Les fromages unis du Québec

Publié le 18/05/2017 à 15:14

Les fromages unis du Québec

Publié le 18/05/2017 à 15:14

[123RF]

PME DE LA SEMAINE. Début mai, la fromagerie saguenéenne Boivin a mis la main sur la fromagerie Lemaire, implantée près de Drummondville. Grâce à cette transaction, la PME familiale bientôt octogénaire se renforce sur un marché sur le point de voir déferler des milliers de tonnes de fromages européens.


Chaque année, environ 3,5 millions de kilos de fromage sortent de l’usine de la fromagerie Boivin à Saguenay. L’entreprise, fondée en 1939, fabrique principalement du cheddar en meule, en grains ou râpé ainsi que du fromage fondu et sous forme de collations. Elle produit également de la poudre de lait et du lactosérum.


De plus, grâce à une prise de participation dans la fromagerie Saint-Fidèle de Charlevoix au début des années 2000, la fromagerie Boivin est présente sur le marché du fromage suisse. Depuis 2011, elle fait aussi du fromage vendu sous la marque Kraft.


Regrouper ses forces


Il y a quelques mois, la famille Lemaire, voulant partir à la retraite, a approché la fromagerie Boivin afin de lui céder son entreprise. Son président Luc Boivin, à la tête de l’entreprise familiale, a donc sauté sur l’occasion, voyant les synergies qui pourraient se créer.


«Notre réseau de distribution constitue déjà une de nos forces, explique Luc Boivin. Avec l’acquisition de la fromagerie Lemaire, nous couvrons le Centre-du-Québec, qui est la seule région où nous n’étions pas encore.»


Et puis, l’heure est à la consolidation dans l’industrie fromagère québécoise. Avec l’entrée en vigueur prochaine de l’Accord économique et commercial global (AECG) signé entre l’Union Européenne et le Canada, ce sont 17 millions de kilos de fromages européens qui vont se faire une place sur le marché canadien au cours des prochaines années. Grossir devient donc essentiel pour résister à cette compétition accrue.


L’avenir est dans le fromage en grains


Selon Luc Boivin, les arrivages européens seront surtout composés de fromages à pâte ferme, comme le parmesan, le gouda ou le gruyère, qui supportent bien le transport. Résultat, les fromages locaux de ce type vont être concurrencés et les fabricants québécois risquent de se tourner vers une spécialité sans rival outre-Atlantique: le fromage en grains.


«Le marché de la poutine est en train d’exploser, car elle est de plus en plus populaire dans le reste du Canada et aux États-Unis, dit Luc Boivin. Cette croissance devrait atténuer l’impact des importations européennes.»


En achetant la fromagerie Lemaire, la fromagerie Boivin se positionne avantageusement pour répondre à cette demande grandissante pour le fromage en grains. Car, sa nouvelle acquisition produit surtout du cheddar en meule ainsi qu’en grains et possède deux restaurants mettant la poutine à l’honneur.


Ensemble, elles pourront donc fournir un volume plus élevé de fromage en grains. «C’est important, car les marges sont assez faibles sur ce type de fromage», souligne-t-il.


D’ici deux ou trois semaines, le gouvernement fédéral devrait attribuer des droits d’importations. La fromagerie Boivin est sur les rangs et espère bien obtenir des quotas d’importation de fromages européens afin d’étendre l’offre proposée aux clients.


À l’avenir, Luc Boivin songe aussi à racheter d’autres fromageries pour suivre le mouvement accru de consolidation qu’il s’attend à voir se poursuivre dans l’industrie.


La fromagerie Boivin en quelques chiffres


Année de création: 1939


Nombre d’employés: 300


Croissance annuelle moyenne: entre 5 et 10%


Objectif: atteindre 20% à 25% de croissance cette année grâce à l’acquisition de la fromagerie Lemaire


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Les pros prévoient un dernier élan de 12% pour le S&P 500

Il y a 57 minutes | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le sondage de Bank of America Merrill Lynch révèle que les pros ont acheté pendant la dernière correction.

Octobre: le mois qui effraye les investisseurs

31/10/2018 | AFP

Cette « déroute » automnale aurait fait partir en fumée 5 000G$US des marchés actions mondiaux à la clôture mardi.

À la une

À surveiller: Brookfield, CAE et New Look

Que faire avec les titres de Brookfield, CAE et New Look?

Open banking: «la protection des données doit être la priorité»

Il y a 57 minutes | Stéphane Rolland

Brandon Dewitt, de MX.com, pense qu’il est temps de réfléchir au contrôle qu’ont les épargnants sur leurs données.

Les pros prévoient un dernier élan de 12% pour le S&P 500

Il y a 57 minutes | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le sondage de Bank of America Merrill Lynch révèle que les pros ont acheté pendant la dernière correction.