Vacances: vous êtes nombreux à ne pas décrocher

Publié le 14/07/2015 à 09:45

Vacances: vous êtes nombreux à ne pas décrocher

Publié le 14/07/2015 à 09:45

Par lesaffaires.com

Vous êtes nombreux à rester en contact avec le travail pendant vos vacances, trop nombreux, croit l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. En fait, 38% des travailleurs québécois suivent ce qui se passe au bureau durant leurs vacances estivales.


Les travailleurs qui décrochent le moins sont les hommes et les jeunes de 18 à 34 ans. Ainsi, 42% prennent des nouvelles du bureau, contre 34% des femmes, toujours selon le sondage. Les 18-34 ans sont 40% à faire le suivi, contre 39% pour les 35-54 ans et 32% pour les 55 ans et plus.


Parmi les vacanciers qui alignent leurs antennes vers le bureau, la majorité des travailleurs (61%) font les suivis par «intérêt personnel». Ils sont tout de même 14% à le faire en raison de la culture d’entreprise et 9% à le faire en raison des pressions de leur supérieur immédiat. L’impossibilité de déléguer est la deuxième raison à 27%.


Le coup de sonde permet de constater que les Québécois prennent moins de vacances. En moyenne, ils prendront 2 semaines de vacances au cours de l’été. Ce chiffre était de 2,2 semaines en 2014 et de 2,3 semaines en 2013.


La diminution de la durée des vacances et le maintien du lien avec le bureau inquiètent l’Ordre. « Prendre un moment de repos dans l'année est essentiel pour assurer la santé des travailleurs puisque, prises en nombre suffisant et dans de bonnes conditions, les vacances permettent de recharger ses batteries, peut-on lire dans le communiqué de l’Ordre. Selon le sondage, un Québécois sur trois a vu son niveau de stress diminué après ses vacances. Cette donnée devrait toutefois être plus élevée. »


D’ailleurs, une étude récente de la Harvard Business Review a démontré que les employés qui prenaient des vacances avaient légèrement plus de chance d’être promus. Les employés qui prennent toutes les vacances auxquelles ils ont droit ont 6,5% plus de chances d’être promus que ceux qui en laissent sur la table, selon l’étude.


Le chiffre est trop faible pour conclure que partir en vacances est un gage d’avancement professionnel, mais il permet de constater qu’y renoncer ne vous permettra probablement pas d’avancer.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Le truc fou de Kathy Gong pour relever n'importe quel défi!

Mis à jour le 22/02/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. L'inspirante star du milieu des start-ups en Chine sait marier les contraires, comme l'audace et la sagesse...

10 astuces pour semer le bonheur tout autour de vous

Mis à jour le 21/02/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Connaissez-vous Leon Logothetis? Eh bien, mine de rien, cet homme va changer votre quotidien au travail...

À la une

Sauver Bombardier grâce au métro est une hypothèse intéressante selon Couillard

Le sauvetage de l'usine Bombardier de La Pocatière grâce au métro de Montréal est une ...

Le Port de Sept-Îles, bientôt dans la cour des grands

BLOGUE. Surveillez bien Sept-Îles dans les mois à venir. Et plus particulièrement son port qui aspire ...

La quintessence du cliché français fête ses 30 ans

Pour l'occasion, l'édition parisienne du Dîner en Blanc accueillera 10 000 convives de partout dans le monde