Cryptomonnaies: «Les politiciens découragent l'entrepreneuriat»

Publié le 05/06/2018 à 15:10

Cryptomonnaies: «Les politiciens découragent l'entrepreneuriat»

Publié le 05/06/2018 à 15:10

Par François Remy

Le bitcoin, forme la plus évoluée des fintechs? (Couverture de F&D, Michael Wasarksa)

Les gouvernements doivent s'adapter à la réalité, Québec en premier lieu, plaide un spécialiste de la gestion de haute densité de données, qui traduit un ressentiment de plus en plus partagé dans la communauté d'affaires.


Malgré la levée officielle et imminente du moratoire sur les entreprises cryptographiques, le climat actuel demeure peu propice pour le développement du secteur dans la province. Une situation préjudiciable pour plus d’un intervenant de ce nouvel écosystème très diversifié.


Car, contrairement à ce que laisseraient encore penser certains mandataires ou économistes, le domaine de la blockchain et des cryptomonnaies ne réunit pas que des trafiquants de drogue, des proxénètes et des charognards financiers.


«Nous soutenons les efforts d’innovation technologique de nos clients. Le Québec a tout pour être une juridiction à la pointe de cette industrie prometteuse», insiste Daniel Rafuse, directeur des opérations de la montréalaise GPU.one, une espèce de «data center pour data center» spécialisée en processeurs graphiques, qui propose des services d’hébergement de systèmes pour d’autres sociétés à haute densité de données.


Ancien président du Tribunal de la sécurité sociale du Canada, Daniel Rafuse plaide en faveur d’un «accès raisonnable» aux tarifs d’électricité les plus avantageux d’Amérique du Nord pour les acteurs de la crypto.




« Il faut désormais de la stabilité et de la cohérence politiques »


«Le moratoire a freiné la mise en place d’ambitieux projets. Afin de restaurer la confiance et relancer le développement économique, il faut désormais de la stabilité et de la cohérence politiques», recommande-t-il simplement.


Surtout qu’en sa qualité de cadre d’entreprise, Daniel Rafuse est souvent amené à rencontrer diverses instances politiques et constate que l’appui des municipalités est bien plus conséquent que le traitement administré au niveau provincial.


Lire Qui est ce géant du bitcoin qui courtise Hydro-Québec?


«Comment sensibiliser au mieux les décideurs, s’interroge le directeur des opérations de GPU.one, afin qu’ils appliquent des mesures pondérées et compréhensibles. Ce n’est pas clair d’aller d’un côté subventionner les alumineries, particulièrement polluantes, et de l’autre augmenter les tarifs d’électricité pour des entreprises créatrices de valeur».


Lui qui était dans une autre vie l'un des plus jeunes juges de tribunal administratif au Canada ne conçoit pas pourquoi le gouvernement manque à ce point d’attention sur ce dossier.


«Les politiciens doivent s’adapter à la réalité économique et ne pas décourager l’entrepreneuriat ou l’emploi au Québec. Sinon, tout ça partira au Saskatchewan ou en Alberta, estime Daniel Rafuse, ce serait illogique de perdre notre avantage compétitif».



Et il ne s'agit pas d'un appel à la mobilisation isolé, provenant d'un commercial défendant bec et ongle son gagne pain. Les stratégistes internationaux vous le répèteront: impossible d'arrêter la révolution technologique, raison impérieuse pour instaurer des mesures qui aident à en tirer pleinement les bienfaits et à atténuer les perturbations.


«La réponse ne réside pas dans le déni mais dans l'élaboration de politiques intelligentes. La clé est de se concentrer sur les politiques qui répondent aux changements organisationnels entraînés par la révolution numérique», écrit d'ailleurs Martin Mühleisen, directeur du département de stratégie du Fonds monétaire international, dans l'édition de juin 2018 du magazine institutionnel Finance & Développement.


À quelques encablures des élections générales provinciales, des voix s'élèvent pour que les cryptomonnaies deviennent un enjeu politique à part entière. «Ou à tout le moins un sujet dans la campagne électorale», nous partageait le premier pétitionnaire du Québec à s’opposer aux monnaies d’internet.


À l’heure où, tout autour de la planète, on s’interroge sur la meilleure façon d’apprivoiser la crypto, les décideurs politiques se voient offrir une chance inouïe de marquer l’histoire. Par leur sagacité ou leur médiocrité. Les tentatives laborieuses de dompter, fiscalement ou juridiquement, les Google-Amazon-Facebook-Apple de ce monde devraient nous inspirer plus de créativité et de proactivité.


Extrait de


«Québec déroule le tapis rouge à un monopole chinois du bitcoin»



 

À suivre dans cette section


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Le marché du Bitcoin s'essouffle

30/10/2018 | AFP

Les échanges de bitcoins ont représenté 27,2 milliards de dollars ce mois-ci contre 34 milliards pour octobre 2017.

Un géant de la finance avance ses pions dans les cryptomonnaies

15/10/2018 | AFP

Fidelity Investment est l’une des premières grandes sociétés américaines à s’être penchée sur le bitcoin, il y a 5 ans.

À la une

L'usine de Bombadier à La Pocatière sera touchée par les coupes

Il y a 19 minutes | La Presse Canadienne

D'ici la fin février, c'est environ 100 travailleurs qui seront mis à pied malgré le nouveau contrat de 468M$.

De nouveaux trains Azur pour la STM

10:13 | AFP

La majeure partie de la fabrication et de l’assemblage des véhicules devrait être réalisée à l’usine de La Pocatière.

Stan Lee, le père de Marvel, s'est éteint

15:04 | AFP

En 1961 il imagine l’équipe de superhéros « Les Quatre Fantastiques » et change la bande dessinée à jamais.