Quatre artistes reçoivent la Bourse des mécènes investis pour les arts

Publié le 29/11/2016 à 20:00

Quatre artistes reçoivent la Bourse des mécènes investis pour les arts

Publié le 29/11/2016 à 20:00

De gauche à droite: Alix Dufresne, Sarah Bronsard et Narcisse E. Esfahani. (Photo: courtoisie)

Quatre artistes viennent de recevoir une Bourse des mécènes investis pour les arts lors d’une cérémonie à la galerie Joyce Yahouda. Choisis pour leur démarche innovante, ils ont reçu un coup de pouce de 4000 à 7000$ de la part d’entrepreneurs et de professionnels amoureux de l’art.


Vidéo Phase en musique, Alix Dufresne en théâtre, Sarah Bronsard en danse et Narcisse E. Esfahani dans le domaine des arts visuels ont réussi à séduire les 50 mécènes engagés dans le groupe Les mécènes investis pour les arts. Chacun d’entre eux a fait un don personnel de 500$.


«Nous voulons soutenir les artistes de la relève innovante, ceux qui vont devenir des grands noms dans leur discipline», explique Sébastien Barangé, vice-président, Communication Affaires publiques chez CGI et cofondateur de la Bourse avec Maxime Codère, vice-président, Transactions et restructuration chez KPMG. Pour s’assurer que leur choix soit de qualité, c’est le Conseil des arts de Montréal qui reçoit et analyse les candidatures – plus de 50 cette année –puis fait une pré-sélection de 10 projets. Sa vocation étant de soutenir l’excellence et l’innovation dans la création, il offre l’expertise de ses conseillers artistiques aux mécènes. 


Au total, 20 000$ ont été donnés aux artistes cette année. « On préfère faire des dons plus importants à un nombre réduit d’artistes parce qu’on voulait vraiment que la somme ait un impact sur les projets », indique Sébastien Barangé.


La Bourse a commencé, il y a quatre ans, avec seulement dix mécène lors de la première édition. Des événements pour sensibiliser le milieu des affaires sont organisés régulièrement afin d’augmenter le nombre de mécènes. «On veut que chez les plus jeunes, la philanthropie et le mécénat deviennent des réflexes et que leur rapport à l’art aille au-delà du don en nouant des liens entre les artistes afin de connaître leurs réalités et qu’un réseau se crée», poursuit Sébastien Barangé. 


Des choix audacieux


Les jeunes mécènes, âgés de 35 à 45 ans, n’ont pas peur d’être audacieux et choisissent souvent des projets pointus. Cette année, Vidéo Phase, qui a un projet de spectacle, Lumens, «développe une nouvelle forme artistique combinant en un seul objet musique, vidéo et technologie», selon le communiqué émis par le Conseil des arts.


Alix Dufresne, elle, mêle théâtre et danse. Son projet consiste en un spectacle –Nuits frauduleuses- sur la poésie à l’heure de la technologie, à travers les textes de 12 jeunes auteurs. «Ce qui nous a beaucoup séduits, c’est que le spectacle sera ensuite présenté dans différentes écoles secondaires au Québec pour montrer une image plus moderne de la poésie aux jeunes», souligne Sébastien Barangé.


Narcisse E. Esfahani, d’origine iranienne, présentera une installation audiovisuelle sur la vie des populations qui subissent la guerre. Enfin, Sarah Bronsard, qui revisite le flamenco, crée une pièce chorégraphique, Èbe, qui mélangera le flamenco, la création audiovisuelle et la chorégraphie sonore. 


Les mécènes ont choisi de soutenir en particulier les artistes engagés dans des projets innovants malgré le fait qu’ils soient parfois moins accessibles au grand public. «Leurs démarches remettent en question leur discipline pour la faire évoluer, constate Sébastien Barangé. Ils mènent des projets souvent plus difficiles à faire financer par des commanditaires.» D’où la volonté de s’investir dans cette niche.


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Réforme Morneau: une limite de 50 000$ pour les revenus passifs

Mis à jour le 18/10/2017 | Stéphane Rolland

La mécanique pour faire le suivi de cette limite demeure encore nébuleuse...

Une histoire de confiance sur trois générations

Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

Avant d'être une histoire à succès, les hôtels Germain, c'est avant tout une histoire de famille. Coprésidée par ...

OPINION Savaria de père en fils
Édition du 21 Octobre 2017 | Denis Lalonde
Duo de choc chez Duropac
Édition du 21 Octobre 2017 | Jean-François Venne
GeniMac : l'importance d'une sortie de secours
Édition du 21 Octobre 2017 | Alain McKenna

À la une

Affaire Rozon: l'avenir de Juste pour rire est miné

L'entreprise fera face à plusieurs enjeux qui risquent d'avoir un impact sur ses revenus et la relève.

Forte baisse d’Apple après des rumeurs de mauvaises ventes

14:25 | LesAffaires.com et AFP

L'action accuse ce jeudi l'une de ses plus importantes baisses depuis un mois causée par les ventes de l'iPhone 8.

Krach boursier d'octobre 1987: clin d'oeil de nos archives

Cascades, Canam Manac et Bombardier dégringolent de 25% à 35%. Le Québec inc dans la tourmente.