Loop: à la recherche du pain perdu

Publié le 08/11/2018 à 15:05

Loop: à la recherche du pain perdu

Publié le 08/11/2018 à 15:05

[Photo: Sylviane Robini]

Après les jus pressés à froid confectionnés à partir de surplus de fruits et de légumes, Loop se lance sur le marché de la bière, avec trois saveurs brassées à partir de pain récupéré. Inspiré par l’économie circulaire, le modèle d’affaire de Loop repose également sur plusieurs partenariats qui ont permis à la jeune entreprise montréalaise de décoller rapidement.


C’est en voulant lutter contre le gaspillage alimentaire et donner une seconde vie à des produits rejetés des tablettes des épiceries que David Côté et Julie Poitras-Saulnier ont fondé Loop, il y a un peu plus de deux ans.


Au début de leur aventure, le duo ne pensait pas rencontrer si vite un tel succès, mais ils l’expliquent aujourd’hui par l’adhésion des consommateurs à la mission qu’ils défendent. « Notre mission, ce n’est pas juste une phrase écrite sur le mur du lobby de notre entreprise.


C’est quelque chose qui est dans les tripes de tous les membres de notre équipe et qui touche les consommateurs sensibles à la cause environnementale. Sans cette mission, notre entreprise n’existerait pas. », explique David Côté, cofondateur de Loop.


Séduits par les possibilités de l’économie circulaire, David Côté et Julie Poitras-Saulnier ont recensé et analysé les pertes générées par l’industrie agroalimentaire sur 10 ans. Dans un premier temps, de revaloriser les fruits et légumes déclassés s’est imposé naturellement puisque 45% de la production mondiale est gaspillé.


Bien qu’ils soient encore bons, ceux-ci sont traités comme des déchets, car, soit ils ne correspondent pas aux standards, soit ils sont simplement produits en trop grosse quantité. Une aberration que Loop a décidé de prendre à bras-le-corps en concevant des jus pressés à froid à partir de ces surplus. Et pour aller au bout de leur démarche, ils donnent la pulpe issue du pressage à une autre entreprise qui la transforme en gâterie pour chien.


L’idée d’une bière à base de pain a émergé quand les deux entrepreneurs ont réalisé que 750 000 miches de pain étaient jetées chaque jour au Canada. Ils ont donc imaginé une recette où le pain récupéré remplace 30% des céréales et établi un partenariat avec une grande boulangerie québécoise.


Les fondateurs de Loop au lancement des bières, Julie Poitras-Saulnier et David Côté [Photo: Sylviane Robini]


L’union fait la force


Chaque produit développé repose sur des partenariats. Pour les jus, Loop s’est associé avec le distributeur Courchesne Larose ce qui lui permet de disposer d’une ressource constante en fruits et légumes. Actuellement, l’entreprise en transforme 30 tonnes par semaine. Quant à Courchesne Larose, le recyclage de ses produits lui permet de sauver 200 000$ chaque année en frais d’enfouissements.


Pour sa bière, c’est une expertise en brassage et une infrastructure que Loop est allé chercher en rejoignant un collectif de brasseurs à Boucherville. Et là encore, le modèle collaboratif est gagnant pour tous puisqu’en apportant sa marque, Loop apporte du volume de production à la brasserie. « On se souffle sur les ailes mutuellement », souligne David Côté.


Le temps rattrapé


Cette forme de mutualisation des ressources a permis à l’équipe de Loop d’être capable de mesurer leur impact sur le gaspillage alimentaire très rapidement. David Côté explique que c’est l’urgence en matière environnementale qui les a conduits à mettre en place ce modèle d’affaire à la fois circulaire et collaboratif. « On a un peu le feu aux fesses et cela nous pousse à nous associer pour être opérationnels plus vite », ajoute-t-il.


En 26 mois d’existence, la jeune entreprise montréalaise a déjà sauvé près de 1000 tonnes de fruits et légumes et évité l’émission de près de 800 tonnes de gaz à effet de serre. Et d’ici à 2020, Loop compte bien s’attaquer à d’autres denrées rejetées pour les revaloriser. Des nouveaux partenariats et produits sont en cours de développement et l’entreprise pourrait répliquer son modèle en Europe. « On veut devenir la référence en termes d’économie circulaire et de réduction du gaspillage alimentaire », conclut David Côté.


Loop en chiffres :


Date de création : 15 juillet 2016


Nombre d’employés : 16


Siège social : Montréal


Chiffre d’affaires : 3 millions de dollars


Clients : les boulangeries, cafés et épiceries (Avril, Rachelle-Bery, IGA, Métro, Whole Foods, etc...)


Nombre de points de vente au Canada : 1150


 

À suivre dans cette section


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Comment les gilets jaunes pourraient changer la France

14/12/2018 | François Normand

ANALYSE - Les gilets jaunes sont le symptôme d'un malaise profond. Et cela va bien au-delà du pouvoir d'achat.

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.

10 choses à savoir cette fin de semaine

15/12/2018 | Alain McKenna

Le nombre de fumeurs aux États-Unis atteint un creux historique, 127 pays comptent bannir le plastique jetable...