Alcool: comment les herbes et les épices québécoises tirent leur épingle du jeu

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Décembre 2016

Alcool: comment les herbes et les épices québécoises tirent leur épingle du jeu

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Décembre 2016

La microdistillerie Les Subversifs mise sur le panais dans la production du gin Piger Henricus.

Il n'y a pas qu'en cuisine que les herbes et épices du terroir québécois font leur marque. Les producteurs de spiritueux et de bières locaux sont aussi de plus en plus nombreux à les adopter.


Les microdistilleries québécoises misent beaucoup sur des herbes ou des légumes du terroir québécois pour donner un caractère local et original à leur gin. La Distillerie Mariana, de Louiseville, le fait avec des essences forestières, par exemple, alors que Les Subversifs misent plutôt sur le panais.


En travaillant à l'élaboration de leur recette de gin, la Distillerie du St-Laurent, de Rimouski, a plutôt opté pour l'algue laminaire, que les Japonais appellent Kombu royal. Cette longue algue jaune verdâtre, qu'on retrouve dans le fleuve Saint-Laurent, pousse à des profondeurs de trois à six mètres sous l'eau.


À lire aussi :


Évoluer à l'ombre des géants


 


Du houblon et des vignes locales


Un soupçon d'algues


«Le gin est très populaire, et le processus de fabrication nous permet d'y apporter rapidement une originalité locale, explique le cofondateur Joël Pelletier. Utiliser une algue nous permettait de créer un spiritueux qui se distingue des autres par son goût, mais aussi par sa personnalité. Il y a une histoire à raconter autour du produit.»


Il faut récolter 10 kilogrammes (kg) d'algues pour produire 1 kg d'algues séchées. Au moment de l'entrevue, Joël Pelletier venait de passer une commande de 50 kg d'algues séchées. «On en utilise peu à la fois, car elles ont un goût salé et iodé très prononcé, précise-t-il. Ce n'est qu'un aromate parmi les dix que nous utilisons, dont des baies de genièvre produites aussi au Québec.»


La Distillerie du St-Laurent, qui vient de remporter le titre de «meilleure distillerie de gin du Canada» dans le cadre de la New York International Spirits Competition, a commencé à en livrer à la SAQ en janvier 2016. Elle a produit 50 000 bouteilles depuis ce temps, et son rythme continue de s'accélérer. En ce moment, elle produit de 7 000 à 8 000 bouteilles par mois. «Nous avons atteint notre capacité de production maximale, admet Joël Pelletier. Nous satisfaisons à la demande au Québec, mais nous avons des offres de l'extérieur. Nous entamerons bientôt une phase d'expansion visant à tripler notre production de gin, en plus de commencer à faire du whisky et du rhum.»


Bières amérindiennes


Fondée en 2008 à Carleton, en Gaspésie, la microbrasserie Le Naufrageur brasse de 2 500 à 3 500 hectolitres (hl) par année. Environ 10 % de la production est vendue à la brasserie elle-même, et 90 %, à l'extérieur. Bon an, mal an, de 2 à 3 hl prennent le chemin de la France.


En septembre 2013, Le Naufrageur lançait ses premières Ales amérindiennes, des bières brassées avec des herbes, des plantes et des arbustes locaux, en hommage au savoir botanique légué par les Amérindiens. La microbrasserie en produit actuellement trois. Son India Pale Ale (IPA) est aromatisée au thé du Labrador. Cela ajoute un goût mentholé, forestier et résineux à ce grand classique. De plus, alors que le goût du houblon d'une IPA s'atténue fortement après deux ou trois mois, celui du thé du Labrador gagne en puissance. La bière peut donc se boire plus longtemps.


Le Naufrageur brasse aussi une double IPA au myrique baumier, un arbuste nordique qui pousse au bord des lacs. «Cela donne un goût épicé à cette bière rousse, qui me fait un peu penser aux biscuits de Noël, avec des notes de gingembre et de cannelle, tout en conservant un côté forestier», décrit le copropriétaire Philippe Gauthier. La troisième bière est une double blanche à la tanaisie. Plutôt considérée comme une mauvaise herbe, cette plante aux petites fleurs jaunes ajoute un accent semblable à la camomille, en un peu plus amer et poivré.


«Il y a de plus en plus de microbrasseries au Québec, et chacune cherche à se distinguer, explique Philippe Gauthier. Nous voulions le faire en mettant de l'avant des accents bien québécois. Déjà, une grande partie de notre bière est brassée complètement avec des ingrédients locaux, que ce soit le houblon ou le malt. C'est important pour nous.»


À lire aussi :


Évoluer à l'ombre des géants


 


Du houblon et des vignes locales


 

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.