Surmesur tisse sa toile aux États-Unis

Publié le 13/04/2017 à 14:02

Surmesur tisse sa toile aux États-Unis

Publié le 13/04/2017 à 14:02

[courtoisie]

PME DE LA SEMAINE. Des vêtements pour homme sur mesure: c’est le pari de la PME Surmesur. Après avoir démarré dans les sous-sols de la maison familiale à Québec, la marque vient d’ouvrir une sixième boutique au Canada et vise désormais le marché américain.


Avec 72 salariés au Canada (dont 48 au Québec, et 9 aux États-Unis), 6 boutiques et un choix de 5 000 tissus, cols, boutons, types de manches et autres, Surmesur a su s’imposer dans le paysage très concurrentiel du prêt-à-porter pour homme.


«Et dire que nous ne savions même pas coudre un bouton», lance Vincent Thériault, cofondateur, aux côtés de son frère François.


L’aventure a commencé en 2010, dans les sous-sols de la maison familiale. «Nous avions fait des études en administration. Étant aussi anciens joueurs de basket de haut niveau, c’est en voyageant à travers le monde que nous avons eu cette idée».


Après l’ouverture d’une première boutique à Québec, le duo a rapidement étendu son concept au centre-ville de Montréal, puis à Toronto, Ottawa et Laval. Avec toujours l’objectif de s’implanter, non pas dans les centres commerciaux, mais dans les centres-ville.


«Nous avons fait le choix d’être un lieu de destination», résume Vincent Thériault, qui glisse que la marque ne pouvait pas non plus se permettre de payer un bail au sein d’un grand centre commercial.


«Nous avons aussi développé des espaces de 100 à 200 m2 au sein des merceries indépendantes à Sherbrooke, Rimouski, et bientôt Chicoutimi et London en Ontario», ajoute-t-il.


Une sixième boutique


Alors qu’il enregistre un chiffre d’affaires en croissance de 20 % à 30 % chaque année, Surmesur vient d’ouvrir un sixième magasin dans la grande région de Toronto (à Mississauga), et s’apprête à se déployer sur le marché américain où elle possède déjà deux boutiques: à Pittsburgh et Chicago.


«Nous voulons devenir d’ici trois ans la référence nord-américaine dans le domaine. Pour cela, il faudra nous concentrer sur le marché nord-américain», estime le fondateur.


Après avoir complété la rénovation de sa boutique de Montréal - qui a doublé de superficie - Surmesur est en train d’évaluer différentes options, comme le franchisage qui lui permettrait un déploiement plus rapide.


«Chaque boutique représente une enveloppe de 300 000$ à 400 000$ et l’embauche de 5 a 10 temps pleins».


Jusqu’ici financée grâce à du «love money», une bourse de 50 000 $ de la Jeune Chambre de commerce de Québec et des investissements en fonds propres, Sumesur a bénéficié de l’aide d’un investisseur silencieux pour conquérir le marché américain. «Nous n’avons pas eu la chance d’avoir une banque qui nous soutienne».


Utiliser les nouvelles technologies


Pour se différencier, la PME joue sur plusieurs axes: offrir des produits de qualité, des services haut de gamme (café offert, cabines spacieuses) ainsi que des économies de coût grâce à la standardisation de certains procédés.


Au lieu de faire de la publicité, la jeune entreprise a misé sur l’innovation: «créer nos propres technologies fait partie de notre ADN. L’idée est de s’inspirer des processus très informatisés de certains groupes comme Wal-Mart ou Amazon», affirme Vincent Thériault, sans pour autant préciser le montant des investissements requis. Surmesur dispose désormais d’un outil informatisé permettant à ses clients de personnaliser leurs vêtements et de se représenter visuellement le produit final. 


Après avoir utilisé un temps un scanneur pour prendre les mensurations sur place, la marque est repassée à la mesure manuelle au galon pour plus de précision. Un nouveau projet est cependant en cours sur cette question, «sur lequel il ne manque plus que la partie hardware», glisse le fondateur.


[François et Vincent Thériault]


Une fabrication à échelle mondiale


Surmesur travaille avec une douzaine de maisons de tissus partout à travers le monde: Italie, Angleterre, Chine, Inde, Thaïlande… L’assemblage des tissus est réalisé en Chine, «car on n’est pas capables d’avoir un produit canadien pour un prix comparable», rappelle Vincent Thériault.


Une contrainte qui implique également une gestion des stocks rigoureuse, avec un délai moyen de 4 à 6 semaines pour une livraison, contre un délai rapide de 2 à 3 semaines sur une sélection de 500 tissus.


«Pour cela, nous avons établi depuis un an et demi un bureau de deux personnes en Chine chargé de la logistique, afin de faciliter les commandes, avec un service 24h/24», précise-t-il.



Surmesur en quelques chiffres


Année de création: 2010


Chiffre d’affaires annuel: confidentiel (croissance de 20 à 30 % annuelle)


Marchés desservis: Canada, États-Unis


Emplacement du siège social: Québec


Objectif pour l’année à venir: affiner sa stratégie pour un déploiement aux États-Unis.


 

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

Sur le même sujet

Monsieur Trudeau, n'entravez pas le succès de nos entrepreneurs!

Mis à jour le 21/09/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Réussir en affaires est un exploit. Ne compliquez pas la vie des entrepreneurs encore plus.

PODCAST | Pivote, pis ça presse !

20/09/2017 | Matthieu Charest

PODCAST. Les Dérangeants apprivoisent un Dragon, l’entrepreneur Serge Beauchemin, et débattent du «pivotage» d'affaires.

À la une

Tim Hortons mate la rébellion des franchisés

Il y a 35 minutes | François Remy

La direction de la chaîne de cafés a décidé de menacer les franchisés récalcitrants de rupture de contrat.

Fiscalité des PME: Morneau tuerait-il la poule aux oeufs d'or?

BLOGUE. Un pan de la réforme de Bill Morneau priverait Ottawa de revenus plutôt que de lui en procurer davantage.

10 choses à savoir vendredi

Après Equifax, la Banque Nationale, comment enrager la police avec votre iPhone, et Volvo, ce Spotify de l'automobile.