Ces dirigeantes qui sombrent dans l'alcoolisme

Publié le 09/08/2018 à 12:03

Ces dirigeantes qui sombrent dans l'alcoolisme

Publié le 09/08/2018 à 12:03

Par Conseiller

[Photo: 123RF]

Les femmes qui occupent des postes de direction sont de plus en plus nombreuses à sombrer dans l’alcool pour évacuer la pression écrasante qu’elles ressentent. Et leur dépendance est fort différente de celle de leurs collègues masculins.


Une étude française a révélé que, chez les femmes, la dépendance à l’alcool se manifeste surtout chez celles qui ont un haut degré de scolarité. Chez les hommes, c’est pourtant le contraire : l’alcoolisme est plutôt lié à un faible niveau d’éducation.


Pas surprenant, donc, que les femmes qui accèdent à des postes de direction soient particulièrement à risque. Ainsi, parmi toutes les catégories socio-professionnelles étudiées, les femmes cadres présentent le plus haut pourcentage de consommation à risque d’alcool (12 %), devant les ouvrières (8 %) et les employées de bureau (7 %), peut-on lire dans Le Figaro.


Laurence Cottet fait partie de ces femmes dirigeantes qui ont souffert d’alcoolisme pendant de nombreuses années. Après la perte de son mari, celle qui occupait un prestigieux poste de direction dans une grande société d’ingénierie pouvait consommer de deux à trois bouteilles de vin par jour. Après dix ans de dépendance, elle a finalement perdu son emploi lors d’une soirée organisée par l’entreprise, lors de laquelle elle s’est effondrée ivre morte, a-t-elle raconté au quotidien français.


Cuture d'entreprise


Autant chez les hommes que chez les femmes, le mode de vie des cadres en entreprise encourage la consommation d’alcool, que l’on pense aux congrès, aux repas professionnels ou encore aux voyages d’affaires. « L’alcool faisait partie de la culture interne de l’entreprise. Si on ne buvait pas, on était exclu », raconte Laurence Cottet.


Par contre, les femmes cadres évoluent majoritairement dans des milieux dominés par les hommes, ce qui fait en sorte qu’elles doivent continuellement prouver leur valeur. Cela se traduit concrètement par des heures de travail interminables, explique Laurence Cottet. En plus de leur carrière, les femmes doivent aussi s’occuper de leur famille, ce qui vient accentuer la pression de performance qu’elles ressentent.


« Les femmes ont les mêmes objectifs professionnels que les hommes, mais ont une charge mentale supérieure à eux. Elles ne peuvent pas tout faire et culpabilisent. L’alcool devient un moyen de s’évader », explique en entrevue au Figaro Michel Reynaud, professeur addictologue.


D’autres raisons peuvent également mener les femmes cadres à utiliser l’alcool comme exutoires, par exemple les incidents de harcèlement sexuel en milieu de travail.


 


> Lire la suite de L’alcoolisme tabou des femmes dirigeantes sur Conseiller.ca



À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Combien êtes-vous prêt à payer une tomate qui ne goûte pas l'eau?

BLOGUE. Voici une 3e tentative québécoise de bâtir un réseau de distribution pour petits agriculteurs locaux: Arrivage.

Un krach boursier pour démarrer sa retraite, inquiétant?

C’est la hantise de ceux qui s’approchent de la retraite. Y a-t-il matière à s’énerver?

Vous avez des questions au sujet des finances personnelles?

Posez-les à notre journaliste spécialisé Daniel Germain. Il y répondra dans sa chronique.