Techso: sur le fil de la réalité augmentée

Publié le 19/07/2018 à 15:37

Techso: sur le fil de la réalité augmentée

Publié le 19/07/2018 à 15:37

Carl Fortin et Bernard DeGuire, cofondateurs de Techso. (Photo: courtoisie)

PME DE LA SEMAINE. Stimulée par des projets de services conseil livrés à l’échelle mondiale, la société technologique montréalaise Techso surfe sur une croissance de plus de 200% et compte doubler sa taille d’ici fin 2019. Pour accompagner son développement, elle mise sur le développement de partenariats afin d’externaliser certaines fonctions clés.


Fraîchement installée dans ses nouveaux bureaux de la Rue Saint-Jacques, à Montréal, Techso se prépare une forte croissance. La société a enregistré un bond de 271% de ses revenus entre 2015 et 2017, et compte doubler son chiffre d’affaires de 5M$ au cours des 12 prochains mois. «Mais cela se fera seulement si l’on trouve les bonnes ressources», précise Carl Fortin, président et cofondateur de Techso. Depuis quelques mois, la société s’est fixée l’objectif de recruter pour développer son équipe de 50 consultants, composée d’ingénieurs en informatique et en mécanique. «Nous ne nous mettons pas de pression. Tout dépendra de notre capacité à trouver et attirer des jeunes talents, car les opportunités sont là», estime Carl Fortin.


Aéronautique, transports, sport, ou encore santé… Techso propose son expertise dans le conseil en gestion du cycle de vie des produits, le développement d’applications sur-mesure interentreprises (B2B), et les services de gestion d’infrastructures technologiques. Parmi ses clients, on retrouve les Canadiens de Montréal et le Centre Bell, mais aussi des groupes comme Cogeco Connexion, Xerox, Honda, ou encore Dassault Systèmes, Dassault Falcon Jet ainsi que Bombardier.


«Il existe beaucoup d’intérêt pour l’intelligence artificielle et la réalité augmentée au sein des usines. Mais tout cela commence par le fait d’avoir des données centralisées à un endroit, ce qui demeure encore une problématique pour une partie des industriels», explique Bernard DeGuire, cofondateur de Techso et chef technologique. 


Des visées internationales


Depuis sa création en 2014, la jeune pousse a remporté des contrats au Japon, en Finlande et en France. Hormis un bureau qu’elle a choisi d’implanter à Toulouse pour se rapprocher des donneurs d’ordres de l’aéronautique, elle préfère centraliser ses ressources au Québec avant de les envoyer aux quatre coins du globe pour des mandats.


Avec 70% du chiffre d’affaires réalisé à l’international, ce chiffre est encore appelé à croître. «C’est pourquoi nous avons développé un partenariat avec la firme française Mobilitae, qui va prendre en charge les démarches de nos consultants. La mobilité est une expertise en soi, qui requiert des experts afin d’obtenir les visas de manière rapide». L’objectif? Consolider son développement au pays, mais aussi en Europe et aux États-Unis, «où il existe plusieurs projets avancés de développement de voitures électriques». Un domaine où la concurrence est mondiale, mais encore assez segmentée. «Nous avons face à nous des intégrateurs de solutions comme Accenture ou IBM ainsi que des acteurs de plus petite taille, mais notre particularité est que nous ne sommes pas rattachés à un intégrateur», souligne Carl Fortin.


Une stratégie pour attirer les talents


La société doit cependant faire face à un défi: attirer les jeunes talents. «Les jeunes ingénieurs ont une bonne connaissance des grands noms comme Bombardier ou IBM mais relativement peu des sociétés comme la nôtre, qui ont pourtant accès à de gros projets à l’échelle mondiale», estime Carl Fortin, qui recherche des profils mobiles et possédant de bonnes compétences relationnelles. «Les jeunes talents qui nous rejoignent passent quelques années sur des projets à l’international avant de revenir servir nos clients à Montréal».


Pour les dénicher, Techso a mis en place des partenariats avec des universités, où elle finance des projets étudiants afin d’être proches de ces derniers. Et mise sur son centre de formation interne, dans lequel les formateurs ne sont autres que les consultants en exercice. «Nous veillons à investir dans notre main-d’œuvre, qui est notre principale force, et à avoir toujours de nouvelles recrues sur les bancs. Les dépenses de formation peuvent représenter jusqu’à 20% de la masse salariale», assure Carl Fortin.


 


Techso en quelques chiffres


Année de création: 2014


Chiffre d’affaires annuel: 5 millions de dollars


Marchés desservis: Québec, Canada, Europe, États-Unis


Emplacement du siège social: Montréal


Objectif pour l’année à venir: Poursuivre le déploiement de ses services à l’échelle du Canada et de l’Europe et le recrutement de ses jeunes talents, afin de doubler sa taille d’ici la fin de 2019.

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?