Des PME canadiennes attirées par la France

Publié le 22/09/2015 à 13:52

Des PME canadiennes attirées par la France

Publié le 22/09/2015 à 13:52

Par AFP

(Photo: Shutterstock)

Les entreprises canadiennes trouvent des avantages à s'implanter en France, pour élargir leurs marchés ou même rebondir vers d'autres pays européens ou en Afrique, ont estimé mardi des responsables de sociétés ou d'organismes d'accompagnement.


Petite société ancrée sur son marché canadien des technologies de l'information, Savoir-Faire Linux a franchi l'Atlantique après un contrat couronné de succès avec l'OIF (Organisation internationale de la francophonie). 


«Tout a été beaucoup plus simple que ce que l'on pensait», a expliqué Christophe Villemer, directeur général de cette société qui a décroché ce printemps un premier appel d'offre public en France avec l'Université Dauphine. 


Comme d'autres chefs d'entreprise, il a témoigné de son expérience auprès d'autres investisseurs canadiens tentés d'élargir leurs marchés en France et au-delà, à l'initiative d'une rencontre organisée par Business France, nouvelle structure pour promouvoir l'attractivité de la France et développer les échanges commerciaux.


Laurent Maisonnave, président de Seevibes, a estimé que même avec toujours «des défis au niveau du coût du travail», la France présente «une opportunité d'élargir notre marché». Pour cette petite société spécialisée dans l'optimisation des publicités sur les réseaux sociaux, «il est important d'aller vite et de grandir» sur un créneau où l'innovation modifie en permanence le marché. 


Les deux sociétés, avec dans leurs rangs de nombreux ingénieurs français, ont maintenant une filiale en France où ils comptent rebondir vers les pays européens, voire en Afrique pour Savoir-Faire Linux qui vient d'ouvrir une antenne en Côte d'Ivoire.


D'autres sociétés mardi ont manifesté leur intérêt pour investir en France d'autant que d'ici un ou deux ans le traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne entrera en vigueur. 


Souvent ces entreprises ont besoin d'accompagnement, rôle imparti à Business France qui a participé à 21 des 29 projets d'investissements canadiens en France l'an dernier, a souligné Patrick Imbert, directeur adjoint de cette structure.


Ces investissements portent principalement sur le secteur des hautes technologies, selon M. Imbert.


L'attractivité de la France doit favoriser l'augmentation des flux d'investissements du Canada, seulement au 12è rang des pays investisseurs en France avec environ 200 entreprises employant 21 000 salariés.


Pour une entreprise, l'implantation en France présente des avantages, a noté l'ambassadeur de France au Canada Nicolas Chapuis. Plus élevés qu'au Canada, les coûts d'implantation et d'exploitation en France sont toutefois moins élevés qu'en Allemagne, aux États-Unis ou au Japon, a ajouté Nicolas Chapuis sur la base d'une étude du cabinet KPMG.


Le diplomate a souligné l'avantage pour les entreprises d'embaucher de jeunes diplômés en science sortis des universités et hautes écoles françaises. Avec plus de 20 diplômés en science pour 1 000 habitants, la France se classe devant le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Allemagne et les États-Unis, a-t-il indiqué.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

La quintessence du cliché français fête ses 30 ans

23/02/2018 | Catherine Charron

Pour l'occasion, l'édition parisienne du Dîner en Blanc accueillera 10 000 convives de partout dans le monde

Le tourisme, priorité nationale des Français

Édition du 20 Décembre 2014 | Claudine Hébert

Le tourisme : priorité nationale des Français Si vous trouvez que les chauffeurs et les serveurs de ...

À la une

Les Affaires anime et diffuse le débat sur les enjeux environnementaux montréalais

Le débat pré-électoral sur les enjeux environnementaux sera diffusé en direct sur LesAffaires.com dès 19h30.

Nos déchets, ce nouvel or brun

Édition du 28 Juillet 2018 | Alain McKenna

L’économie de marché ­peut-elle sauver la planète?  ­Oui, répond d’emblée l’Alliance canadienne pour l’innovation.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...