Budget 2018: les PME veulent un traitement équitable

Publié le 13/02/2018 à 14:36

Budget 2018: les PME veulent un traitement équitable

Publié le 13/02/2018 à 14:36

Par lesaffaires.com

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) a soumis au gouvernement fédéral les principales priorités budgétaires des chefs d'entreprise: des mesures fiscales plus équitables et des incitatifs pour l'innovation la formation et l'embauche de jeunes.


Outre le fait de demander au gouvernement fédéral d'assurer que les entreprises étrangères perçoivent les taxes, la FCEI souhaite que le gouvernement recule sur sa réforme fiscale qu'elle juge inéquitable envers les PME.


«Il est clair que cette réforme va toucher les PME. À l'approche de la période de préparation des déclarations de revenus, la réforme fiscale du fédéral reste la priorité des chefs de PME du pays», fait remarquer Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole nationale de la FCEI, qui estime ne pas avoir assez de précisions au sujet des nouvelles règles sur la répartition du revenu.


Au moment où les États-Unis viennent d'entamer une réforme fiscale favorable aux PME, il est d'autant plus crucial que le Canada aide les PME à demeurer compétitives, poursuit la FCEI. 


Elle suggère notamment d'instaurer une déduction pour l'achat de nouveaux équipements ou de nouvelles technologies.


«Cette déduction pourrait s'inspirer du modèle américain qui permet aux PME de déduire jusqu'à 1 million de dollars pour de tels achats dans une année donnée. Les coûts sont l'un des plus grands freins à l'innovation dans les PME», ajoute Mme Hébert.


Si le gouvernement accordait aux propriétaires d'entreprise un allègement fiscal à l'achat de nouvelles technologies, cela leur permettrait d'avoir plus d'argent pour créer plus d'emplois, mieux rémunérer leurs employés et contribuer de façon encore plus importante à la croissance économique du Canada. 


Compte tenu de l'augmentation de taxes sur la masse salariale, par exemple les cotisations au RPC, qui grimperont pour les 7 prochaines années, et des hausses importantes du salaire minimum à l'échelle du pays, les propriétaires de PME espèrent que le gouvernement fédéral leur accordera une forme d'allègement fiscal pour compenser ces hausses de coûts de main-d'œuvre et les effets négatifs qui en découlent.


«Comme les coûts liés à la main-d'œuvre augmentent, les chefs d'entreprise coupent où ils peuvent et ce sont souvent les jeunes qui sont les premiers à écoper, explique Mme Hébert. Nous demandons donc au gouvernement de compenser ces hausses de coûts en octroyant aux propriétaires d'entreprise qui embauchent des jeunes un congé de cotisation à l'AE, comme il l'avait d'ailleurs promis. »


 

À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Les Québécois jouent plus, les coffres de Loto-Québec gonflent

La société d’État serait « en voie d’atteindre » son objectif annuel de 1,26 G$ en ce qui a trait au résultat net.

Le déficit fédéral atteint 2,1G$ de moins que prévu

Les recettes fiscales plus élevées que prévu pour l’exercice qui se termine à la fin de mars expliquerait ce changement.

À la une

Les démocrates proposent une révolution verte aux États-Unis

16/02/2019 | François Normand

ANALYSE - Des démocrates proposent un New Deal qui pourrait transformer les États-Unis comme celui de Roosevelt.

Bourse: le rebond de 18% suscite la méfiance

BLOGUE. Les experts se demandent si la pause de la Fed suffira à contrecarrer la récession possible des profits.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

15/02/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.