Conquérir le Canada avec des articles promotionnels

Publié le 07/07/2016 à 09:51

Conquérir le Canada avec des articles promotionnels

Publié le 07/07/2016 à 09:51

Par Claudine Hébert

Claude Rivard, président fondateur de PromoGroup

PME DE LA SEMAINE - D’où viennent les stylos et clés USB avec logo de l’entreprise du coin? Idem pour les casquettes de l’équipe locale pee-wee de baseball, les trophées remis aux meilleurs vendeurs ou encore le petit calendrier sous forme d’aimant collé sur la porte de votre réfrigérateur? Il y a de fortes chances que ces articles promotionnels proviennent d’un des nombreux catalogues de PromoGroup, une PME de Victoriaville.


Depuis sa création en 2007, cette entreprise invite les marchands indépendants d’objets et de vêtements promotionnels du Québec à joindre son réseau d’achat. Un réseau qui comprend également une foule de services en matière de transport, de marketing et plusieurs outils qui permettent de bénéficier des meilleurs prix auprès des fournisseurs.


Résultat: Le regroupement compte aujourd’hui plus de 50 adresses aux quatre coins de la province. «Et on est sur le point d’être représenté par des marchands d’un bout à l’autre du pays», signale le président fondateur de PromoGroup, Claude Rivard. Propriétaire de Rivard Publicité, à Victoriaville, il vend des objets promotionnels depuis près de 25 ans.


Après avoir séduit les principaux joueurs du territoire québécois, Claude Rivard et son équipe ont commencé, depuis janvier, à discuter avec leurs homologues des autres provinces canadiennes pour les convaincre de se greffer au groupe. «Nous avons embauché un vice-président exécutif du développement des affaires. Il est posté en permanence à Toronto. En six mois, nous avons déjà recruté deux marchands, un en Ontario et un autre au Nouveau-Brunswick», indique l’homme d’affaires.


Plusieurs démarches effectuées en Nouvelle-Écosse, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta laissent présager qu’une bonne dizaine d’ententes devraient être conclues d’ici la fin de l’année 2016, rapporte le président, qui caresse déjà d’autres plans d’expansion. Notamment du côté de la Nouvelle-Angleterre d’ici quatre ans. Son modèle, ajoute-t-il, pourrait même s’exporter en Europe.


À ce propos, Claude Rivard n’a jamais douté, et ce dès le premier jour, que son réseau franchirait éventuellement les frontières du Québec. Voilà pourquoi le nom de la PME soit bilingue.


Pourquoi avoir créé un tel réseau? «Il y a dix ans, des distributeurs des grandes villes venaient voir les entreprises de la région avec leurs catalogues remplis d’articles à prix ultra compétitifs. J’ai alors consulté d’autres marchands pour sonder leur intérêt de créer un regroupement d’achat. L’idée leur a plu», rapporte Claude Rivard.


PromoGroup est un outil facilitateur, dont le système de commandes permet aux marchands d’avoir accès à plus d’un demi-million de produits promotionnels. Le réseau veille également aux envois postaux des catalogues. «On s’occupe aussi de la formation des employés et de sessions d’aide pour les transferts d’entreprises», souligne M. Rivard.


Remarquez, ce ne sont pas tous les modèles d’affaires qui réussissent à bâtir un tel réseau d’affiliation, avertit Jean H. Gagnon, avocat expert dans le domaine du franchisage depuis quatre décennies. Et c’est encore moins évident, précise-t-il, lorsque chaque marchand préserve sa totale indépendance, comme c’est le cas avec PromoGroup. «En général, plus du deux tiers des entrepreneurs qui considéraient au départ ce type de modèle préfèrent choisir une autre option afin d’éviter la gestion trop complexe et la difficulté de trouver des bons partenaires prêts à travailler dans un tel réseau», explique le conseiller juridique.


Des défis avec lesquels Claude Rivard compose sans problème. «Notre modèle fonctionne bien parce que justement tout est transparent. Les prix, la mise en marché, les marges de profits… Il y a désormais un respect mutuel dans notre industrie. La concurrence entre deux agences, provenant de villes voisines a d’ailleurs beaucoup diminué depuis la création du réseau. Chacun des marchands peut maintenant se concentrer sur son territoire respectif et offrir aux consommateurs un service local à des prix tout aussi, sinon plus alléchants que le concurrent venu de la grande ville», conclut Claude Rivard.


En quelques chiffres


Année de fondation : Rivard Publicité (2000), PromoGroup (2007)


Nombre d’employés : 26, 17 se rapportent à Rivard Publicité et 9 sont dédiés exclusivement à la gestion du réseau PromoGroup.


Chiffre d’affaires du réseau : 21M$


Objectif d’ici un an : PromoGroup compte ajouter une dizaine de marchands dans les autres provinces canadiennes d’ici la fin de l’année.

À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Jeudi 20 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

La Fromagerie de l’Île-aux-Grues riposte à l'offensive européenne

13/09/2018 | Annie Bourque

PME DE LA SEMAINE. Elle mise sur l’authenticité de ses six nouveaux fromages et le côté haut de gamme de ses produits.

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

19/09/2018 | François Normand

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

19/09/2018 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.