Harricana et Le Glacier Bilboquet : un partage de loyer concluant

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Juin 2016

Harricana et Le Glacier Bilboquet : un partage de loyer concluant

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Juin 2016

Par Claudine Hébert

Mariouche Gagné, propriétaire d’Harricana par Mariouche. [Photo : Louis Charles Dumais]

Cela ne fait pas encore l'affaire des gestionnaires immobiliers commerciaux qui y voient des pertes de loyer. Ni celle de certaines villes qui aiment faire des chichis avec leurs règlements. N'empêche que l'économie du partage s'invite dans le commerce de détail. La collaboration entre l'entreprise Harricana par Mariouche et Le Glacier Bilboquet, au cours de l'hiver dernier, en est un bel exemple.


De novembre 2015 à février 2016, les vêtements et articles de fourrure recyclée signés Harricana par Mariouche ont remplacé cornets et boules parfumées dans trois des six commerces de crème glacée Le Glacier Bilboquet (Quartier Dix30, Outremont et Westmount). Des commerces habituellement fermés pendant l'hiver.


«En quatre mois, j'ai réalisé autant de revenus avec ces trois magasins qu'en une seule année dans mon ancienne boutique du Vieux-Québec», souligne Mariouche Gagné, propriétaire et fondatrice d'Harricana par Mariouche, lors de la conférence «Réinventer son entreprise», présentée au cours de l'événement Femmes Leaders du Groupe Les Affaires.


Comment est née cette collaboration entre les deux commerces ? Membre du Cercle Omer DeSerres, qui réunit des gens d'affaires de Montréal, Mariouche Gagné y a rencontré l'été dernier Pierre Morin, propriétaire des boutiques Le Glacier Bilboquet.


«M. Morin, lui a-t-elle dit, vous avez des localisations extraordinaires que je ne pourrai jamais m'offrir à l'année. Pourtant, vous fermez vos boutiques pendant l'hiver, des mois durant lesquels je pourrais y vendre mes fourrures. Et si je vous en louais quelques-unes, de novembre à février ?»


Un concept qui a fait réfléchir Pierre Morin. «Au fil des ans, j'avais essayé plusieurs formules pour maximiser les mois d'hiver. J'en étais venu à la conclusion que le plus rentable était de fermer mes portes. Mais voilà que Mariouche Gagné me proposait de payer le loyer et les autres frais pendant l'hiver. Une expérience qui s'est avérée très concluante», rapporte-t-il.


Cette collaboration envoie un message d'espoir aux autres détaillants. «Parlez-vous ! Voyez ce que vous pouvez faire ensemble ! Ce partage de locaux entre des partenaires complémentaires pourrait constituer une solution pour contrer certaines difficultés que traverse l'industrie du détail», insiste Pierre Morin.


Ces boutiques éphémères ont également donné du travail à une dizaine d'employés du Bilboquet. «Je n'ai pas eu besoin de recruter des vendeurs. On a fait venir les employés des boutiques concernées à la société mère pour qu'ils visitent notre atelier, et qu'ils se familiarisent avec notre histoire et nos produits», dit Mariouche Gagné.


Restructuration du modèle de vente


Au bout du compte, la femme d'affaires a économisé une centaine de milliers de dollars en loyer. Compte tenu des résultats obtenus, elle souhaite développer davantage de ces boutiques éphémères. Une solution qu'elle prend sérieusement en considération pour s'attaquer au marché de Toronto.


«J'ai tenté l'expérience à deux reprises dans des clubs de tennis privés torontois. Mais ça n'a duré que quelques jours. Ce n'est pas suffisant. Pour que mes produits profitent pleinement de ce concept, la boutique éphémère doit rester ouverte au moins un mois, voire deux à la même adresse», soutient l'entrepreneure.


Cela coïncide avec une restructuration du modèle de vente de la PME montréalaise, fondée en 1994. Après 14 ans passés à l'angle des rues Saint-Antoine et Atwater, le siège social d'Harricana par Mariouche vient d'emménager dans un loft du Complexe Dompark, rue Saint-Patrick, à Montréal. Ce déménagement dans un local deux fois plus petit permet d'accueillir l'atelier... et de relocaliser la boutique au 416, rue McGill, dans le Vieux-Montréal. «Un lieu qui sera beaucoup plus passant que notre ancienne adresse», ajoute Mariouche Gagné.


Ne craint-elle pas de répéter l'expérience du Vieux-Québec, une boutique fermée en 2011 faute de clients l'hiver ? «Pas du tout», répond-elle, en précisant qu'il y a une énorme différence entre Montréal et Québec. «Les Montréalais habitent le Vieux-Montréal. Ils mangent et magasinent dans ce quartier, ce qui n'était pas le cas à Québec.»


Présente dans plus d'une centaine de points de vente en Amérique du Nord, y compris dans des boutiques situées dans des stations de ski à Stowe, au Vermont, et à Aspen, au Colorado, Mariouche Gagné compte aussi peaufiner son site Web au cours des prochaines semaines.


«On oublie facilement que le site Internet représente une boutique en soi. Il faut s'en occuper, le rendre attrayant comme on le ferait pour nos produits sur des étagères», indique celle qui est consciente de prendre souvent des risques pour son entreprise. «Je n'ai jamais eu peur en affaires. J'ai toujours tendance à ne voir que le côté positif de mes projets, ce qui augmente le risque de faire des gaffes», dit-elle. Raison pour laquelle elle s'entoure aujourd'hui de gens plus analytiques, qui l'aident à prendre le temps d'évaluer les bons et les mauvais côtés de ses idées. «Des gens, conclut-elle, qui m'apportent le brin de sagesse dont j'ai besoin.»


Quelques conseils de participantes à l’événement Femmes Leaders



[Photo : Louis Charles Dumais]


« Il faut savoir quitter un conseil d’administration. Rester dans un CA qui n’est plus aligné sur nos convictions ou nos valeurs devient une erreur. » – Isabelle Courville, administratrice de sociétés Présidente du CA de la Banque Laurentienne et membre du CA du Canadien Pacifique, Mme Courville participait au panel sur la contribution qu’on peut apporter à un conseil d’administration pour se démarquer. Elle est également administratrice de la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal, de Veolia Environnement, de la société foncière française Gecina et de l’Institut des administrateurs de sociétés (IAS).



[Photo : Louis Charles Dumais]


« Dans l’univers du détail, il est important de développer le sentiment d’appartenance des employés dans les boutiques. Leur démontrer qu’ils font partie d’une belle équipe peut faire toute une différence.» – Caroline Néron, pdg de Néron


Mme Néron participait à la conférence « Réinventer son entreprise ». Depuis janvier, elle organise une réunion par mois avec les gérantes des 20 points de vente de son entreprise, en plus de leur rendre visite à tour de rôle. Grâce à cette initiative, les ventes ont grimpé d’au moins 30 %.

À suivre dans cette section


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

À la une: les futures vedettes de l'entrepreneuriat

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, les futures vedettes de l'entrepreneuriat.

Technologie: Toronto et Ottawa devancent Montréal

Édition du 20 Octobre 2018 | Martin Jolicoeur

Pour une deuxième année d'affilée, la ville de Toronto se classe au premier rang des villes technologiques à ...

À la une

Agrisoma: faire voler des avions avec de l'huile de moutarde

Édition du 20 Octobre 2018 | Kévin Deniau

En septembre dernier, un premier vol transatlantique était propulsé du biocarburant issu à 30% de graines de moutarde.

Quel salaire faut-il pour acheter un logement à Montréal?

Le «vrai monde» aurait du mal à devenir propriétaire près d’une station de métro. Nous avons fait quelques calculs.

Entrepreneurs, vous êtes obligés de voyager!

Il y a 59 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Chaque fois que je pars, je réalise à quel point il faut s'inspirer de ce qui se fait ailleurs.