Unilever, une multinationale simplifiée

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Juillet 2015

Unilever, une multinationale simplifiée

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Juillet 2015

Par Olivier Schmouker

Qui dit simplicité dit efficacité... Photo: courtoisie.

Devenir non plus local, mais mondial, fait rêver tout autant que trembler, y compris les entrepreneurs les plus audacieux. Parce que sortir de sa zone de confort n’est jamais chose aisée, pour qui que ce soit. Parce qu’aller voir ailleurs comporte toujours une part de risque, plus ou moins grande. Bref, parce que l’inconnu est tout aussi attirant qu’épeurant.


Comment surmonter de telles difficultés ? Une voie fort intéressante à explorer peut être celle qu’a empruntée au tournant de 2010 Unilever, une multinationale anglo-néerlandaise à la tête de marques mondialement connues comme Lipton, Hellmann’s, Dove et Sunsilk. Une voie d’une redoutable efficacité, ainsi que l’a explicité Pascal Visée, consultant sénior du cabinet-conseil McKinsey, dans un récent article du McKinsey Quarterly. La voie de... la simplicité !


Il y a de cela six ans, Paul Polman, pdg d’Unilever, a chargé M. Visée et son équipe d’une mission cruciale : « Élaguer les branches d’activité de la multinationale, afin de permettre à chacune d’elles de grandir en harmonie avec les autres et, ultimement, afin de ne plus faire payer aux consommateurs le coût inhérent à la structure chaotique actuelle ». Rien de moins.


C’est que, comme nombre d’entreprises devenues internationales, Unilever a surtout grandi à coups d’opérations de fusions-acquisitions, un peu partout sur la planète. Et ce, en sautant sur chaque occasion qui se présentait à elle, et donc, sans véritable plan ni méthode. Jusqu’au moment où la haute direction s’est rendu compte que la multinationale était devenue ingérable, ou presque. D’où l’idée de M. Visée de miser sur une simplification extrême de la structure et des opérations de la multinationale.


Apprendre à mieux se connaître


Pour commencer, le consultant de McKinsey a établi un réseau de communication entre les principaux centres névralgiques d’Unilever, en privilégiant les marchés dits émergents : Bangalore (Inde), Istanbul (Turquie), Katowice (Pologne), Omsk (Russie) et Shanghai (Chine). Puis, il a instauré l’habitude de tenir des réunions communes, par l’intermédiaire de vidéoconférences, dans l’optique que les uns et les autres se connaissent mieux, et même plus, harmonisent leurs efforts. Autrement dit, il a procuré une nouvelle vigueur au tronc d’Unilever.

À suivre dans cette section


image

Contrats publics

Mercredi 23 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 23 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Vite, réinventons nos organisations!

22/01/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est que l'économie dénuée de toute dimension humaine est sèche...

Adjointes administratives: du courage pour plus de bien-être

BLOGUE. Peu d’employés sont autant sollicités que les adjointes administratives. Comment garder son ...

À la une

La vague des micro-distilleries frappe la Belle Province

Édition du 12 Janvier 2019 | Daniel Germain

Aujourd'hui, on trouve une dizaine de vodkas québécoises et trois fois plus de gins made in Quebec.

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

22/01/2019 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.