Automatisation: gare aux effets secondaires, avertit la Banque du Canada

Publié le 18/04/2017 à 15:52

Automatisation: gare aux effets secondaires, avertit la Banque du Canada

Publié le 18/04/2017 à 15:52

Par La Presse Canadienne

L'automatisation dans les usines, comme ici chez Amazon, va avoir des conséquences sur l'emploi. Photo: Bloomberg

Même si l'économie canadienne pourrait bientôt commencer à récolter les bénéfices économiques attribuables au progrès technologique, elle devrait aussi se préparer à de douloureux effets secondaires comme des pertes d'emplois et de plus grandes inégalités de revenus, a prévenu mardi une responsable de la Banque du Canada.


Dans le texte d'un discours qu'elle devait livrer mardi devant la Chambre de commerce de Toronto, la première sous-gouverneure de la banque centrale, Carolyn Wilkins, a estimé que les innovations comme l'automatisation et l'intelligence artificielle devraient revigorer la productivité des économies avancées comme celle du Canada.


Mais Mme Wilkins a aussi souligné que plusieurs experts prédisent certains effets secondaires indésirables à ces avancées _ notamment des répercussions importantes sur près de la moitié de tous les emplois d'ici 20 ans dans certains pays industrialisés.


Selon elle, les décideurs doivent aussi se préparer à mettre en oeuvre certaines mesures pour s'assurer que les autres effets secondaires, comme l'amplification de l'inégalité de revenus. En effet, les travailleurs dont les compétences sont complémentaires aux nouvelles technologies pourraient s'en sortir beaucoup mieux que ceux dont les tâches seront transférées à des machines, a-t-elle rappelé.


Mme Wilkins estime qu'il faudra se concentrer sur l'éducation et la formation axée sur les compétences pour aider les travailleurs à s'ajuster à ce qui pourrait être une difficile transition.


Le Canada a déjà traversé de telles périodes de changement par le passé, a souligné la sous-gouverneure, en évoquant notamment la transformation du secteur de l'agriculture. Les innovations agricoles ont fait baisser les prix des aliments, ce qui a permis aux consommateurs de disposer de plus d'argent pour se procurer d'autres biens. En conséquence, la demande a grimpé dans d'autres industries et de nouveaux emplois ont ainsi été créés.

À suivre dans cette section


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Taux: 5 choses à retenir de la stratégie de la Banque du Canada

17/01/2018 | lesaffaires.com

Les jeux ne sont pas encore faits comme certains le pensent pour les futures hausses de taux.

La Banque du Canada hausse son taux directeur à 1,25%

17/01/2018 | lesaffaires.com

L’incertitude entourant l’avenir de l’ALÉNA brouille les perspectives économiques.

À la une

La blockchain au profit de l'humanité

17/01/2018 | François Remy

BLOGUE. Non, ce n’est pas le sermon du nouveau messie de la tech mais le critère d'un financement pour start-up.

Attachez vos ceintures, les cryptos nous emmènent vers le futur

15/01/2018 | François Remy

BLOGUE. Il serait bon d’embarquer dans l’industrie des cryptos tout comme il l’était avec l’auto… en 1920.

Apple va investir 350 milliards US aux États-Unis

17/01/2018 | LesAffaires.com et AFP

Le géant annonce aussi une facture fiscale salée de 38G$US après la nouvelle réforme et un bonus de 2500$US par employé.