La tournée des start-up et PME

Publié le 14/08/2018 à 14:06

La tournée des start-up et PME

Publié le 14/08/2018 à 14:06

Par lesaffaires.com

Carlos Ponce et Marc Hébert Biolux, cofondateurs de Biolux, et Anne-Marie Leclair, associée chez Ig2. [Photo: Ig2]

Petit tour dans le milieu des jeunes pousses et autres petites ou moyennes entreprises qui font tourner l'économie.


lg2 investit dans le chanvre avec Biolux


lg2 annonce un premier investissement dans l'entreprise Biolux pour la mise en marché de sa nouvelle marque UBU, devenant au passage l'un des actionnaires.


Biolux a développé un produit sera d'abord lancé en Californie dans les marchés d’utilisateurs précoces, avec «un souhait affirmé» d'intégrer le marché canadien.


La marque UBU proposera une gamme de boissons santé qui en plus d'être sans caféine, sans sucre et sans édulcorant, contiendra du cannabidiol, «un extrait du chanvre aux bénéfices éprouvés scientifiquement» qui, «contrairement au THC du cannabis, ne procure aucun effet euphorique», précise le communiqué.


Virage numérique avec l'aide de Québec


Le gouvernement québécois octroie des aides financières totalisant 1,75 million $ à l'entreprise Louis Garneau Sports pour lui permettre de réaliser son virage technologique, dans le cadre de l'implantation d'un plan numérique.


La PME entend premièrement développer une interface transactionnelle web permettant de personnaliser les vélos lors de l'achat. Le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI) accorde une somme de 85 748 $ pour réaliser ce projet de 214 369 $.


Ensuite, Louis Garneau Sports compte mettre en place un système de gestion de l'information et sa diffusion à travers les canaux B2B et B2C. Le MESI accorde une somme de 36 500 $ pour réaliser ce projet de 269 844 $.


Le troisième projet prévoit la réingénierie des processus en vue de l'implantation d'un système de gestion intégré. Le MESI verse 32 560 $ sur 81 400 $ nécessaires.


Enfin, pour financer l'acquisition d'un progiciel de gestion intégré, un projet estimé à hauteur de 2 millions $, le MESI offre un prêt remboursable sans intérêt de 800 000 $, tandis qu'Investissement Québec octroie un prêt de 800 000 $.


BDC va faire jaser les entrepreneures



Dans le cadre de la «première stratégie canadienne pour les femmes en entrepreneuriat», la Banque de développement du Canada a annoncé une douzaine d'ateliers d'une journée intitulés «On parle affaires» au cours de l'automne et de l'hiver 2018-2019. La période d'inscription est maintenant ouverte, et les dates des évènements ont été confirmées, notamment à Montréal (le 28 novembre prochain).


«Ces ateliers seront conçus pour les femmes entrepreneurs qui souhaitent croître et perfectionner leurs compétences en affaires et leur littératie financière», résume le communiqué de presse.


Seulement 16 % des PME canadiennes sont détenues majoritairement par des femmes, rappelle la BDC. «Nous devons en faire plus pour les femmes entrepreneurs qui cherchent à faire croître leurs entreprises», souligne Laura Didyk, vice-présidente, Sud de l'Alberta.


Des «ententes importantes» avec Visa et Mastercard


Visa et Mastercard se sont engagées à réduire, à compter de 2020, les frais qu'elles imposent aux détaillants. Le taux effectif annuel moyen passera de 1,5 % à 1,4 %. American Express a pour sa part annoncé, dans une entente distincte, qu'elle fournirait plus de transparence et d'équité.


Les frais que facturent les sociétés de cartes de crédit ont un effet important à tous les niveaux de l'économie. On estime qu'ils totalisent jusqu'à 5 milliards de dollars par année et qu'en fin de compte, ils se répercutent sur les prix des biens et services partout au pays, souligne la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.


«Ces nouvelles mesures viennent renforcer le Code de conduite destiné à l'industrie canadienne des cartes de crédit et de débit en améliorant le rapport de force entre les principaux émetteurs de cartes et les petits commerçants», se réjouit Bruno Leblanc, directeur des affaires provinciales pour le Québec à la FCEI.


La taille freine les relations commerciales


«Megatraction a la meilleure technologie du secteur, mais en raison de sa taille, elle se limitait principalement aux marchés nord-américains», expliquait par voie de communiqué Marc-André Gervais, Président et Chef de la Direction de Métal 7.


Métal 7, entreprise de Sept-Îles spécialisée dans la conception et la fabrication d'équipements de haute performance pour l'industrie minière et les alumineries, a récemment annoncé l'acquisition du manufacturier Les Équipements Megatraction, sans préciser le montant de la transaction.


Megatraction conçoit et fabrique une gamme spécialisée d'équipements brevetés de levage, destiné à l'industrie minière.


 


NDLR: L'article «La tournée» reste un exercice de revue de presse. Les avis et opinions qui y sont rapportés ne reflètent pas nécessairement ceux et celles de la rédaction de Les Affaires.



À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Abitibi-Témiscamingue : L'expansion économique se poursuivra en 2018 et 2019

Édition du 13 Octobre 2018 | Les Affaires

L'économie de l'Abitibi-Témiscamingue demeurera en expansion cette année et l'an prochain grâce, notamment, à la ...

Une «héroïne de l'alimentation» venue tout droit du Témiscamingue

Édition du 06 Octobre 2018 | René Vézina

Le Témiscamingue est le secret le mieux gardé au Québec.

À la une

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.