraient plus l'abolition de la gestion de l'offre

Contredisant son président, le secrétaire américain à l'Agriculture dit ne pas vouloir la fin de la gestion de l'offre.